"Nous examinerons quelle qualification juridique sera donnée aux faits", a indiqué le magistrat Jeroen Swijsen. Plusieurs cyclistes, dont le bourgmestre de Maaseik Johan Tollenaere (Open Vld), avaient remarqué dimanche une forte odeur de cadavre en décomposition durant une randonnée en VTT dans le Dilserbos. Un chasseur avait lui aussi senti l'odeur nauséabonde avant de se mettre à la recherche de sa provenance, pensant qu'il s'agissait d'un animal en décomposition. Il était ensuite tombé sur le cadavre de Jürgen Conings au pied d'un arbre, dans un secteur du bois touffu et difficile d'accès. Le chasseur a filmé et photographié la scène et les images auraient ensuite été vendues. Le parquet, qui estime qu'il doit toujours être tenu compte des proches, a ouvert une enquête.

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a réagi lundi avec horreur à la prise et à la diffusion par des médias étrangers d'images du corps de Jürgen Conings, et a appelé les médias belges à ne pas les diffuser.

Le ministre regrette que ces images, qui ne proviennent pas de personnes impliquées dans l'enquête, circulent. Une action en justice est en cours pour les faire retirer. Vincent Van Quickenborne demande aux médias belges de ne rien diffuser et de ne pas faire référence au site étranger sur lequel elles sont apparues, par respect pour les proches.

Le ministre veut également, à l'avenir, faire de la prise d'images de cadavres une infraction pénale. "Prendre et publier ces images est de mauvais goût et ignoble. C'est inacceptable. Peu importe de qui il s'agit: auteur, victime ou autre. C'est moralement ignoble. Établissons dès lors des limites claires dans notre code pénal", a-t-il expliqué.

Le journal allemand Bild a diffusé lundi des photos floutées et une vidéo du corps du soldat Jürgen Conings. Disponibles sur le site, les photos montrent le militaire dans son uniforme, ainsi qu'une arme. Une vidéo est également disponible.

"Nous examinerons quelle qualification juridique sera donnée aux faits", a indiqué le magistrat Jeroen Swijsen. Plusieurs cyclistes, dont le bourgmestre de Maaseik Johan Tollenaere (Open Vld), avaient remarqué dimanche une forte odeur de cadavre en décomposition durant une randonnée en VTT dans le Dilserbos. Un chasseur avait lui aussi senti l'odeur nauséabonde avant de se mettre à la recherche de sa provenance, pensant qu'il s'agissait d'un animal en décomposition. Il était ensuite tombé sur le cadavre de Jürgen Conings au pied d'un arbre, dans un secteur du bois touffu et difficile d'accès. Le chasseur a filmé et photographié la scène et les images auraient ensuite été vendues. Le parquet, qui estime qu'il doit toujours être tenu compte des proches, a ouvert une enquête. Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a réagi lundi avec horreur à la prise et à la diffusion par des médias étrangers d'images du corps de Jürgen Conings, et a appelé les médias belges à ne pas les diffuser. Le ministre regrette que ces images, qui ne proviennent pas de personnes impliquées dans l'enquête, circulent. Une action en justice est en cours pour les faire retirer. Vincent Van Quickenborne demande aux médias belges de ne rien diffuser et de ne pas faire référence au site étranger sur lequel elles sont apparues, par respect pour les proches. Le ministre veut également, à l'avenir, faire de la prise d'images de cadavres une infraction pénale. "Prendre et publier ces images est de mauvais goût et ignoble. C'est inacceptable. Peu importe de qui il s'agit: auteur, victime ou autre. C'est moralement ignoble. Établissons dès lors des limites claires dans notre code pénal", a-t-il expliqué.Le journal allemand Bild a diffusé lundi des photos floutées et une vidéo du corps du soldat Jürgen Conings. Disponibles sur le site, les photos montrent le militaire dans son uniforme, ainsi qu'une arme. Une vidéo est également disponible.