Après l'annonce de son test positif le 2 octobre, le républicain a en moyenne fait l'objet de plus de 100 millions de recherches par jour sur internet, selon une étude suisse.

Dans le même temps, les Américains ont tapé 20 à 30 millions de fois le nom de son adversaire démocrate Joe Biden, selon une analyse de comportements réalisée à l'Université de Neuchâtel et à l'Institut pour la recherche appliquée en argumentation (IFAA) à Berne. En septembre, le nombre de recherches liées à Donald Trump était d'environ 70 millions par jour.

La présence sur internet constitue une condition importante pour être élu, précisent lundi les chercheurs, qui avaient prédit en 2016 la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton. Leurs recherches se basent sur 200 moteurs de recherche et réseaux sociaux.

Le tweet dans lequel Donald Trump annonce sa maladie vaut une publicité en ligne de plus d'un milliard de dollars

Depuis l'invention du web, les chercheurs suisses n'ont jamais mesuré un tel pic. En termes de visibilité, le tweet dans lequel Donald Trump annonçait sa maladie vaut une publicité en ligne de plus d'un milliard de dollars, écrivent-ils.

En septembre, le trio composé du professeur Jacques Savoy et de Loris Schmid, spécialistes en traitement de la langue naturelle à l'Institut d'informatique de l'Université de Neuchâtel, et de Christoph Glauser, politologue et spécialiste des médias à l'IFAA, avait à nouveau prédit la victoire de Donald Trump.

Après l'annonce de son test positif le 2 octobre, le républicain a en moyenne fait l'objet de plus de 100 millions de recherches par jour sur internet, selon une étude suisse.Dans le même temps, les Américains ont tapé 20 à 30 millions de fois le nom de son adversaire démocrate Joe Biden, selon une analyse de comportements réalisée à l'Université de Neuchâtel et à l'Institut pour la recherche appliquée en argumentation (IFAA) à Berne. En septembre, le nombre de recherches liées à Donald Trump était d'environ 70 millions par jour. La présence sur internet constitue une condition importante pour être élu, précisent lundi les chercheurs, qui avaient prédit en 2016 la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton. Leurs recherches se basent sur 200 moteurs de recherche et réseaux sociaux. Depuis l'invention du web, les chercheurs suisses n'ont jamais mesuré un tel pic. En termes de visibilité, le tweet dans lequel Donald Trump annonçait sa maladie vaut une publicité en ligne de plus d'un milliard de dollars, écrivent-ils. En septembre, le trio composé du professeur Jacques Savoy et de Loris Schmid, spécialistes en traitement de la langue naturelle à l'Institut d'informatique de l'Université de Neuchâtel, et de Christoph Glauser, politologue et spécialiste des médias à l'IFAA, avait à nouveau prédit la victoire de Donald Trump.