"Nous devons vacciner un maximum d'Européennes et d'Européens le plus rapidement possible", indique la présidente de la Commission européenne. Pour atteindre cet objectif, l'Union européenne continue de négocier avec les firmes pharmaceutiques.

C'est dans ce cadre qu'Ursula Von der Leyen a annoncé un accord pour l'achat de 300 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer-BioNTech. "Nous avons un accord pour étendre le contrat, avec 300 millions de doses supplémentaires. Cela va nous permettre de doubler le nombre de doses Pfizer", se réjouit-elle. L'Union européenne avait en effet déjà accès à 300 millions de doses, à partager entre les pays membres.

75 millions de cette commande seront déjà disponibles dès le 2e trimestre de l'année. Le reste sera livré durant les 3e et 4e trimestres. "L'avantage est que nous avons déjà un contrat, pas besoin de lentes négociations. C'est un vaccin autorisé. Les pays membres connaissent déjà le vaccin, la logistique nécessaire...", explique-t-elle.

Plus précisément, l'UE prévoit une commande ferme de 200 millions de doses supplémentaires du vaccin mis au point par l'alliance de l'Américain Pfizer et de l'Allemand BioNTech, avec une option pour 100 millions de plus, précise le communiqué de la Commission. Cela permettrait à l'UE d'acquérir jusqu'à 600 millions de doses de ce vaccin autorisé depuis le 21 décembre.

Accélérer la vaccination belge

On ne sait pas encore pour l'instant à quelle hauteur la Belgique bénéficiera de cette commande supplémentaire. Deux fois plus également ? "Grâce au doublement du nombre de vaccins #BioNTech/

@Pfizer, notre pays pourra accélérer sa vaccination et augmenter le nombre de personnes protégées", s'est réjouit le Premier ministre Alexander De Croo.

Selon De Croo, le doublement du nombre de vaccins Pfizer prouve que l'approche européenne fonctionne. "Si les petits États membres comme la Belgique avaient dû mener ces négociations seuls, nous n'aurions jamais eu autant accès aux vaccins. Nous aurions dû parier sur un ou deux vaccins l'année dernière, sans savoir si le développement allait finalement aboutir à quelque chose. Grâce au programme européen, nous avons déjà accès à deux vaccins efficaces, Pfizer et Moderna. Deux autres vaccins, AstraZeneca et Johnson & Johnson, sont en phase finale. Notre pays a d'ailleurs joué un rôle crucial dans un certain nombre de ces vaccins, et nous pourrions en tirer un peu plus de fierté" indique Alexander De Croo.

Pour rappel, la Belgique avait précommandé 5 millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech (voir tableau en fin d'article).

80% de la population

Von der Leyen est également revenue sur l'autorisation du vaccin Moderna: "cela signifie, avec ces deux vaccins autorisés, que nous avons déjà sécurisé le nombre de vaccins nécessaires pour vacciner 380 millions d'Européens. C'est plus de 80% de la population européenne. Et d'autres vaccins suivront dans les prochaines semaines et les prochains mois."

Dès le mois de juin 2020, la Commission avait proposé aux 27 de centraliser les négociations avec les firmes pharmaceutiques tentant de développer un vaccin contre le Covid-19, de manière à conclure des contrats d'achat anticipé avantageux, au bénéfice de tous les Etats membres. Le premier contrat avait été conclu en août avec AstraZeneca, 5 autres ont suivi. Les Etats restent cependant les acheteurs finals des produits. Au total, l'UE a maintenant des accords sur les commandes de 2,3 milliards de doses de différents vaccins.

"Nous devons vacciner un maximum d'Européennes et d'Européens le plus rapidement possible", indique la présidente de la Commission européenne. Pour atteindre cet objectif, l'Union européenne continue de négocier avec les firmes pharmaceutiques. C'est dans ce cadre qu'Ursula Von der Leyen a annoncé un accord pour l'achat de 300 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer-BioNTech. "Nous avons un accord pour étendre le contrat, avec 300 millions de doses supplémentaires. Cela va nous permettre de doubler le nombre de doses Pfizer", se réjouit-elle. L'Union européenne avait en effet déjà accès à 300 millions de doses, à partager entre les pays membres. 75 millions de cette commande seront déjà disponibles dès le 2e trimestre de l'année. Le reste sera livré durant les 3e et 4e trimestres. "L'avantage est que nous avons déjà un contrat, pas besoin de lentes négociations. C'est un vaccin autorisé. Les pays membres connaissent déjà le vaccin, la logistique nécessaire...", explique-t-elle. Plus précisément, l'UE prévoit une commande ferme de 200 millions de doses supplémentaires du vaccin mis au point par l'alliance de l'Américain Pfizer et de l'Allemand BioNTech, avec une option pour 100 millions de plus, précise le communiqué de la Commission. Cela permettrait à l'UE d'acquérir jusqu'à 600 millions de doses de ce vaccin autorisé depuis le 21 décembre.On ne sait pas encore pour l'instant à quelle hauteur la Belgique bénéficiera de cette commande supplémentaire. Deux fois plus également ? "Grâce au doublement du nombre de vaccins #BioNTech/@Pfizer, notre pays pourra accélérer sa vaccination et augmenter le nombre de personnes protégées", s'est réjouit le Premier ministre Alexander De Croo. Selon De Croo, le doublement du nombre de vaccins Pfizer prouve que l'approche européenne fonctionne. "Si les petits États membres comme la Belgique avaient dû mener ces négociations seuls, nous n'aurions jamais eu autant accès aux vaccins. Nous aurions dû parier sur un ou deux vaccins l'année dernière, sans savoir si le développement allait finalement aboutir à quelque chose. Grâce au programme européen, nous avons déjà accès à deux vaccins efficaces, Pfizer et Moderna. Deux autres vaccins, AstraZeneca et Johnson & Johnson, sont en phase finale. Notre pays a d'ailleurs joué un rôle crucial dans un certain nombre de ces vaccins, et nous pourrions en tirer un peu plus de fierté" indique Alexander De Croo. Pour rappel, la Belgique avait précommandé 5 millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech (voir tableau en fin d'article).Von der Leyen est également revenue sur l'autorisation du vaccin Moderna: "cela signifie, avec ces deux vaccins autorisés, que nous avons déjà sécurisé le nombre de vaccins nécessaires pour vacciner 380 millions d'Européens. C'est plus de 80% de la population européenne. Et d'autres vaccins suivront dans les prochaines semaines et les prochains mois." Dès le mois de juin 2020, la Commission avait proposé aux 27 de centraliser les négociations avec les firmes pharmaceutiques tentant de développer un vaccin contre le Covid-19, de manière à conclure des contrats d'achat anticipé avantageux, au bénéfice de tous les Etats membres. Le premier contrat avait été conclu en août avec AstraZeneca, 5 autres ont suivi. Les Etats restent cependant les acheteurs finals des produits. Au total, l'UE a maintenant des accords sur les commandes de 2,3 milliards de doses de différents vaccins.