levif.be: Aujourd'hui, est-ce toujours pertinent de suivre les nouveaux cas alors qu'ils sont intimement liés à la capacité de testing, qui varie d'un pays à l'autre ?

Nicolas Vandewalle: C'est quand même significatif. Depuis le début de l'épidémie, on voit que la capacité de testing délimite notre vision du nombre de données qui augmentent un peu partout. Si cette capacité est saturée dans un pays, on va avoir une croissance linéaire, cela va progresser de la même manière tous les jours. Mais on observe aujourd'hui que des pays qui ont une capacité de testing importante, comme les États-Unis, voient une réelle croissance du nombre de cas.
...

Nicolas Vandewalle: C'est quand même significatif. Depuis le début de l'épidémie, on voit que la capacité de testing délimite notre vision du nombre de données qui augmentent un peu partout. Si cette capacité est saturée dans un pays, on va avoir une croissance linéaire, cela va progresser de la même manière tous les jours. Mais on observe aujourd'hui que des pays qui ont une capacité de testing importante, comme les États-Unis, voient une réelle croissance du nombre de cas. Pour prendre le cas précis des États-Unis, ils allaient dans la bonne direction, même si c'était plus lentement que dans d'autres pays. Mais ces derniers jours, on voit que le nombre de cas augmente très fort. C'est clairement une reprise. Le confinement a porté ses fruits dans les États du nord. Il n'y avait pas énormément de cas dans le sud. Et aujourd'hui, on déconfine partout, et ça reprend dans le sud et le centre. Cela fait plus d'un mois que je publie les graphiques concernant la situation en Amérique latine et j'observe que la propagation de la maladie y est exponentielle, cela s'accélère de jour en jour. Il faut également surveiller l'Afrique, mais la question du testing y est importante. La capacité de certains pays en termes de tests est limitée. Le nombre de cas rapportés est faible pour le moment. Mais dans certains pays, comme l'Afrique du Sud, on voit le nombre de cas augmenter très fortement. Il faut également suivre Israël, qui a déconfiné après stabilisation et où la courbe réaugmente. Il faut aussi surveiller le Japon. Cela remonte de façon contrôlée mais cela montre que même dans les pays où il y avait un contrôle relativement bon de l'épidémie, cela peut revenir. Il faut rester vigilant et ne pas se reposer sur ses lauriers, en Belgique aussi. Je compare régulièrement la situation dans 20 pays, tous les 2-3 jours. Si on compare les divers graphiques, on constate que, même dans les pays européens, la situation se "dégrade" tout doucement. C'est-à-dire que le R0 se rapproche de 1 ou est supérieur, comme en Allemagne. On a relâché progressivement les restrictions liées au confinement, donc ce n'est pas si étonnant que ça pour les experts, mais il faut rester vigilant. Le R0 peut vite monter très fort. On peut vite être effrayé par sa valeur, mais il suffit de savoir qu'il y a quelques foyers qui apparaissent à un endroit pour que le R0 augmente d'un coup dans les modèles. Si c'est rapidement sous contrôle, cette donnée va diminuer aussi rapidement. Mais cela donne quand même un signal d'alerte. Au moment où on ouvre les frontières, on se prépare à partir en vacances à l'étranger, on voit que tout remonte partout. C'est ce qui m'inquiète un peu.