Depuis le 9 mai, 547 cas groupés (clusters) ont été détectés mais 339 clôturés, relève la Direction générale de la santé.

Lundi, le ministre français de la Santé Olivier Veran avait mentionné "entre 400 et 500 clusters", notamment en Mayenne, Bretagne (ouest) et dans le Grand Est. "Il y a des signes inquiétants de reprise épidémique sur le territoire national", avait-il rappelé, même si "à ce stade nous sommes très loin de la deuxième vague".

Dans le détail, sur ces 208 foyers encore actifs, 66 sont considérés comme "maîtrisés", ce qui signifie que le suivi des contacts est en cours et qu'il n'y a pas de nouveaux cas 7 jours après le dernier connu, a précisé le ministère de la Santé à l'AFP.

Un cluster est défini par la survenue d'au moins trois cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, et qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement.

Les clusters clôturés signifient qu'aucun nouveau cas n'y a été constaté "14 jours après la date de début des signes du dernier cas et la fin de la quatorzaine de tous les contacts".

"La circulation du virus est en augmentation sur le territoire national", ce qui se traduit notamment par "une hausse du nombre de recours à SOS médecins (des médecins qui se déplacent à domicile), des passages aux urgences, du nombre de clusters et de nouvelles hospitalisations", souligne la DGS.

L'épidémie du Covid-19 a fait 13 nouveaux morts à l'hôpital depuis lundi en France mais le bilan général a été revu à la baisse après correction du nombre de décès dans les Ehpad, portant le total des victimes à 30.165, selon la Direction générale de la Santé.

Depuis le début de l'épidémie, 19.649 personnes sont décédées au sein des établissements hospitaliers et 10.516 en maisons de retraite (Ehpad). Un précédent bilan faisait état de 10.541 morts en Ehpad.

En tout 6.482 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19, dont 455 en réanimation, soit 12 de moins que lundi.

Depuis le 9 mai, 547 cas groupés (clusters) ont été détectés mais 339 clôturés, relève la Direction générale de la santé.Lundi, le ministre français de la Santé Olivier Veran avait mentionné "entre 400 et 500 clusters", notamment en Mayenne, Bretagne (ouest) et dans le Grand Est. "Il y a des signes inquiétants de reprise épidémique sur le territoire national", avait-il rappelé, même si "à ce stade nous sommes très loin de la deuxième vague".Dans le détail, sur ces 208 foyers encore actifs, 66 sont considérés comme "maîtrisés", ce qui signifie que le suivi des contacts est en cours et qu'il n'y a pas de nouveaux cas 7 jours après le dernier connu, a précisé le ministère de la Santé à l'AFP.Un cluster est défini par la survenue d'au moins trois cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, et qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement.Les clusters clôturés signifient qu'aucun nouveau cas n'y a été constaté "14 jours après la date de début des signes du dernier cas et la fin de la quatorzaine de tous les contacts"."La circulation du virus est en augmentation sur le territoire national", ce qui se traduit notamment par "une hausse du nombre de recours à SOS médecins (des médecins qui se déplacent à domicile), des passages aux urgences, du nombre de clusters et de nouvelles hospitalisations", souligne la DGS.L'épidémie du Covid-19 a fait 13 nouveaux morts à l'hôpital depuis lundi en France mais le bilan général a été revu à la baisse après correction du nombre de décès dans les Ehpad, portant le total des victimes à 30.165, selon la Direction générale de la Santé.Depuis le début de l'épidémie, 19.649 personnes sont décédées au sein des établissements hospitaliers et 10.516 en maisons de retraite (Ehpad). Un précédent bilan faisait état de 10.541 morts en Ehpad.En tout 6.482 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19, dont 455 en réanimation, soit 12 de moins que lundi.