Face à une mobilisation accrue contre le pass sanitaire en France, le chef de l'Etat s'est lancé depuis lundi dans un exercice de pédagogie sur les réseaux sociaux, répondant par de courtes vidéos en mode selfie aux questions des Français. A l'un d'eux qui s'interrogeait sur la sécurité des vaccins à ARN messager, Emmanuel Macron - en t-shirt noir, seul un drapeau français en arrière plan rappelant la solennité de la fonction présidentielle - a répondu: "Le vaccin, d'abord, c'est français, c'est Louis Pasteur, ça fait un petit moment", et cela a permis d'éradiquer nombre de maladies.

Pionnier de la microbiologie, Louis Pasteur (1822-1895) a notamment inventé le vaccin contre la rage. Il a donné son nom à un institut français privé de recherche, à but non lucratif. Quant à l'ARN messager: "à nouveau découverte française, ce n'est pas d'hier, c'est de 1961", souligne-t-il, en référence aux chercheurs de l'Institut Pasteur de Paris Jacques Monod, François Jacob et François Gros qui avaient alors démontré l'existence de cet ARN. C'est toutefois la Hongroise Katalin Kariko qui travaillera sur cette technique à des fins thérapeutiques et deviendra, avec l'Américain Drew Weissman, la première à maîtriser les réactions immunitaires liées à la transcription de l'ARN messager.

Interrogé par ailleurs sur l'efficacité de la vaccination anti-Covid, Emmanuel Macron souligne dans une autre vidéo qu'actuellement "85% des gens hospitalisés sont des gens qui ne sont pas vaccinés". Si certains internautes saluent l'initiative, d'autres restent circonspects, voire hostiles.

Certains critiquent la hausse des prix des vaccins de Pfizer et Moderna, ou se disent persuadés que derrière ces "prises de paroles itératives et insistantes" de l'exécutif pour inciter à la vaccination se cachent "d'autres enjeux", notamment financiers. L'initiative du chef de l'Etat intervient alors que le troisième samedi consécutif de manifestations contre le pass sanitaire a été marqué par une mobilisation accrue, plus de 200.000 personnes, au coeur des vacances d'été.

En France, 53% de la population (plus de 67 millions d'habitants) a désormais un schéma vaccinal complet. Parallèlement, le nombre de personnes hospitalisées après avoir été contaminées ne cesse d'augmenter ces derniers jours, conséquence de la forte contagiosité du variant Delta. Au total, 111.997 personnes sont officiellement décédées du Covid en France depuis le début de l'épidémie.

Face à une mobilisation accrue contre le pass sanitaire en France, le chef de l'Etat s'est lancé depuis lundi dans un exercice de pédagogie sur les réseaux sociaux, répondant par de courtes vidéos en mode selfie aux questions des Français. A l'un d'eux qui s'interrogeait sur la sécurité des vaccins à ARN messager, Emmanuel Macron - en t-shirt noir, seul un drapeau français en arrière plan rappelant la solennité de la fonction présidentielle - a répondu: "Le vaccin, d'abord, c'est français, c'est Louis Pasteur, ça fait un petit moment", et cela a permis d'éradiquer nombre de maladies.Pionnier de la microbiologie, Louis Pasteur (1822-1895) a notamment inventé le vaccin contre la rage. Il a donné son nom à un institut français privé de recherche, à but non lucratif. Quant à l'ARN messager: "à nouveau découverte française, ce n'est pas d'hier, c'est de 1961", souligne-t-il, en référence aux chercheurs de l'Institut Pasteur de Paris Jacques Monod, François Jacob et François Gros qui avaient alors démontré l'existence de cet ARN. C'est toutefois la Hongroise Katalin Kariko qui travaillera sur cette technique à des fins thérapeutiques et deviendra, avec l'Américain Drew Weissman, la première à maîtriser les réactions immunitaires liées à la transcription de l'ARN messager.Interrogé par ailleurs sur l'efficacité de la vaccination anti-Covid, Emmanuel Macron souligne dans une autre vidéo qu'actuellement "85% des gens hospitalisés sont des gens qui ne sont pas vaccinés". Si certains internautes saluent l'initiative, d'autres restent circonspects, voire hostiles.Certains critiquent la hausse des prix des vaccins de Pfizer et Moderna, ou se disent persuadés que derrière ces "prises de paroles itératives et insistantes" de l'exécutif pour inciter à la vaccination se cachent "d'autres enjeux", notamment financiers. L'initiative du chef de l'Etat intervient alors que le troisième samedi consécutif de manifestations contre le pass sanitaire a été marqué par une mobilisation accrue, plus de 200.000 personnes, au coeur des vacances d'été.En France, 53% de la population (plus de 67 millions d'habitants) a désormais un schéma vaccinal complet. Parallèlement, le nombre de personnes hospitalisées après avoir été contaminées ne cesse d'augmenter ces derniers jours, conséquence de la forte contagiosité du variant Delta. Au total, 111.997 personnes sont officiellement décédées du Covid en France depuis le début de l'épidémie.