"Ne nous voilons pas la face : le plateau que nous avons a une tendance claire à être incliné à la hausse. Nous voyons une augmentation constante du nombre de contaminations dans toutes les provinces, et quasi dans toutes les tranches d'âge", a confirmé Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid, lors de la conférence de presse du Centre de crise. Les personnes âgées semblent davantage épargnées. C'est chez les adolescents, suivis des trentenaires, que la hausse est la plus marquée.

Préoccupation sur les soins intensifs

"Il est fort probable que nous atteindrons une moyenne de 3000 contaminations par jour dans le courant de cette semaine." Le nombre de test a augmenté, mais cela n'explique pas entièrement la hausse de cas, d'autant que le taux de positivité a également augmenté. "Le virus circule plus facilement actuellement."

6% des infections documentées entrainent une hospitalisation. Ce pourcentage est assez stable, mais cela va nous amener à avoir bientôt une moyenne de 180 admissions par jour. "Nous avons dépassé le seuil des 2.000 patients hospitalisés et des 500 patients en soins intensifs. Il faut remonter au 28 décembre pour avoir ce même taux d'occupation des soins intensifs. Mais nous étions alors dans une tendance à la baisse, alors que nous sommes actuellement dans une tendance à la hausse", précise Van Laethem. Il indique également que l'occupation des soins intensifs augmente de manière plus significative que celle du total des hospitalisations : "Les patients vont plus rapidement en soins intensifs que ce qui était le cas il y a quelques semaines/mois." Le porte-parole appelle à se méfier de ce genre d'évolution dans le futur proche.

Une bonne nouvelle cependant : les 13 et 14 mars, il n'y a eu aucun décès dans les maisons de repos et de soins liés au Covid.

Mise en garde

"Nous sommes donc à un point de rupture potentiel, mais nous pouvons toujours influencer cette évolution." Comment ? Yves Van Laethem rappelle quelques précautions de base : "limitez vos contacts étroits en attendant que la campagne de vaccination progresse, pratiquez toujours le télétravail, respectez les mesures."

Une piqûre de rappel qu'avait déjà fait le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke ce matin en radio. "Si l'on veut atteindre ces objectifs, nous devons être plus prudents qu'aujourd'hui, remettre certaines règles à l'agenda et les suivre", a-t-il déclaré en visant notamment le télétravail "qui doit être remis à l'honneur". Le ministre fédéral ne souscrit par ailleurs pas au plaidoyer de certains responsables politiques, notamment à la N-VA, en faveur d'une réouverture des terrasses des cafés pour les vacances de Pâques. "On se trompe de discussion. C'est peut-être sympathique de parler d'assouplissement mais c'est bercer les gens d'illusions", a-t-il souligné.

Le Premier ministre et le ministre de la Santé ont d'ailleurs invité les représentants des employeurs à une "discussion urgente" concernant le respect du télétravail, qui aura lieu à 16h.

"Ne nous voilons pas la face : le plateau que nous avons a une tendance claire à être incliné à la hausse. Nous voyons une augmentation constante du nombre de contaminations dans toutes les provinces, et quasi dans toutes les tranches d'âge", a confirmé Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid, lors de la conférence de presse du Centre de crise. Les personnes âgées semblent davantage épargnées. C'est chez les adolescents, suivis des trentenaires, que la hausse est la plus marquée. "Il est fort probable que nous atteindrons une moyenne de 3000 contaminations par jour dans le courant de cette semaine." Le nombre de test a augmenté, mais cela n'explique pas entièrement la hausse de cas, d'autant que le taux de positivité a également augmenté. "Le virus circule plus facilement actuellement."6% des infections documentées entrainent une hospitalisation. Ce pourcentage est assez stable, mais cela va nous amener à avoir bientôt une moyenne de 180 admissions par jour. "Nous avons dépassé le seuil des 2.000 patients hospitalisés et des 500 patients en soins intensifs. Il faut remonter au 28 décembre pour avoir ce même taux d'occupation des soins intensifs. Mais nous étions alors dans une tendance à la baisse, alors que nous sommes actuellement dans une tendance à la hausse", précise Van Laethem. Il indique également que l'occupation des soins intensifs augmente de manière plus significative que celle du total des hospitalisations : "Les patients vont plus rapidement en soins intensifs que ce qui était le cas il y a quelques semaines/mois." Le porte-parole appelle à se méfier de ce genre d'évolution dans le futur proche. Une bonne nouvelle cependant : les 13 et 14 mars, il n'y a eu aucun décès dans les maisons de repos et de soins liés au Covid. "Nous sommes donc à un point de rupture potentiel, mais nous pouvons toujours influencer cette évolution." Comment ? Yves Van Laethem rappelle quelques précautions de base : "limitez vos contacts étroits en attendant que la campagne de vaccination progresse, pratiquez toujours le télétravail, respectez les mesures."Une piqûre de rappel qu'avait déjà fait le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke ce matin en radio. "Si l'on veut atteindre ces objectifs, nous devons être plus prudents qu'aujourd'hui, remettre certaines règles à l'agenda et les suivre", a-t-il déclaré en visant notamment le télétravail "qui doit être remis à l'honneur". Le ministre fédéral ne souscrit par ailleurs pas au plaidoyer de certains responsables politiques, notamment à la N-VA, en faveur d'une réouverture des terrasses des cafés pour les vacances de Pâques. "On se trompe de discussion. C'est peut-être sympathique de parler d'assouplissement mais c'est bercer les gens d'illusions", a-t-il souligné.Le Premier ministre et le ministre de la Santé ont d'ailleurs invité les représentants des employeurs à une "discussion urgente" concernant le respect du télétravail, qui aura lieu à 16h.