Depuis que le président de la Turquie Erdogan a ouvert la frontière avec l'Europe annonçant qu'il ne tenterait plus d'empêcher les migrants de rejoindre l'Europe, les tensions se sont accrues ces derniers jours à la frontière gréco-turque qui voit affluer des milliers de migrants mais aussi dans les eaux territoriales grecques.

Lire aussi: "Ouvrez la porte!": le désarroi des migrants à la frontière gréco-turque

Dans un extrait vidéo diffusé sur Twitter, on peut voir des garde-côtes grecs qui tentent de repousser un bateau de migrants par l'intimidation au large de Bodrum, situé à 12 miles de l'île grecque de Kos. Ils vont même jusqu'à tirer à balles réelles dans leur direction afin de couler leur bateau de fortune, les projectiles terminent leur course dans l'eau, à quelques mètres de l'embarcation.

"Les garde-côtes grecs ont effectué des manoeuvres visant à couler le bateau en route pour la Grèce transportant des migrants en situation irrégulière ", ont déclaré les garde-côtes turcs dans un communiqué repris par Le Parisien. "Ils ont ensuite ouvert le feu. Plus tard, les migrants dans le bateau ont été touchés par des gaffes (perches, NDLR) utilisées pour les manoeuvres", ajoute le communiqué.

Les images dateraient de ce lundi matin, vers 7h30. Une pratique illégale qui va à l'encontre de la Convention de Genève, rapporte La Libre.

Lire aussi: Sea-Watch 3: "L'Europe nous demande de commettre un acte criminel à sa place"

Un enfant se noie

Les garde-côtes grecs accusent, eux, la Turquie d'escorter les migrants jusqu'aux eaux territoriales grecques. Une situation dramatique qui a déjà fait une victime, un enfant, lorsqu'un bateau transportant 48 personnes a chaviré, ont déclaré les garde-côtes grecs lundi matin.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé, de son côté, les autorités grecques d'avoir tué deux migrants qui tentaient de franchir la frontière entre la Turquie et la Grèce.

"Aujourd'hui, les militaires grecs ont tué deux migrants et en ont blessé un grièvement", a déclaré M. Erdogan lors d'une conférence de presse à Ankara, sans étayer ses accusations. Plus tôt lundi, Athènes avait démenti des allégations selon lesquelles ses forces avaient tué un migrant.

La Turquie a estimé que 10 000 réfugiés et migrants se sont précipités à ses frontières depuis qu'elle a annoncé qu'elle ne les empêcherait plus de partir pour l'Europe, comme elle l'avait fait depuis la signature d'un accord avec l'Union européenne en 2016.

Lire aussi: Ouverture des frontières turques: le début d'une nouvelle crise migratoire?

Depuis que le président de la Turquie Erdogan a ouvert la frontière avec l'Europe annonçant qu'il ne tenterait plus d'empêcher les migrants de rejoindre l'Europe, les tensions se sont accrues ces derniers jours à la frontière gréco-turque qui voit affluer des milliers de migrants mais aussi dans les eaux territoriales grecques.Lire aussi: "Ouvrez la porte!": le désarroi des migrants à la frontière gréco-turqueDans un extrait vidéo diffusé sur Twitter, on peut voir des garde-côtes grecs qui tentent de repousser un bateau de migrants par l'intimidation au large de Bodrum, situé à 12 miles de l'île grecque de Kos. Ils vont même jusqu'à tirer à balles réelles dans leur direction afin de couler leur bateau de fortune, les projectiles terminent leur course dans l'eau, à quelques mètres de l'embarcation. "Les garde-côtes grecs ont effectué des manoeuvres visant à couler le bateau en route pour la Grèce transportant des migrants en situation irrégulière ", ont déclaré les garde-côtes turcs dans un communiqué repris par Le Parisien. "Ils ont ensuite ouvert le feu. Plus tard, les migrants dans le bateau ont été touchés par des gaffes (perches, NDLR) utilisées pour les manoeuvres", ajoute le communiqué. Les images dateraient de ce lundi matin, vers 7h30. Une pratique illégale qui va à l'encontre de la Convention de Genève, rapporte La Libre. Lire aussi: Sea-Watch 3: "L'Europe nous demande de commettre un acte criminel à sa place" Les garde-côtes grecs accusent, eux, la Turquie d'escorter les migrants jusqu'aux eaux territoriales grecques. Une situation dramatique qui a déjà fait une victime, un enfant, lorsqu'un bateau transportant 48 personnes a chaviré, ont déclaré les garde-côtes grecs lundi matin.Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé, de son côté, les autorités grecques d'avoir tué deux migrants qui tentaient de franchir la frontière entre la Turquie et la Grèce."Aujourd'hui, les militaires grecs ont tué deux migrants et en ont blessé un grièvement", a déclaré M. Erdogan lors d'une conférence de presse à Ankara, sans étayer ses accusations. Plus tôt lundi, Athènes avait démenti des allégations selon lesquelles ses forces avaient tué un migrant.La Turquie a estimé que 10 000 réfugiés et migrants se sont précipités à ses frontières depuis qu'elle a annoncé qu'elle ne les empêcherait plus de partir pour l'Europe, comme elle l'avait fait depuis la signature d'un accord avec l'Union européenne en 2016.Lire aussi: Ouverture des frontières turques: le début d'une nouvelle crise migratoire?