Dans la Cité ardente, ils subissent la défiance permanente des caciques de la puissante Fédération du PS liégeois, qui les considèrent comme des "nettoyeurs" aux ordres du boulevard de l'Empereur au détriment des intérêts principautaires. "Ils", ce sont Julie Fernandez Fernandez et Renaud Witmeur. La première est la régionale de l'étape, échevine des solidarités et de la cohésion sociale à la Ville de Liège, et ex-députée fédérale (2010-2019). Elle assure la présidence de l'intercommunale Enodia et du fonds de pension Ogeo Fund, et siège comme administratrice chez Nethys. Le second a été chef de cabinet du ministre-président wallon Rudy Demotte jusqu'en 2013, puis a dirigé la Sogepa, un des bras financiers de la Région wallonne. Depuis novembre 2019, il est directeur général ad interim de Nethys.
...

Dans la Cité ardente, ils subissent la défiance permanente des caciques de la puissante Fédération du PS liégeois, qui les considèrent comme des "nettoyeurs" aux ordres du boulevard de l'Empereur au détriment des intérêts principautaires. "Ils", ce sont Julie Fernandez Fernandez et Renaud Witmeur. La première est la régionale de l'étape, échevine des solidarités et de la cohésion sociale à la Ville de Liège, et ex-députée fédérale (2010-2019). Elle assure la présidence de l'intercommunale Enodia et du fonds de pension Ogeo Fund, et siège comme administratrice chez Nethys. Le second a été chef de cabinet du ministre-président wallon Rudy Demotte jusqu'en 2013, puis a dirigé la Sogepa, un des bras financiers de la Région wallonne. Depuis novembre 2019, il est directeur général ad interim de Nethys. Leur mission: remettre les "outils" sur les rails afin de tourner la page de l'ère Moreau. Pour cela, ils ont commandé à Deloitte des audits antifraude ciblant Nethys et Ogeo Fund. Ce qui fait grincer pas mal de dents à Liège car le "système Moreau", comme l'avait qualifié le politologue François Gemenne au début du scandale Publifin, "est un système de nature mafieuse" qui "distribue de l'argent à tout le monde pour que personne ne pose de questions". Du coup, Witmeur et Fernandez, nous revient-il, font l'objet de pressions constantes venant surtout de leurs rangs. "Plusieurs personnes ont à maintes reprises essayé que la mission du nouveau directeur de Nethys s'arrête, ou de faire pression sur lui pour essayer de le convaincre de conclure des accords parfois inimaginables avec les membres de l'ancien management, allant jusqu'à qualifier son attitude de mesquine, d'agressive, d'excessive...", entend-on dans l'entourage de Renaud Witmeur. "Il suffit de relire les déclarations, dans la presse locale, de certaines personnalités, toujours dans une logique d'essayer de discréditer l'action qui est menée, avec parfois des contrevérités flagrantes." A côté des pressions, il y aussi tous ceux qui agissent en coulisses pour ralentir les choses, comme l'audit forensique à Liege Airport. Fernandez n'est pas en reste. La semaine dernière, une lettre anonyme visant à la déstabiliser a été envoyée à tout le gratin politique local, aux ministres PS et à la tête du parti socialiste, ainsi qu'à plusieurs médias dont Le Vif. On l'accuse notamment d'être incompétente et de multiplier les réunions de conseil d'administration pour gonfler ses émoluments. Le courrier du courageux corbeau, truffé de contrevérités, a fait pschittt en Cité ardente, mais on parie que d'autres missiles sont en préparation.