L'équipe d'Alexeï Navalny a appelé ses partisans à "descendre dans la rue" samedi dans 65 villes de Russie pour exiger la libération de l'opposant, détenu depuis son retour dimanche dans son pays après des mois de convalescence en Allemagne pour un empoisonnement présumé. Dans la foulée de multiples mises en garde officielles ces derniers jours pour essayer de décourager la contestation, la police russe a arrêté jeudi Lioubov Sobol, une figure montante de l'opposition et importante alliée de M. Navalny.

"Elle a été interpellée pour avoir appelé à des manifestations non-autorisées", a dit à l'AFP son avocat, Vladimir Voronine, ajoutant que les policiers l'avaient sortie de sa voiture au moment de son arrestation Lioubov Sobol a déjà été appréhendée à plusieurs reprises ces dernières semaines et devrait éviter la prison car elle est la mère d'un enfant en bas âge.

Face à la mobilisation prévue pour samedi, le Parquet a annoncé des mesures en vue de "limiter l'accès aux informations illégales" diffusées en ligne et constituant des "appels à participer à des actions illégales de masse". Pour sa part, le ministère de l'Intérieur a dit être prêt à "protéger l'ordre public" et a promis de poursuivre les auteurs d'appels à manifester sur internet.

La veille, le gendarme russe des télécommunications Roskomnadzor a adressé un avertissement aux plateformes Tik Tok et Vkontakte, l'équivalent russe de Facebook, leur intimant l'ordre de bloquer les contenus considérés comme des appels à "des mineurs à participer à des activités illégales".

Belga
© Belga

Jeudi, Roskomnadzor a en outre menacé d'amendes allant jusqu'à quatre millions de roubles (44.600 euros) les plateformes internet qui ne supprimeront pas les "informations interdites". Le Kremlin a lui mis en garde contre les manifestations, qui s'apparenteront à "des activités illégales".

- "Palais de Poutine" -

A la suite de son arrestation dimanche, à son retour d'Allemagne, M. Navalny a appelé à manifester contre le pouvoir. En guise de contre-attaque, il a diffusé mardi une enquête sur l'immense et fastueuse propriété dont bénéficie selon lui le président Vladimir Poutine, sur les rives de la mer Noire, et dont la construction aurait coûté plus d'un milliard d'euros.

Jeudi, cette longue investigation accompagnée d'une vidéo de près de deux heures avait déjà été vue près de 45 millions de fois sur YouTube. Le Kremlin a rejeté l'ensemble de ces allégations, dénonçant une "attaque" contre M. Poutine et qualifiant d'"escrocs" les membres de l'équipe de M. Navalny.

Cette vidéo a alimenté des milliers de publications sur les réseaux sociaux relayant l'appel à manifester pour la libération de l'opposant. La jeunesse est particulièrement mobilisée sur Tik Tok, tandis que plusieurs personnalités dont des acteurs, des musiciens et des athlètes ont annoncé leur soutien à Alexeï Navalny. L'ancien capitaine de la sélection russe de football, Igor Denissov, habituellement peu intéressé par la politique, juge ainsi que l'opposant, pour lequel il a un "grand respect", "doit être libéré".

Le très populaire Youtubeur russe Iouri Doud a dénoncé une situation "scandaleuse" dans une publication affichant plus de 800.000 "j'aime" sur Instagram. L'équipe de M. Navalny a en outre affirmé à l'AFP avoir reçu près de 10 millions de roubles (112.000 euros) de dons.

Alexeï Navalny, dont la libération est exigée par l'UE et les Etats-Unis, a été arrêté à son retour de plusieurs mois de convalescence après un empoisonnement présumé dont il a été victime en août en Sibérie. Il accuse le Kremlin d'en être responsable, ce que Moscou dément, ne voyant aucune preuve d'un crime commis contre lui et dénonçant un complot impliquant l'Occident. L'opposant, placé en détention au moins jusqu'au 15 février, est visé par plusieurs affaires judiciaires pour "diffamation", "fraudes" ou encore pour violation des conditions d'une peine de prison avec sursis datant de 2014. L'intéressé considère que ces affaires relèvent d'un acharnement judiciaire et ont un caractère politique.

L'équipe d'Alexeï Navalny a appelé ses partisans à "descendre dans la rue" samedi dans 65 villes de Russie pour exiger la libération de l'opposant, détenu depuis son retour dimanche dans son pays après des mois de convalescence en Allemagne pour un empoisonnement présumé. Dans la foulée de multiples mises en garde officielles ces derniers jours pour essayer de décourager la contestation, la police russe a arrêté jeudi Lioubov Sobol, une figure montante de l'opposition et importante alliée de M. Navalny."Elle a été interpellée pour avoir appelé à des manifestations non-autorisées", a dit à l'AFP son avocat, Vladimir Voronine, ajoutant que les policiers l'avaient sortie de sa voiture au moment de son arrestation Lioubov Sobol a déjà été appréhendée à plusieurs reprises ces dernières semaines et devrait éviter la prison car elle est la mère d'un enfant en bas âge.Face à la mobilisation prévue pour samedi, le Parquet a annoncé des mesures en vue de "limiter l'accès aux informations illégales" diffusées en ligne et constituant des "appels à participer à des actions illégales de masse". Pour sa part, le ministère de l'Intérieur a dit être prêt à "protéger l'ordre public" et a promis de poursuivre les auteurs d'appels à manifester sur internet.La veille, le gendarme russe des télécommunications Roskomnadzor a adressé un avertissement aux plateformes Tik Tok et Vkontakte, l'équivalent russe de Facebook, leur intimant l'ordre de bloquer les contenus considérés comme des appels à "des mineurs à participer à des activités illégales".Jeudi, Roskomnadzor a en outre menacé d'amendes allant jusqu'à quatre millions de roubles (44.600 euros) les plateformes internet qui ne supprimeront pas les "informations interdites". Le Kremlin a lui mis en garde contre les manifestations, qui s'apparenteront à "des activités illégales".A la suite de son arrestation dimanche, à son retour d'Allemagne, M. Navalny a appelé à manifester contre le pouvoir. En guise de contre-attaque, il a diffusé mardi une enquête sur l'immense et fastueuse propriété dont bénéficie selon lui le président Vladimir Poutine, sur les rives de la mer Noire, et dont la construction aurait coûté plus d'un milliard d'euros.Jeudi, cette longue investigation accompagnée d'une vidéo de près de deux heures avait déjà été vue près de 45 millions de fois sur YouTube. Le Kremlin a rejeté l'ensemble de ces allégations, dénonçant une "attaque" contre M. Poutine et qualifiant d'"escrocs" les membres de l'équipe de M. Navalny.Cette vidéo a alimenté des milliers de publications sur les réseaux sociaux relayant l'appel à manifester pour la libération de l'opposant. La jeunesse est particulièrement mobilisée sur Tik Tok, tandis que plusieurs personnalités dont des acteurs, des musiciens et des athlètes ont annoncé leur soutien à Alexeï Navalny. L'ancien capitaine de la sélection russe de football, Igor Denissov, habituellement peu intéressé par la politique, juge ainsi que l'opposant, pour lequel il a un "grand respect", "doit être libéré". Le très populaire Youtubeur russe Iouri Doud a dénoncé une situation "scandaleuse" dans une publication affichant plus de 800.000 "j'aime" sur Instagram. L'équipe de M. Navalny a en outre affirmé à l'AFP avoir reçu près de 10 millions de roubles (112.000 euros) de dons.Alexeï Navalny, dont la libération est exigée par l'UE et les Etats-Unis, a été arrêté à son retour de plusieurs mois de convalescence après un empoisonnement présumé dont il a été victime en août en Sibérie. Il accuse le Kremlin d'en être responsable, ce que Moscou dément, ne voyant aucune preuve d'un crime commis contre lui et dénonçant un complot impliquant l'Occident. L'opposant, placé en détention au moins jusqu'au 15 février, est visé par plusieurs affaires judiciaires pour "diffamation", "fraudes" ou encore pour violation des conditions d'une peine de prison avec sursis datant de 2014. L'intéressé considère que ces affaires relèvent d'un acharnement judiciaire et ont un caractère politique.