Donald Trump a menacé mercredi de "règlementer" ou de "fermer" des plateformes de réseaux sociaux après le signalement la veille par Twitter de deux tweets du président américain comme "trompeurs" et véhiculant des informations non vérifiées. "Les républicains ont le sentiment que les plateformes de réseaux sociaux censurent totalement les voix conservatrices. Nous allons les réglementer sévèrement, ou les fermer, pour ne pas permettre qu'une telle chose se produise", a tweeté Donald Trump, dans un floppée de tweets ragers dont il a le secret.

Il s'en est aussi pris avec virulence à son prédécesseur, Barack Obama: "OBAMAGATE MAKES WATERGATE LOOK LIKE SMALL POTATOES!". Selon lui, il apparaît clairement d'information de presse que l'administration Obama aurait "espionné" la campagne Trump. Les tensions ont atteint un somment sans précédent entre le président et son prédecesseur depuis que Barack Obama a vivement critiqué la gestion de la crise du coronavirus par son administration.

Acinq mois de la présidentielle américaine, le sortant Donald Trump est convaincu- il l'écrit,pas moi- d'avoir été espionné par Obama en 2016, de subir une future fraude électorale et d'être victime d'un complot des réseaux sociaux qu'il veut faire fermer, constate, ahuri, Corentin Sellin, spécialiste des EtatUnis, sur Twitter. Comment envisager une élection "normale"?"

François De Smet, président de DéFi et philosophe, a lui aussi exprimé sa stupéfaction: "Je ne sais pas si on se rend bien compte du caractère inouï de ce tweet: le président des USA menace de "sévèrement réguler ou fermer" les réseaux sociaux - pourtant artisans de son succès. C'est incroyable et gravissime."

Lire aussi: Twitter commence à fact-checker Donald Trump

Donald Trump a menacé mercredi de "règlementer" ou de "fermer" des plateformes de réseaux sociaux après le signalement la veille par Twitter de deux tweets du président américain comme "trompeurs" et véhiculant des informations non vérifiées. "Les républicains ont le sentiment que les plateformes de réseaux sociaux censurent totalement les voix conservatrices. Nous allons les réglementer sévèrement, ou les fermer, pour ne pas permettre qu'une telle chose se produise", a tweeté Donald Trump, dans un floppée de tweets ragers dont il a le secret.Il s'en est aussi pris avec virulence à son prédécesseur, Barack Obama: "OBAMAGATE MAKES WATERGATE LOOK LIKE SMALL POTATOES!". Selon lui, il apparaît clairement d'information de presse que l'administration Obama aurait "espionné" la campagne Trump. Les tensions ont atteint un somment sans précédent entre le président et son prédecesseur depuis que Barack Obama a vivement critiqué la gestion de la crise du coronavirus par son administration.Acinq mois de la présidentielle américaine, le sortant Donald Trump est convaincu- il l'écrit,pas moi- d'avoir été espionné par Obama en 2016, de subir une future fraude électorale et d'être victime d'un complot des réseaux sociaux qu'il veut faire fermer, constate, ahuri, Corentin Sellin, spécialiste des EtatUnis, sur Twitter. Comment envisager une élection "normale"?"François De Smet, président de DéFi et philosophe, a lui aussi exprimé sa stupéfaction: "Je ne sais pas si on se rend bien compte du caractère inouï de ce tweet: le président des USA menace de "sévèrement réguler ou fermer" les réseaux sociaux - pourtant artisans de son succès. C'est incroyable et gravissime."Lire aussi: Twitter commence à fact-checker Donald Trump