Au troisième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) en volume a augmenté de 2,0% par rapport au trimestre précédent, indiquent mardi l'Institut des comptes nationaux (ICN) et la Banque nationale de Belgique (BNB). Par rapport au troisième trimestre de 2020, la croissance est de 4,9%. "Pour la première fois depuis le début de la pandémie de Covid-19, l'activité économique a retrouvé son niveau d'avant la crise et l'a légèrement dépassé", se réjouissent les deux institutions. Par rapport au deuxième trimestre de l'année, la valeur ajoutée a augmenté de 2,5% dans les services mais s'est repliée de 0,4% dans l'industrie et de 0,8% dans la construction, précisent l'ICN et la BNB.

Plus de dépenses

Du côté des ménages, leurs dépenses de consommation ont augmenté de 6,3% au troisième trimestre, une hausse due essentiellement à l'amélioration de la situation sanitaire et à l'assouplissement des mesures destinées à endiguer la propagation du coronavirus. Ainsi, les ménages ont davantage dépensé pour le tourisme et des biens et services non durables (+5%). La consommation de biens et services durables a crû de 1,1% et les investissements en logement ont augmenté de 1,5%.

Les administrations publiques ont aussi davantage consommé, avec des dépenses en hausse de 3,8%. Les investissements publics ont progressé de 9,8%, une augmentation expliquée par les dépenses dans la Défense, éclairent la BNB et l'ICN. Les entreprises ont, elles, freiné leurs investissements (-2,4%).

Les exportations de biens et services se sont contractées davantage (-1,1%) que les importations (-0,2%). En conséquence, "les exportations nettes de biens et de services ont exercé une incidence négative sur la variation du PIB (-0,8 point de pourcentage)".

L'emploi a augmenté

L'emploi intérieur a augmenté de 0,7% au troisième trimestre, par rapport au trimestre précédent. Cela représente une croissance de 34.600 personnes. Par rapport à la même période l'an dernier, l'augmentation atteint 2,4% (116.000 personnes). "Cette évolution est due à la hausse du nombre aussi bien de salariés que d'indépendants, l'un et l'autre ayant affiché une progression de 0,7% sur une base trimestrielle", analysent la BNB et l'ICN.

Lire aussi: 126 métiers en pénurie: les causes et les solutions pour y remédier

Au troisième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) en volume a augmenté de 2,0% par rapport au trimestre précédent, indiquent mardi l'Institut des comptes nationaux (ICN) et la Banque nationale de Belgique (BNB). Par rapport au troisième trimestre de 2020, la croissance est de 4,9%. "Pour la première fois depuis le début de la pandémie de Covid-19, l'activité économique a retrouvé son niveau d'avant la crise et l'a légèrement dépassé", se réjouissent les deux institutions. Par rapport au deuxième trimestre de l'année, la valeur ajoutée a augmenté de 2,5% dans les services mais s'est repliée de 0,4% dans l'industrie et de 0,8% dans la construction, précisent l'ICN et la BNB. Du côté des ménages, leurs dépenses de consommation ont augmenté de 6,3% au troisième trimestre, une hausse due essentiellement à l'amélioration de la situation sanitaire et à l'assouplissement des mesures destinées à endiguer la propagation du coronavirus. Ainsi, les ménages ont davantage dépensé pour le tourisme et des biens et services non durables (+5%). La consommation de biens et services durables a crû de 1,1% et les investissements en logement ont augmenté de 1,5%.Les administrations publiques ont aussi davantage consommé, avec des dépenses en hausse de 3,8%. Les investissements publics ont progressé de 9,8%, une augmentation expliquée par les dépenses dans la Défense, éclairent la BNB et l'ICN. Les entreprises ont, elles, freiné leurs investissements (-2,4%). Les exportations de biens et services se sont contractées davantage (-1,1%) que les importations (-0,2%). En conséquence, "les exportations nettes de biens et de services ont exercé une incidence négative sur la variation du PIB (-0,8 point de pourcentage)".L'emploi intérieur a augmenté de 0,7% au troisième trimestre, par rapport au trimestre précédent. Cela représente une croissance de 34.600 personnes. Par rapport à la même période l'an dernier, l'augmentation atteint 2,4% (116.000 personnes). "Cette évolution est due à la hausse du nombre aussi bien de salariés que d'indépendants, l'un et l'autre ayant affiché une progression de 0,7% sur une base trimestrielle", analysent la BNB et l'ICN.Lire aussi: 126 métiers en pénurie: les causes et les solutions pour y remédier