"Citoyens d'Israël, merci! Vous avez donné une immense victoire à la droite et au Likoud sous ma direction (...) Il est évident qu'une majorité écrasante de citoyens israéliens sont de droite et veulent un gouvernement de droite, fort et stable", a tweeté M. Netanyahu, cité par l'agence AFP. La formation Yesh Atid ("Il y a un avenir") du centriste Yaïr Lapid, parti d'opposition, arriverait seconde avec 16 à 18 mandats, selon les projections, citées par l'agence dpa. Suivent ensuite près d'une dizaine de partis sous la barre des dix sièges à l'issue de ces législatives, les quatrièmes du pays en près de deux ans après trois scrutins ayant placé M. Netanyahu et son ancien grand rival Benny Gantz au coude-à-coude.

Itamar Ben Gvir, à la tête d'un parti d'extrême droite, devrait entrer pour la première fois au Parlement. Héritier politique d'un des rabbins les plus radicaux de l'histoire d'Israël, M. Ben Gvir est inscrit à la troisième place sur la liste "Parti sioniste religieux", créditée de sept sièges à la Knesset, le Parlement israélien, d'après ces sondages. M. Netanyahu, dont le parti de droite Likoud est arrivé en tête du scrutin d'après les sondages, avait assuré lors de la campagne qu'Itamar Ben Gvir n'obtiendrait pas un poste de ministre dans son gouvernement mais qu'il ferait partie de sa "coalition".

Le Premier ministre sortant, qui jouait sa survie politique dans le scrutin de mardi, a été critiqué pour avoir poussé de petites formations de la droite radicale à s'allier à M. Ben Gvir afin qu'ensemble ils puissent atteindre le seuil des 3,25% permettant d'entrer au Parlement, et ainsi le soutenir pour former une coalition de droite après les élections.

Toutefois, les résultats étant encore serrés, l'incertitude demeure sur l'issue du scrutin et la possibilité d'une cinquième élection n'est pas écartée. La commission électorale affirme que les résultats finaux ne seront pas établis avant vendredi, alors que les votes postaux des soldats, diplomates, prisonniers et patients du coronavirus doivent encore être dépouillés.

"Citoyens d'Israël, merci! Vous avez donné une immense victoire à la droite et au Likoud sous ma direction (...) Il est évident qu'une majorité écrasante de citoyens israéliens sont de droite et veulent un gouvernement de droite, fort et stable", a tweeté M. Netanyahu, cité par l'agence AFP. La formation Yesh Atid ("Il y a un avenir") du centriste Yaïr Lapid, parti d'opposition, arriverait seconde avec 16 à 18 mandats, selon les projections, citées par l'agence dpa. Suivent ensuite près d'une dizaine de partis sous la barre des dix sièges à l'issue de ces législatives, les quatrièmes du pays en près de deux ans après trois scrutins ayant placé M. Netanyahu et son ancien grand rival Benny Gantz au coude-à-coude.Itamar Ben Gvir, à la tête d'un parti d'extrême droite, devrait entrer pour la première fois au Parlement. Héritier politique d'un des rabbins les plus radicaux de l'histoire d'Israël, M. Ben Gvir est inscrit à la troisième place sur la liste "Parti sioniste religieux", créditée de sept sièges à la Knesset, le Parlement israélien, d'après ces sondages. M. Netanyahu, dont le parti de droite Likoud est arrivé en tête du scrutin d'après les sondages, avait assuré lors de la campagne qu'Itamar Ben Gvir n'obtiendrait pas un poste de ministre dans son gouvernement mais qu'il ferait partie de sa "coalition". Le Premier ministre sortant, qui jouait sa survie politique dans le scrutin de mardi, a été critiqué pour avoir poussé de petites formations de la droite radicale à s'allier à M. Ben Gvir afin qu'ensemble ils puissent atteindre le seuil des 3,25% permettant d'entrer au Parlement, et ainsi le soutenir pour former une coalition de droite après les élections. Toutefois, les résultats étant encore serrés, l'incertitude demeure sur l'issue du scrutin et la possibilité d'une cinquième élection n'est pas écartée. La commission électorale affirme que les résultats finaux ne seront pas établis avant vendredi, alors que les votes postaux des soldats, diplomates, prisonniers et patients du coronavirus doivent encore être dépouillés.