France
...

France Selon la Direction générale de la Santé, "la circulation du virus est en augmentation sur le territoire français", ce qui se traduit notamment par "une hausse du nombre de recours à SOS médecins (des médecins qui se déplacent à domicile), des passages aux urgences, du nombre de clusters et de nouvelles hospitalisations."La France compte 208 foyers de coronavirus actuellement actifs. 66 d'entre eux sont considérés comme "maîtrisés", ce qui signifie que le suivi des contacts est en cours et qu'il n'y a pas de nouveaux cas 7 jours après le dernier connu. Le ministre français de la Santé Olivier Veran a mentionné quant à lui "entre 400 et 500 clusters". Ils se situent notamment dans l'ouest de la France, en Mayenne et en Bretagne, peu touchées par la première vague, mais aussi dans le Grand Est, particulièrement frappé par la maladie au printemps. "Il y a des signes inquiétants de reprise épidémique sur le territoire national", a-t-il rappelé, même si "à ce stade nous sommes très loin de la deuxième vague".Au niveau national, le taux de reproduction effectif (R) qui mesure le nombre moyen de personnes contaminées par un malade s'établit à 1,2. Dans certaines régions, comme la Bretagne, ce taux atteint 2,6.Face à ces premiers signes de reprise, la France a imposé le port du masque dans tous les lieux publics clos comme les magasins, centres commerciaux, administrations, banques ou marchés couverts. Cette mesure était déjà obligatoire dans les transports publics depuis le 11 mai. Le non-respect de cette mesure entraînera une amende de 135 euros.Les recommandations des Affaires étrangères : pour l'instant, la France est classée "verte", dans le sens des départs et des retours. Espagne Les autorités espagnoles continuent à réinstaurer des restrictions pour tenter de freiner le rebond de cas de nouveau coronavirus. L'Espagne compte désormais plus de 200 foyers actifs dont une quinzaine détectés le week-end dernier. Les foyers de contagion apparus ces dernières semaines proviennent d'une part, des travailleurs saisonniers agricoles qui parcourent le pays pour les récoltes de fruits, et d'autre part au relâchement des mesures de sécurité dans les lieux de fêtes, en famille ou dans les bars et discothèques. La région de Murcie (sud-est) a par exemple décidé de fermer les discothèques ou bars de nuit sans terrasses. Les réunions de plus de 15 personnes sont également interdites. Cette région côtière a aussi annoncé la fermeture des centres de jour pour personnes âgées et des restrictions de visites dans certaines maisons de retraite, une mesure déjà annoncée ce week-end par le Pays basque (nord).Le ministre a demandé à la population de "respecter avec rigueur" les nouvelles mesures prises par les autorités dans les zones qui préoccupent le plus, en Catalogne et en Aragon, deux régions voisines du nord du pays. Le gouvernement régional catalan a par ailleurs invité les habitants de Barcelone et de sa banlieue à ne sortir de chez eux que pour des tâches indispensables. Cette recommandation, qui concerne aussi la zone de Lérida, a été étendue dimanche aux municipalités de Figueras, proche de la frontière française, Vilafant et Sant Feliu de Llobregat.Devant l'accélération des contagions, qui ont triplé en trois semaines, presque toutes les régions espagnoles, à l'exception principalement de Madrid, ont renforcé le caractère obligatoire du masque, qui doit être porté même si la distance de sécurité peut être maintenue, sous peine d'amende.Les recommandations des Affaires étrangères : pour l'instant, l'Espagne est classée "orange" dans le sens des départs et des retours, sauf certaines régions :En rouge : les districts ('Comarcas') de Segrià (province de Lérida, Catalogne) et de La Mariña (province de Lugo, Galice)En orange : Aragon, CatalognePortugalDans la région de Lisbonne, un nouveau confinement à domicile a lieu depuis le 1er juillet pour 700.000 habitants d'une vingtaine de quartiers. Ces mesures ont été prolongées au moins jusqu'à la fin juillet. Mais la pandémie montre ces derniers jours des signes encourageants, avec une courbe plus stable des nouveaux cas, mais aussi des décès. La plupart des nouveaux cas dans le pays sont toujours issus de la région de Lisbonne En Alentejo et en Algarve, les nouveaux cas continuent d'augmenter. La situation semble pour l'instant plus favorable dans le Nord que dans le Sud. Les recommandations des Affaires étrangères : pour l'instant, le Portugal est classé "vert" dans le sens des départs et des retours, sauf certaines régions : En rouge : Amadora, Odivelas, Sintra (Queluz-Belas / Massamá-Monte Abraão / Agualva-Mira Sintra / Algueirão-Mem Martins / Rio de Mouro / Cacém-São Marcos), Loures (Camarate, Unhos, Apelação/Sacavém-Pior Velho), Lisboa (Santa-Clara).En orange : AlgarveItalieL'Italie est l'un des pays les plus touchés par la pandémie de coronavirus en Europe, mais depuis le début du déconfinement, les choses semblent se passer dans le calme. Depuis le mois de juillet, la moyenne sur 7 jours du pays se trouvent à environ 200 nouveaux cas par jour. Une situation qui est surveillée de près, mais très stable, et qui pour l'instant ne montre pas de signes de rebond. Mais comme dans tous les pays, les foyers sont surveillés de très près et certaines personnes en contact avec des foyers ont été mises à l'isolement, de manière très localisée. La présence de foyers dans différentes régions d'Italie, selon le directeur général de la prévention du ministère de la santé, Gianni Rezza, indique une circulation virale continue pour laquelle "il est nécessaire de continuer à maintenir un comportement approprié" et "surtout de porter des masques dans les lieux publics et de maintenir une distance sociale".Les recommandations des Affaires étrangères : pour l'instant, tout est au vert dans le sens des départs et des retours. Autres paysRoyaume-Uni. Le 29 juin, le gouvernement britannique a reconfiné la ville de Leicester (centre de l'Angleterre), avec fermeture des magasins non essentiels, en raison d'une recrudescence locale de cas de Covid-19. Le reconfinement va être partiellement allégé le 24 juillet. Le port du masque devient obligatoire dans tous les magasins en Angleterre à compter du 24 juillet. C'était déjà le cas en Ecosse. Toutefois le Premier ministre britannique Boris Johnson a encouragé les Anglais à reprendre les transports en commun et à retourner sur leur lieu de travail à partir du 1er août, disant espérer un "retour à la normale" pour la fin de l'année.Irlande. Le pays devait rouvrir pleinement ses bars le 13 juillet mais a repoussé la dernière phase du déconfinement au 10 août, en raison d'une résurgence. Les rassemblements sont limités à 50 personnes à l'intérieur et 200 à l'extérieur tandis que les masques deviennent obligatoires dans les magasins.Allemagne. En prévision d'une résurgence, le pays autorise des mesures de confinement renforcées au niveau local avec "des interdictions de sortie" dans des zones géographiques limitées. C'est une nouveauté dans le pays qui jusqu'ici avait une définition souple des confinements basés largement sur l'auto-discipline et la bonne volonté. (avec AFP)