La semaine dernière, Sammy Mahdi a eu 33 ans, une symbolique chrétienne qui ne lui a pas échappé. "Ces dernières années, la vie était très agréable ", a-t-il tweeté, "mais maintenant que nous pouvons transformer l'eau en vin, elle ne peut que s'améliorer".
...

La semaine dernière, Sammy Mahdi a eu 33 ans, une symbolique chrétienne qui ne lui a pas échappé. "Ces dernières années, la vie était très agréable ", a-t-il tweeté, "mais maintenant que nous pouvons transformer l'eau en vin, elle ne peut que s'améliorer".Ces dernières années, le "C" du CD&V fait régulièrement l'objet de débats. Même une ancienne figure de proue comme Miet Smet s'est demandé si le mot "chrétien" dans le nom du parti - un véritable "chrétien-démocrate et flamand" - était encore nécessaire. Lors des élections présidentielles de 2019, Mahdi s'en est fait le défenseur, pour lui, le "C" pourrait même être encore présent: "Il faut que la solidarité avec les plus vulnérables colle plus clairement à notre ADN".Cependant, un an après sa prise de fonction en tant que secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, la vaste société civile chrétienne n'est pas encore convaincue par ses méthodes. Tant le discours de Mahdi que sa politique soulèvent des questions parmi les organisations qui se targuent de leurs valeurs chrétiennes. Benoit Lannoo, historien ecclésiastique et ancien membre du cabinet, entre autres, de l'ancienne ministre Joëlle Milquet (cdH), accorde toutefois le bénéfice du doute à Mahdi. "Mais soyons clairs : si les chrétiens-démocrates veulent vraiment faire la différence au gouvernement, la politique en matière d'asile et de migration sera l'épreuve de vérité."Un miracle Marquée par la grève de la faim des sans-papiers, l'année est mouvementée pour Mahdi. Pendant deux mois, quelque 475 militants des campus de l'ULB et de la VUB et du Béguinage de Bruxelles ont tenu le monde politique belge sous leur emprise. Dès le départ, Mahdi a prévenu qu'il ne céderait jamais au chantage, la régularisation collective était inenvisageable. L'action a été déminée à la fin du mois de juillet sans qu'aucun décès ne soit à déplorer.Cependant, l'épisode laisse des cicatrices. C'est le cas de Jan De Volder, rattaché à la faculté de théologie de la KU Leuven, membre de la communauté religieuse catholique romaine Sant'Egidio et numéro 5 de la liste CD&V d'Anvers en 2018. "Je ne suis pas favorable à une grève de la faim", dit-il, "mais ces personnes ont réussi à mettre leurs problèmes en évidence. La question est de savoir si nous n'aurions pas pu trouver une solution plus pragmatique, sans encourager l'anarchie. Tant d'entreprises cherchent désespérément de la main-d'oeuvre. Les grévistes de la faim sont des jeunes qui veulent travailler."L'organisation chrétienne à but non lucratif Gave Veste, qui s'engage en faveur des réfugiés, souhaiterait également plus de pragmatisme." Je ne cherche pas le conflit avec le Mahdi, mais il rate des occasions", déclare Everhard van Dalen, membre du conseil d'administration. "Mon boulanger me dit qu'il est mort de fatigue parce qu'il ne trouve pas de personnel. En même temps, il y a 150 000 personnes sans papiers. J'espère que Mahdi organisera un dialogue ouvert."Le syndicat chrétien ACV a également soutenu les militants : "Il n'est pas normal qu'aucune perspective ne soit offerte aux quelque 150 000 personnes qui vivent dans notre pays depuis des années, qui sont intégrées dans notre tissu social, qui travaillent dans l'économie informelle et qui, de ce fait, sont exploitées par certains employeurs".Selon Baudouin Van Overstraeten, directeur de l'organisation catholique Jesuit Refugee Service (JRS), qui s'exprime ici en son nom propre, c'est un "miracle" qu'il n'y ait pas eu de morts. Une solution humaine était politiquement parfaitement possible. Je ne peux pas comprendre comment un démocrate-chrétien peut se comporter de la sorte à l'égard d'autres êtres humains, même s'ils sont sans-papiers".Le secrétaire d'État Mahdi fonde de grands espoirs dans un nouveau pacte européen sur les migrations et souhaite que tous ceux qui viennent en Europe soient contrôlés aux frontières extérieures. En outre, le CD&V est favorable plus d'accueil "local". En Belgique, il mise sur une politique humaine, mais résolue. Les organisations chrétiennes craignent que ces idées ne sapent le soutien à une politique d'hospitalité."Il y a un durcissement depuis un certain temps, également chez les démocrates-chrétiens", déclare Van Dalen. "On parle surtout de retour ou de détention. Nous avons besoin d'un changement de mentalité dans notre façon de considérer les étrangers. Nous ne nous attendions pas à cela."Au niveau de la politique de retour, Lannoo cite la lettre que Mahdi a écrite avec cinq collègues européens à la Commission européenne l'été dernier. Malgré l'avancée des talibans, Mahdi pensait que le retour forcé en Afghanistan devait rester possible. "Cette lettre était un sifflet vers la droite. Plus il souffle dans ce sifflet, plus la N-VA et le Vlaams Belang grandiront.Le bon samaritainRik Torfs, professeur en droit canon, ancien recteur de la KU Leuven et ex-sénateur du CD&V, comprend le cap de Mahdi. "Les temps ont changé depuis le 'Wir schaffen das' d'Angela Merkel. Mahdi sait comment trouver un équilibre entre une politique restrictive et l'attention portée aux droits de l'homme. Il transcende l'aigreur, mais il est décidé".De Volder nuance également ce point. "Un secrétaire d'État porte une certaine responsabilité au sein du gouvernement. Je regarde plus ce que quelqu'un fait que ce qu'il dit. Par exemple, je ne m'attendais pas à ce que la Belgique évacue plus de 1 400 personnes d'Afghanistan. Chapeau."D'après Torfs, il existe une tension structurelle entre la politique et les appels des organisations chrétiennes - jusqu'au pape François - qui plaident pour un "plus grand nous", par exemple en rencontrant les migrants et les réfugiés. "En théorie, l'hospitalité n'a pas de limite, mais en pratique elle est limitée. En ce sens, Mahdi s'inscrit dans la lignée de la parabole du bon Samaritain - la version réelle, pas la lecture naïve. Le Samaritain aide un homme blessé, mais continue ensuite son chemin. Il faut donc faire preuve de solidarité dans la limite de ses possibilités."Il y a aussi des points positifs pour les détracteurs. Par exemple, Mahdi travaille sur un nouveau code de migration et il veut embaucher 700 personnes supplémentaires à l'Office des Etrangers. Et le fait est que sous ce gouvernement, on ne peut plus détenir les familles avec enfants.Un nouveau corridor humanitaire Il y a même des discussions en cours au sujet d'un nouveau corridor humanitaire. Grâce à cette construction, Sant'Egidio, en collaboration avec le cabinet de l'ancien secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA), a fait venir 150 réfugiés syriens dans notre pays. Ce type d'opération a subi de sérieux dommages après le scandale autour de l'ex-membre de la N-VA Melikan Kucam, qui a demandé beaucoup d'argent pour une place sur la liste et a ensuite été condamné à huit ans de prison.Pour De Volder, qui a participé à l'élaboration du corridor, Mahdi n'a "aucun doute" quant à une nouvelle opération : "Je suppose et j'espère qu'elle se concrétisera bientôt". De Volder ne mentionne pas de pays spécifique, mais l'Afghanistan pourrait être une option. "Nous devons voir qui est encore là et envers qui nous avons une responsabilité."Cependant, Mahdi demeure dans le vague. "Un couloir humanitaire semble un peu prématuré", dit-il. Pour l'instant, nous n'avons échangé que quelques idées pour tirer les leçons du passé. "J'espère qu'il ne nous jettera pas de la poudre aux yeux jusqu'en 2024", observe un initié.