"C'est important pour moi de faire vacciner mes enfants... Plus vite mes enfants seront vaccinés, mieux ça sera", a affirmé dimanche à l'AFP Miriam Schwartz, 48 ans, accompagnant ses adolescents âgés 12 et 14 ans dans un centre de vaccination à Jérusalem.

Pour Ofek, un garçon de 15 ans, venu recevoir sa première dose, le vaccin était attendu: "J'attendais ce moment, de pouvoir être vacciné, afin de voyager hors d'Israël et voir une partie de ma famille que je n'ai pas vue depuis deux ans."

La plupart de mes amis ne parlent pas vraiment de la peur du corona, car nous, les jeunes, sommes moins à risque que les adultes, mais plus du fait que je peux maintenant voyager sans quarantaine" au retour en Israël

Ofek

Environ 55% de la population israélienne a été vaccinée avec les deux doses, grâce à une vaste campagne de vaccination lancée fin décembre après un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer.

Celui-ci a livré au pays des millions de doses en échange de données sur les effets de la vaccination dans ce pays de 9,3 millions d'habitants dont les banques de données médicales numérisées permettent des études rapides à grande échelle. Celles-ci ont confirmé l'efficacité du vaccin.

Les autorités sanitaires avaient déjà commencé à vacciner des adolescents susceptibles de contracter une forme sévère du coronavirus et ceux dont la famille est à risque. Mais depuis la semaine dernière, les autorités ont étendu la vaccination à tous les jeunes de 12 à 16 ans le souhaitant.

"Vaccin efficace et sûr"

"Le vaccin est efficace et sûr" et les risques inhérents au virus sont plus importants que ceux liés à la vaccination, avait alors affirmé le ministère, après avoir évoqué "un possible lien" entre le vaccin Pfizer et des cas de myocardite chez de jeunes hommes.

L'Agence européenne des médicaments (Ema) avait approuvé il y a 10 jours l'utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech pour les 12-15 ans, qui devient le premier vaccin à être autorisé pour les adolescents au sein des 27 pays de l'Union européenne.

Lors d'une cérémonie dimanche pour rendre hommage aux personnel médical dans la lutte contre le coronavirus, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est félicité de la coopération avec Pfizer, dont le directeur Albert Burla est intervenu brièvement lors de cette cérémonie par vidéo.

"Nous avons collaboré avec plusieurs pays mais aucune de ces collaborations n'a été aussi utile que celle avec Israël...vos efforts ont permis de montrer au monde que la science peut vaincre le coronavirus", a déclaré M. Burla.

Le ministère de la Santé a par ailleurs annoncé que si le taux de contamination continuait d'être aussi faible, le port du masque dans les lieux fermés ne serait plus obligatoire à partir du 15 juin.

"Nous sommes passés en cinq mois de 10.000 malades par jour à quatre ces dernières 24 heures", s'est félicité le ministre, selon ce communiqué.

"C'est important pour moi de faire vacciner mes enfants... Plus vite mes enfants seront vaccinés, mieux ça sera", a affirmé dimanche à l'AFP Miriam Schwartz, 48 ans, accompagnant ses adolescents âgés 12 et 14 ans dans un centre de vaccination à Jérusalem.Pour Ofek, un garçon de 15 ans, venu recevoir sa première dose, le vaccin était attendu: "J'attendais ce moment, de pouvoir être vacciné, afin de voyager hors d'Israël et voir une partie de ma famille que je n'ai pas vue depuis deux ans."Environ 55% de la population israélienne a été vaccinée avec les deux doses, grâce à une vaste campagne de vaccination lancée fin décembre après un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer.Celui-ci a livré au pays des millions de doses en échange de données sur les effets de la vaccination dans ce pays de 9,3 millions d'habitants dont les banques de données médicales numérisées permettent des études rapides à grande échelle. Celles-ci ont confirmé l'efficacité du vaccin.Les autorités sanitaires avaient déjà commencé à vacciner des adolescents susceptibles de contracter une forme sévère du coronavirus et ceux dont la famille est à risque. Mais depuis la semaine dernière, les autorités ont étendu la vaccination à tous les jeunes de 12 à 16 ans le souhaitant."Le vaccin est efficace et sûr" et les risques inhérents au virus sont plus importants que ceux liés à la vaccination, avait alors affirmé le ministère, après avoir évoqué "un possible lien" entre le vaccin Pfizer et des cas de myocardite chez de jeunes hommes.L'Agence européenne des médicaments (Ema) avait approuvé il y a 10 jours l'utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech pour les 12-15 ans, qui devient le premier vaccin à être autorisé pour les adolescents au sein des 27 pays de l'Union européenne.Lors d'une cérémonie dimanche pour rendre hommage aux personnel médical dans la lutte contre le coronavirus, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est félicité de la coopération avec Pfizer, dont le directeur Albert Burla est intervenu brièvement lors de cette cérémonie par vidéo."Nous avons collaboré avec plusieurs pays mais aucune de ces collaborations n'a été aussi utile que celle avec Israël...vos efforts ont permis de montrer au monde que la science peut vaincre le coronavirus", a déclaré M. Burla.Le ministère de la Santé a par ailleurs annoncé que si le taux de contamination continuait d'être aussi faible, le port du masque dans les lieux fermés ne serait plus obligatoire à partir du 15 juin. "Nous sommes passés en cinq mois de 10.000 malades par jour à quatre ces dernières 24 heures", s'est félicité le ministre, selon ce communiqué.