Habitant Ciney, Nicolas Franco est chercheur en modélisation mathématique. Il est titulaire d'un doctorat en sciences mathématiques et enseigne en tant que maitre de conférences à l'Université de Namur. Il est également chercheur à l'Université de Hasselt.
...

Habitant Ciney, Nicolas Franco est chercheur en modélisation mathématique. Il est titulaire d'un doctorat en sciences mathématiques et enseigne en tant que maitre de conférences à l'Université de Namur. Il est également chercheur à l'Université de Hasselt.Avant l'apparition du covid, son travail se concentrait sur les interactions fondamentales de l'univers. Des travaux et des recherches qui lui ont permis de modéliser, depuis l'apparition du covid, des prédictions concernant l'épidémie. Un travail de titan puisque modéliser une épidémie est complexe. Il s'agit de cartographier ce qui est réaliste et plausible en fonction de ce qui est connu, mais aussi de ce qui est inconnu. C'est aussi pour cela qu'il y a souvent plusieurs prédictions. Comme cela a été le cas lors de la conférence de presse avec les différents scénarios en fonction de la contagiosité des variants qui ont été présentés hier par Nicolas Franco, et le biostatisticien Niel Hens. Sur le site matele.be, Nicolas Franco raconte qu'il a commencé "un peu dans mon coin tout seul lors du premier confinement, à essayer de développer un modèle qui serait le plus complexe et le plus adapté possible. J'ai eu des contacts avec plein d'autres scientifiques. Et depuis octobre, j'ai également été engagé par l'Université d'Hasselt pour travailler dans l'équipe de Niel Hens, l'un des membres du GEMS". Aujourd'hui, ils seraient plus de 30 chercheurs qui tentent de modéliser l'évolution de l'épidémie de Covid. Des modélisations qui sont aussi autant d'outils qui permettent aux experts et aux politiques d'adapter, ou non, leur stratégie de gestion. Pianiste professionnel Mais Nicolas Franco n'est pas qu'une bête en math, il est aussi pianiste professionnel avec plusieurs prix nationaux et internationaux à son actif. Il a également été sélectionné pour le concours Reine Élisabeth en 2010. Selon le site IDLM, Nicolas Franco est admis à 18 ans au Conservatoire Royal de Musique de Mons ou il obtient la même année un premier prix de piano, suivi d'un prix de musique de chambre.En parallèle de ses activités liées aux mathématiques, il enseigne au Conservatoire de Ciney et donnait régulièrement des concerts. D'ailleurs, il lui arrive de faire fusionner ses deux passions lors d'évènements mêlant sciences et musique, comme lors d'une conférence grand public sur "entendre la forme de l'univers" (Académie de Musique de Cracovie).