"Nous pensons que nous devons nous mettre d'accord rapidement sur un moratoire", a déclaré le secrétaire d'État chargé des questions européennes, David Frost, à la Chambre des Lords.

Difficilement négocié dans le cadre de l'accord de Brexit et effectif depuis le 1er janvier, le protocole nord-irlandais maintient de fait la province britannique dans le marché unique et l'union douanière européens pour les marchandises, en prévoyant des contrôles douaniers sur les biens arrivant en Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne, séparées par la mer. Les unionistes, attachés à la place de l'Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni, s'estiment trahis et militent pour l'abandon du protocole.

L'objectif de ce protocole est d'éviter que les contrôles aient lieu entre la province britannique et la république d'Irlande, au sud, et ainsi prévenir le rétablissement d'une frontière dure entre les deux territoires qui pourrait compromettre la paix en Irlande du Nord, après trois décennies de violences sanglantes.

"Nous pensons que nous devons nous mettre d'accord rapidement sur un moratoire", a déclaré le secrétaire d'État chargé des questions européennes, David Frost, à la Chambre des Lords. Difficilement négocié dans le cadre de l'accord de Brexit et effectif depuis le 1er janvier, le protocole nord-irlandais maintient de fait la province britannique dans le marché unique et l'union douanière européens pour les marchandises, en prévoyant des contrôles douaniers sur les biens arrivant en Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne, séparées par la mer. Les unionistes, attachés à la place de l'Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni, s'estiment trahis et militent pour l'abandon du protocole. L'objectif de ce protocole est d'éviter que les contrôles aient lieu entre la province britannique et la république d'Irlande, au sud, et ainsi prévenir le rétablissement d'une frontière dure entre les deux territoires qui pourrait compromettre la paix en Irlande du Nord, après trois décennies de violences sanglantes.