"Une seule dose de vaccin contre le Covid-19 suffit pour les patients qui ont déjà eu la maladie" : c'est la recommandation formulée il y a quelques jours par les autorités sanitaires françaises. Ces personnes "ont déjà élaboré (...) une mémoire immunitaire. La dose unique de vaccin jouera ainsi un rôle de rappel", explique la Haute autorité de santé dans son avis. L'autorité recommande d'attendre "au-delà de trois mois" après la maladie, "et de préférence six mois", avant d'injecter cette dose unique.

La France est le premier pays à formuler une telle recommandation. Catherine Fonck, députée fédérale, avait émis le souhait d'adapter notre stratégie de vaccination pour les personnes ayant déjà contracté le Covid. Le but : "permettre de protéger plus vite plus de personnes fragiles, sauver des vies et retrouver nos libertés." En Belgique, 15% à 20% de la population belge auraient contracté le Covid et pourraient donc être potentiellement concernées.

Les avantages de cette dose uniques sont multiples : une économie des doses, une campagne de vaccination plus rapide... Mais elle présente aussi ses questionnements, notamment par rapport au taux d'anticorps de chacun, le fait de le détecter au préalable ou non et l'influence des variants.

Lors d'une réunion du conseil supérieur de la santé, la Taskforce vaccination a décidé de ne pas suivre cette recommandation, annonce la RTBF : les personnes ayant contracté le Covid-19 devront se faire inoculer deux doses et non pas une seule. Cela concerne les vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca, déjà utilisés chez nous. Le vaccin Johnson&Johnson, qui sera bientôt examiné par l'Europe et pourrait bientôt débarquer en Belgique, ne nécessite pour sa part qu'une seule injection, et ce quel que soit la personne vaccinée.

"Une seule dose de vaccin contre le Covid-19 suffit pour les patients qui ont déjà eu la maladie" : c'est la recommandation formulée il y a quelques jours par les autorités sanitaires françaises. Ces personnes "ont déjà élaboré (...) une mémoire immunitaire. La dose unique de vaccin jouera ainsi un rôle de rappel", explique la Haute autorité de santé dans son avis. L'autorité recommande d'attendre "au-delà de trois mois" après la maladie, "et de préférence six mois", avant d'injecter cette dose unique.La France est le premier pays à formuler une telle recommandation. Catherine Fonck, députée fédérale, avait émis le souhait d'adapter notre stratégie de vaccination pour les personnes ayant déjà contracté le Covid. Le but : "permettre de protéger plus vite plus de personnes fragiles, sauver des vies et retrouver nos libertés." En Belgique, 15% à 20% de la population belge auraient contracté le Covid et pourraient donc être potentiellement concernées.Les avantages de cette dose uniques sont multiples : une économie des doses, une campagne de vaccination plus rapide... Mais elle présente aussi ses questionnements, notamment par rapport au taux d'anticorps de chacun, le fait de le détecter au préalable ou non et l'influence des variants. Lors d'une réunion du conseil supérieur de la santé, la Taskforce vaccination a décidé de ne pas suivre cette recommandation, annonce la RTBF : les personnes ayant contracté le Covid-19 devront se faire inoculer deux doses et non pas une seule. Cela concerne les vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca, déjà utilisés chez nous. Le vaccin Johnson&Johnson, qui sera bientôt examiné par l'Europe et pourrait bientôt débarquer en Belgique, ne nécessite pour sa part qu'une seule injection, et ce quel que soit la personne vaccinée.