Alors que l'Italie, l'Espagne, la France et la Belgique sont entrées en confinement, les Pays-Bas continuent à autoriser les rassemblements, même s'ils ont fermé leurs bars, restaurants, maisons closes, coffeeshops etc. Tout comme la Belgique, les leçons sont suspendues dans les écoles, mais elles continuent à proposer un service de garderie.

Pas d'interdiction de rassemblement

En revanche, il n'y a pas d'interdiction de rassemblement comme en Belgique. Ainsi, les visites aux amis sont toujours autorisées, même si le gouvernement néerlandais recommande d'éviter les visites aux personnes âgées et au système immunitaire fragilisé. Quant aux sportifs, ils ont toujours le droit de rouler à vélo et de courir en groupe, à condition de garder 1,5 mètre de distance.

Les Pays-Bas privilégient en effet la stratégie de l'immunité collective qui consiste à laisser les personnes les moins vulnérables attraper le virus tout en protégeant les plus fragiles (personnes âgées et malades). L'objectif de cette stratégie controversée est d'immuniser un maximum de personnes.

Sur son site, l'Institut national de la santé publique et de l'environnement prodigue également des recommandations à la population néerlandaise. Ainsi, il recommande aux personnes qui se croient atteintes de rester chez elle et d'éviter le contact social si elles sont enrhumées, si elles toussent, si elles ont de la fièvre ou mal à la gorge.

Une recommandation pour le moins étrange

Si la recommandation fait l'unanimité des spécialistes, il n'en va pas de même de la conclusion : "Si vous vous sentez mieux et n'avez pas eu de problèmes de santé depuis 24 heures, vous êtes guéri. Vous ne pourrez alors pas infecter les autres", un conseil pour le moins étrange et même dangereux quand on sait que l'on peut très bien propager le virus en étant asymptomatique.

L'aggravation du nombre de cas intervient alors que ministre néerlandais des Soins médicaux Bruno Bruins a démissionné jeudi après s'être évanoui la veille lors d'un débat au Parlement sur l'épidémie du nouveau coronavirus, un malaise dû selon lui à un "épuisement".

Ce soir, comme la reine Elizabeth II et le roi Philippe avant lui, le roi Willem-Alexander s'exprimera à la télévision néerlandaise afin de soutenir la population.

Alors que l'Italie, l'Espagne, la France et la Belgique sont entrées en confinement, les Pays-Bas continuent à autoriser les rassemblements, même s'ils ont fermé leurs bars, restaurants, maisons closes, coffeeshops etc. Tout comme la Belgique, les leçons sont suspendues dans les écoles, mais elles continuent à proposer un service de garderie. Pas d'interdiction de rassemblementEn revanche, il n'y a pas d'interdiction de rassemblement comme en Belgique. Ainsi, les visites aux amis sont toujours autorisées, même si le gouvernement néerlandais recommande d'éviter les visites aux personnes âgées et au système immunitaire fragilisé. Quant aux sportifs, ils ont toujours le droit de rouler à vélo et de courir en groupe, à condition de garder 1,5 mètre de distance.Les Pays-Bas privilégient en effet la stratégie de l'immunité collective qui consiste à laisser les personnes les moins vulnérables attraper le virus tout en protégeant les plus fragiles (personnes âgées et malades). L'objectif de cette stratégie controversée est d'immuniser un maximum de personnes. Sur son site, l'Institut national de la santé publique et de l'environnement prodigue également des recommandations à la population néerlandaise. Ainsi, il recommande aux personnes qui se croient atteintes de rester chez elle et d'éviter le contact social si elles sont enrhumées, si elles toussent, si elles ont de la fièvre ou mal à la gorge. Une recommandation pour le moins étrangeSi la recommandation fait l'unanimité des spécialistes, il n'en va pas de même de la conclusion : "Si vous vous sentez mieux et n'avez pas eu de problèmes de santé depuis 24 heures, vous êtes guéri. Vous ne pourrez alors pas infecter les autres", un conseil pour le moins étrange et même dangereux quand on sait que l'on peut très bien propager le virus en étant asymptomatique. L'aggravation du nombre de cas intervient alors que ministre néerlandais des Soins médicaux Bruno Bruins a démissionné jeudi après s'être évanoui la veille lors d'un débat au Parlement sur l'épidémie du nouveau coronavirus, un malaise dû selon lui à un "épuisement". Ce soir, comme la reine Elizabeth II et le roi Philippe avant lui, le roi Willem-Alexander s'exprimera à la télévision néerlandaise afin de soutenir la population.