Steven Van Gucht, chef du département des maladies virales de l'institut de santé Sciensano, estime que la situation en Belgique est assez stable pour ne plus publier les chiffres quotidiennement et ajoute qu'il peut de nouveau augmenter la fréquence des bulletins si nécessaire. La décision a été prise pour donner du repos aux personnes chargées de rédiger un rapport chaque week-end, et soulager les hôpitaux. Ces derniers pourront désormais attendre le lundi pour envoyer leurs chiffres. L'Institut publiera les bilans de la situation épidémiologique du dimanche et du lundi le mardi matin.

Selon une information du quotidien De Morgen, la décision de Sciensano se heurte à l'incompréhension du virologue Marc Van Ranst. "Un pays qui compte plus de 20 nouvelles infections par jour (la semaine dernière, il y en avait 90 par jour en moyenne !) ne peut pas se permettre de passer en mode vacances d'été et de ne plus publier de nouveaux chiffres le dimanche et le lundi. Gérer, c'est mesurer ! Désolé, mais il faut rectifier le tir!", écrit-il sur Twitter.

Steven Van Gucht, chef du département des maladies virales de l'institut de santé Sciensano, estime que la situation en Belgique est assez stable pour ne plus publier les chiffres quotidiennement et ajoute qu'il peut de nouveau augmenter la fréquence des bulletins si nécessaire. La décision a été prise pour donner du repos aux personnes chargées de rédiger un rapport chaque week-end, et soulager les hôpitaux. Ces derniers pourront désormais attendre le lundi pour envoyer leurs chiffres. L'Institut publiera les bilans de la situation épidémiologique du dimanche et du lundi le mardi matin.Selon une information du quotidien De Morgen, la décision de Sciensano se heurte à l'incompréhension du virologue Marc Van Ranst. "Un pays qui compte plus de 20 nouvelles infections par jour (la semaine dernière, il y en avait 90 par jour en moyenne !) ne peut pas se permettre de passer en mode vacances d'été et de ne plus publier de nouveaux chiffres le dimanche et le lundi. Gérer, c'est mesurer ! Désolé, mais il faut rectifier le tir!", écrit-il sur Twitter.