Le constat de la commission consultation spéciale est sans appel : les initiatives pour résorber la fracture numérique sont insuffisantes en Belgique. Ces inégalités risquent de provoquer de l'exclusion sociale et économique, rappelle-t-elle.

Avec la crise du coronavirus, les confinements ont accéléré cette fracture : "Les contacts physiques ont diminué, l'outil de relations est digital", explique le secrétaire d'Etat à la Digitalisation.

Mathieu Michel a présenté vendredi au Conseil des ministres, trois projets afin de lutter contre la fracture numérique. "Le digital pénètre la vie de chacune et chacun. Le risque est de générer des décrochages. Le digital est un outil qui doit servir à tout le monde, faciliter la vie des gens. Il ne doit pas être une source complexité. Il faut permettre à chacun de s'accrocher. Il y a trois projets très concrets pour résorber cette fracture autour de publics cibles bien identifiés".

Il les présente :

  • Les écrivains publics numériques : ce projet a été mis en place afin de lutter contre la fracture sociale et générationnelle. Selon le secrétaire d'Etat, 7% de la population est en rupture digitale. L'idée, par ce projet, est de labelliser et de former des écrivains publics numériques pour qu'ils puissent accompagner ces personnes en rupture digitale afin qu'elles deviennent autonomes face aux procédures digitales. "L'idée est que le niveau minimum soit atteint par le plus grand nombre", précise-t-il.
  • L'accessibilité des sites institutionnels existants : un marché-cadre va être développer pour que toutes les institutions du pays (communes, provinces, Régions, CPAS, ...) puissent développer l'accessibilité de leur site internet pour, par exemple, les personnes non-voyantes
  • Un coaching digital solidaire pour les indépendants : il s'agit d'un numéro d'appel qui va être mis en place très prochainement pour les indépendants. Lors de cet appel, la personne évaluera le niveau de digitalisation, identifiera les besoins et renverra vers des opérateurs digitaux. "Le Covid a mis en évident à quel point c'est important d'accompagner des acteurs qui doivent se digitaliser afin de soutenir la relance des prochains mois", ajoute-t-il.

L'accès au matériel

La question de l'équipement en connexion et en matériel n'est pas prévue dans les trois projets soumis au Conseil des ministres. Et le secrétaire d'Etat a ensuite ajouté : "Je n'ai pas ça dans les cartons pour l'instant".

Il a toutefois ajouté qu'il souhaitait mettre des outils digitaux partagés comme des bornes dans les institutions pour réaliser des procédures. Cependant, "L'Etat ne pourra pas offrir un ordinateur aux 10 millions de Belges".

On fera l'impasse sur le fait que la Belgique est une équipe de 11 millions.

Le constat de la commission consultation spéciale est sans appel : les initiatives pour résorber la fracture numérique sont insuffisantes en Belgique. Ces inégalités risquent de provoquer de l'exclusion sociale et économique, rappelle-t-elle. Avec la crise du coronavirus, les confinements ont accéléré cette fracture : "Les contacts physiques ont diminué, l'outil de relations est digital", explique le secrétaire d'Etat à la Digitalisation. Mathieu Michel a présenté vendredi au Conseil des ministres, trois projets afin de lutter contre la fracture numérique. "Le digital pénètre la vie de chacune et chacun. Le risque est de générer des décrochages. Le digital est un outil qui doit servir à tout le monde, faciliter la vie des gens. Il ne doit pas être une source complexité. Il faut permettre à chacun de s'accrocher. Il y a trois projets très concrets pour résorber cette fracture autour de publics cibles bien identifiés". Il les présente : L'accès au matérielLa question de l'équipement en connexion et en matériel n'est pas prévue dans les trois projets soumis au Conseil des ministres. Et le secrétaire d'Etat a ensuite ajouté : "Je n'ai pas ça dans les cartons pour l'instant". Il a toutefois ajouté qu'il souhaitait mettre des outils digitaux partagés comme des bornes dans les institutions pour réaliser des procédures. Cependant, "L'Etat ne pourra pas offrir un ordinateur aux 10 millions de Belges". On fera l'impasse sur le fait que la Belgique est une équipe de 11 millions.