"Pour ce drame qui a provoqué 27 morts, le centre opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Gris-Nez n'a eu connaissance de la situation que lors de l'appel passé par un pêcheur en milieu de journée", écrit la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord dans un communiqué à l'AFP.

"Tous les appels reçus par le CROSS" qui pilote les sauvetages dans la zone "sont pris en compte et traités, quel que soit le secteur maritime, les gens sont secourus. Un renvoi de responsabilité entre centres de sauvetage en mer n'est pas réaliste", a-t-elle insisté.

La préfecture souligne "que tous les appels vers les centres de secours sont enregistrés".

Le 24 novembre, 17 hommes, sept femmes, deux adolescents et un enfant ont péri dans le naufrage de leur embarcation en route vers les côtes anglaises, dans des circonstances encore floues.

Dans un entretien avec la chaîne kurde irakienne Rudaw, un des deux rescapés, Kurde irakien, a affirmé qu'alors que le bateau commençait à se dégonfler, des passagers avaient appelé en vain les autorités britannique et française pour obtenir de l'aide.

"Nous avons appelé la police française à l'aide et nous lui avons indiqué que le moteur était cassé", a déclaré cet homme, formellement identifié par la préfecture comme étant l'un des rescapés.

La police française "nous a dit que nous étions dans les eaux britanniques et nous avons appelé la police britannique, qui nous a dit d'appeler la police française. Deux personnes appelaient côté français et britannique. La police britannique ne nous a pas aidés, tandis que la police française a dit: 'Vous êtes en eaux britanniques, nous ne pouvons pas intervenir'".

"Il n'y a pas de principe 'territorialité' en matière de sauvetage en mer", a répondu vendredi la préfecture maritime.

Les centres de secours ont reçu "plusieurs centaines d'appels" le 24 novembre, "ce qui a permis de sauver plus d'une centaine de personnes", "dont la personne qui a fait ces déclarations", a-t-elle ajouté.

L'enquête, délocalisée à Paris, est toujours en cours pour faire la lumière sur ce naufrage d'une ampleur inédite et identifier les 27 victimes.

"Pour ce drame qui a provoqué 27 morts, le centre opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Gris-Nez n'a eu connaissance de la situation que lors de l'appel passé par un pêcheur en milieu de journée", écrit la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord dans un communiqué à l'AFP. "Tous les appels reçus par le CROSS" qui pilote les sauvetages dans la zone "sont pris en compte et traités, quel que soit le secteur maritime, les gens sont secourus. Un renvoi de responsabilité entre centres de sauvetage en mer n'est pas réaliste", a-t-elle insisté. La préfecture souligne "que tous les appels vers les centres de secours sont enregistrés". Le 24 novembre, 17 hommes, sept femmes, deux adolescents et un enfant ont péri dans le naufrage de leur embarcation en route vers les côtes anglaises, dans des circonstances encore floues. Dans un entretien avec la chaîne kurde irakienne Rudaw, un des deux rescapés, Kurde irakien, a affirmé qu'alors que le bateau commençait à se dégonfler, des passagers avaient appelé en vain les autorités britannique et française pour obtenir de l'aide. "Nous avons appelé la police française à l'aide et nous lui avons indiqué que le moteur était cassé", a déclaré cet homme, formellement identifié par la préfecture comme étant l'un des rescapés. La police française "nous a dit que nous étions dans les eaux britanniques et nous avons appelé la police britannique, qui nous a dit d'appeler la police française. Deux personnes appelaient côté français et britannique. La police britannique ne nous a pas aidés, tandis que la police française a dit: 'Vous êtes en eaux britanniques, nous ne pouvons pas intervenir'". "Il n'y a pas de principe 'territorialité' en matière de sauvetage en mer", a répondu vendredi la préfecture maritime. Les centres de secours ont reçu "plusieurs centaines d'appels" le 24 novembre, "ce qui a permis de sauver plus d'une centaine de personnes", "dont la personne qui a fait ces déclarations", a-t-elle ajouté.L'enquête, délocalisée à Paris, est toujours en cours pour faire la lumière sur ce naufrage d'une ampleur inédite et identifier les 27 victimes.