Le pays le plus peuplé de l'Union européenne a répertorié 22.368 nouveaux cas d'infection sur les 24 dernières heures, pour un total de 2.000.958, a annoncé vendredi l'institut sanitaire Robert Koch (RKI). Il a aussi dû déplorer 1.113 nouveaux décès sur la même période, pour un total de 44.994.

Lors d'une réunion de la direction de son mouvement conservateur, l'Union chrétienne-démocrate (CDU), elle a estimé que le virus ne pourrait être contenu qu'avec des mesures nettement durcies et a demandé une réunion des autorités dès la semaine prochaine, a souligné une source ayant participé à la rencontre. Cette source confirmait des informations parues dans plusieurs médias allemands.

Selon le site d'information du magazine Der Spiegel et celui du quotidien Bild, parmi les mesures à l'étude figurent la réintroduction de contrôles aux frontières, comme au printemps dernier, la généralisation du port de masques de type FFP2, l'imposition du télétravail, voire la fermeture des transports publics. Toutefois, il ne s'agit à ce stade que d'une liste d'hypothèses de travail qui n'ont pas encore été discutées avec les dirigeants des Etats régionaux allemands. Or, dans l'Etat fédéral qu'est l'Allemagne, ce sont au bout du compte eux qui ont la haute main en matière par exemple de santé ou de transports publics.

"Encore trop d'exceptions"

Ce pays 83 millions d'habitants a commencé à vacciner contre le Covid-19 fin décembre et avait passé jeudi le cap d'un pourcent de la population ayant reçu une première injection. "Les mesures en place actuellement, pour moi ce n'est pas un verrouillage complet, il y a encore trop d'exceptions", a déclaré au cours d'une conférence de presse le président de l'institut Robert Koch, Lothar Wieler.

L'Allemagne a pourtant adopté il y a plusieurs semaines déjà des mesures strictes, de la fermeture des écoles et des lycées, à celle des magasins non essentiels, bars et restaurants, en passant par des limitations drastiques des réunions autorisées. Après avoir été plutôt épargnée par la première vague au printemps, faisant figure de bon élève en Europe, elle fait partie cet hiver des Etats les plus affectés, à la 10e place, selon un décompte de l'AFP. Elle a néanmoins enregistré moins d'infections que ses voisins européens, France, Italie ou Espagne malgré sa population plus nombreuse. Le Royaume-Uni a répertorié plus de trois millions de cas et plus de 80.000 morts.

Le pays le plus peuplé de l'Union européenne a répertorié 22.368 nouveaux cas d'infection sur les 24 dernières heures, pour un total de 2.000.958, a annoncé vendredi l'institut sanitaire Robert Koch (RKI). Il a aussi dû déplorer 1.113 nouveaux décès sur la même période, pour un total de 44.994.Lors d'une réunion de la direction de son mouvement conservateur, l'Union chrétienne-démocrate (CDU), elle a estimé que le virus ne pourrait être contenu qu'avec des mesures nettement durcies et a demandé une réunion des autorités dès la semaine prochaine, a souligné une source ayant participé à la rencontre. Cette source confirmait des informations parues dans plusieurs médias allemands.Selon le site d'information du magazine Der Spiegel et celui du quotidien Bild, parmi les mesures à l'étude figurent la réintroduction de contrôles aux frontières, comme au printemps dernier, la généralisation du port de masques de type FFP2, l'imposition du télétravail, voire la fermeture des transports publics. Toutefois, il ne s'agit à ce stade que d'une liste d'hypothèses de travail qui n'ont pas encore été discutées avec les dirigeants des Etats régionaux allemands. Or, dans l'Etat fédéral qu'est l'Allemagne, ce sont au bout du compte eux qui ont la haute main en matière par exemple de santé ou de transports publics.Ce pays 83 millions d'habitants a commencé à vacciner contre le Covid-19 fin décembre et avait passé jeudi le cap d'un pourcent de la population ayant reçu une première injection. "Les mesures en place actuellement, pour moi ce n'est pas un verrouillage complet, il y a encore trop d'exceptions", a déclaré au cours d'une conférence de presse le président de l'institut Robert Koch, Lothar Wieler. L'Allemagne a pourtant adopté il y a plusieurs semaines déjà des mesures strictes, de la fermeture des écoles et des lycées, à celle des magasins non essentiels, bars et restaurants, en passant par des limitations drastiques des réunions autorisées. Après avoir été plutôt épargnée par la première vague au printemps, faisant figure de bon élève en Europe, elle fait partie cet hiver des Etats les plus affectés, à la 10e place, selon un décompte de l'AFP. Elle a néanmoins enregistré moins d'infections que ses voisins européens, France, Italie ou Espagne malgré sa population plus nombreuse. Le Royaume-Uni a répertorié plus de trois millions de cas et plus de 80.000 morts.