Le coronapass qui faisait débat au sein de la majoritéverra finalement le jour, en Belgique, sous l'appellation Corona Safe Ticket. Il sera applicable à partir du 13 août et ce jusqu'au 30 septembre. Il permettrait aux personnes qui ont une vaccination ou un test PCR négatif de participer à des événements de plus de 5.000 personnes en extérieur. Ce Corona Safe Ticket permettrait même de dépasser de beaucoup cette jauge et autoriserait des grands festivals de musique (Tomorrowland) ou le Grand prix de formule 1 (Spa Francorchamps).
...

Le coronapass qui faisait débat au sein de la majoritéverra finalement le jour, en Belgique, sous l'appellation Corona Safe Ticket. Il sera applicable à partir du 13 août et ce jusqu'au 30 septembre. Il permettrait aux personnes qui ont une vaccination ou un test PCR négatif de participer à des événements de plus de 5.000 personnes en extérieur. Ce Corona Safe Ticket permettrait même de dépasser de beaucoup cette jauge et autoriserait des grands festivals de musique (Tomorrowland) ou le Grand prix de formule 1 (Spa Francorchamps).Sophie Wilmès, au micro de Matin Première ce mercredi, a rappelé qu'elle a proposé ce nom. La ministre des Affaires étrangères a précisé qu'il ne devait avoir lieu que sur une période limitée dans temps et pour les événements de masse et confirme les propos du Premier ministre, Alexander De Croo, présent sur le plateau du JT de la RTBF. Le MR ne voulait pas de ce coronapass, qui conditionne le retour à nos libertés. D'ailleur,s à la suite du comité de concertation, son président Georges-Louis Bouchez se targuait sur Twitter qu'il s'agissait de mesures sans coronapass. Cela a valu une volée de critiques qui lui reprochent de sauver la face. Le libéral se défend: "Ce n'est pas un coronapass qui conditionne les libertés mais bien un protocole spécifique."Malgré le plan été présenté, de nombreux événements ont décidé de reporter leur édition. C'est le cas notamment de Dour ou des Ardentes. Le festival liégeois a notamment expliqué qu'il n'y a qu'une seule façon d'envisager l'événement: "Celle de la liberté, de l'anti-distance sociale. Celle d'une bulle de 40.000 personnes sous le soleil. Celle où on s'embrasse, où on hurle les textes de PNL et DAMSO dans l'oreille de son voisin et où on s'explose les rotules dans les pogos, celle où on twerk avec CARDI et MEGAN pour finir à 10 sous la tente. C'est comme ça et pour cela que nous avons créé les Ardentes il y a maintenant 15 ans."En ce qui concerne Dour, les organisateurs se demandent ce que serait "une "édition de Dour avec 250.000 personnes masquées".Et pour les voyages ? En ce qui concerne les voyages, c'est au niveau européen qu'un certificat vert européen (Green Certificate) est en train d'être discuté. Il permettrait la libre circulation des citoyens de l'Union entre Etats membres et sans quarantaine, en présentant soit un test PCR de moins de 72 heures soit une preuve de vaccination. Les négociations sont en cours mais certains débats subsistent entre Etats comme la gratuité du test PCR (en Belgique, sans ordonnance, le test PCR à réaliser avant de pouvoir partir à l'étranger coute 47€, ndlr) et le délai de mise en oeuvre. Le texte final devrait être adopté par le Parlement européen fin juin. La vaccination, la cléLe gouvernement a été clair : le "retour à la normale" aura uniquement lieu si la pression sur les soins intensifs dans les hôpitaux peut être contrôlée et si la campagne de vaccination avance. Alexander de Croo a précisé pourquoi le 9 juin avait été choisi comme date clé : "Début juin, 2,2 millions de personnes auront été vaccinées avec une première dose. Cela donne une solide perspective pour juin, juillet et août". À l'heure actuelle, 40% des adultes ont reçu une première dose de vaccin et 12% sont complètement vaccinés.