La porte-parole interfédérale Frédérique Jacobs a entamé la conférence de presse en faisant un résumé de ce qu'on sait pour l'instant sur la transmission du virus : "On sait que le principal mode de contamination est celui des gouttelettes émises lorsqu'on parle, tousse ou éternue. Cela peut se transmettre si on se trouve à moins d'1,5m de distance. On sait également que le virus peut se transmettre par les mains, lorsqu'on touche des surfaces fortement contaminées par le virus et qu'on porte ses mains au niveau des muqueuses (nez, yeux, bouche). Nous ne pouvons pas exclure une transmission par aérosol, dans laquelle le virus pourrait flotter dans l'air, mais ce mode de contamination doit encore être vérifié et ne semble, pour l'instant, pas très important. Cela peut par exemple se produire dans des pièces mal ventilées. Ouvrir les fenêtres et les portes suffit."

Climatisation, ventilateur... à quoi faut-il faire attention?

Elle met également en garde pour les prochains jours, où l'on prévoit une vague de chaleur. Quand il fait chaud, on a tendance à vouloir utiliser un ventilateur : "On recommande de n'utiliser les ventilateurs sur pied que dans le foyer et uniquement avec des personnes qui ne sont pas connues comme étant positives au Covid-19. Cela ne doit pas être utilisé à l'extérieur du foyer."

"Le système de climatisation n'est en soi pas une source de transmission virale. Cela pourrait d'ailleurs diminuer le risque car l'air est plus souvent renouvelé. Mais il est important de régler le système pour que de l'air frais soit toujours insufflé. Sinon, on fait recirculer le même air, augmentant le risque de contamination." Elle déconseille donc les climatiseurs en circuit fermé. Il faut que ces systèmes soient entretenus et que le filtre soit remplacé régulièrement.

Le porte-parole du Centre de crise Antoine Iseux a également rappelé les précautions de base en cas de fortes chaleurs : ne pas sortir aux heures les plus chaudes, se mettre à l'ombre, utiliser une crème solaire, boire de l'eau, protéger les personnes fragiles... Mais cela ne doit pas nous faire oublier que le virus est toujours là dans notre quotidien.

"Même pendant la vague de chaleur, nous ne pouvons ignorer le virus. Dans les prochains jours, nous devrons adapter notre comportement à la chaleur mais aussi au coronavirus. Par exemple, il faut continuer à porter le masque lorsqu'il est obligatoire. Ce n'est pas agréable avec une telle chaleur, mais le masque garde son utilité." Pour éviter l'inconfort, il conseille de ne pas se déplacer pendant les moments les plus chaud de la journée. Autre point à garder à l'esprit : beaucoup voudront sortir se rafraichir (piscine, forêt, mer). Mais il faut toujours garder les distances et les gestes barrière. Si le lieu est fort fréquenté, il conseille de trouver une alternative ou revenir plus tard.

Voyage à l'étranger: les codes couleur expliqués

La porte-parole a également expliqué le code couleur pour les départs et retours à l'étranger. Les situations et mesures entre pays ne sont pas toujours comparables et les conditions quant au suivi des contacts ne sont pas toujours remplies. C'est pourquoi le code couleur a été instauré.

Zone verte : propagation limitée du virus, avec moins de 20 nouveaux car pour 100.000 habitants au cours des deux dernières semaines. Vous pouvez circuler et revenir librement.

Zone orange : propagation accrue, entre 20 et et 100 cas pour 100.000 habitants en deux semaines. Le gouvernement déconseille de s'y rendre. Si c'est le cas, il recommande de se faire tester et de se mettre en quarantaine pendant deux semaines. Surtout "si vous avez participé à des activités ou des types de festivités qui ne sont pas encore autorisées en Belgique" (ex. festival, boite de nuit).

Zone rouge : forte propagation, au-delà de 100 cas pour 100.000 habitants pour deux semaines. Le gouvernement interdit de s'y rendre. Si vous revenez tout de même d'une zone rouge, il faut impérativement être tester et la quarantaine est obligatoire.

L'attribution de ce code couleur prend également en compte une tendance à la hausse ou à la baisse des chiffres, ainsi que des informations disponibles, notamment les mesures de sécurité prises par le pays.

Le CELEVAL évalue la situation dans la zone Schengen deux fois par semaine. L'Europe est divisée en zone de 1 à 3 millions d'habitants, environ une province belge. Les avis sont envoyés au SPF Affaires étrangères, qui les intègre dans ses conseils aux voyageurs et sont mis à jour tous les jours vers 16h sur le site : https://diplomatie.belgium.be/fr. La porte-parole rappelle que certains pays imposent également des mesures pour l'entrée sur leur territoire, également répertorié sur le site des Affaires étrangères.

Les chiffres du jour

Le nombre moyen d'infections au coronavirus est passé à 535,4 par jour entre le 26 juillet le 1er aout, indique l'Institut de santé publique Sciensano dans la mise à jour des données de son tableau de bord. Cela, représente une augmentation de 58% par rapport à la semaine précédente. Le nombre d'infections en Belgique s'élève désormais à 70.648, contre 70.314 la veille.

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 pour 100.000 habitants poursuit la même tendance à la hausse. Pour la période s'étalant sur deux semaines, et jusqu'au 1er aout inclus, 53,2 cas ont été recensés (contre 51,2 mardi), soit une augmentation de 200%.

Le nombre d'admissions à l'hôpital est désormais de 22,7 par jour (22 mardi). Il y a actuellement 268 patients hospitalisés, dont 63 aux soins intensifs. Sciensano fait également part d'une moyenne de 2,4 décès par jour. Depuis le début de l'épidémie, 9.852 personnes ont perdu la vie des suites du Covid-19.

La porte-parole interfédérale Frédérique Jacobs a entamé la conférence de presse en faisant un résumé de ce qu'on sait pour l'instant sur la transmission du virus : "On sait que le principal mode de contamination est celui des gouttelettes émises lorsqu'on parle, tousse ou éternue. Cela peut se transmettre si on se trouve à moins d'1,5m de distance. On sait également que le virus peut se transmettre par les mains, lorsqu'on touche des surfaces fortement contaminées par le virus et qu'on porte ses mains au niveau des muqueuses (nez, yeux, bouche). Nous ne pouvons pas exclure une transmission par aérosol, dans laquelle le virus pourrait flotter dans l'air, mais ce mode de contamination doit encore être vérifié et ne semble, pour l'instant, pas très important. Cela peut par exemple se produire dans des pièces mal ventilées. Ouvrir les fenêtres et les portes suffit."Elle met également en garde pour les prochains jours, où l'on prévoit une vague de chaleur. Quand il fait chaud, on a tendance à vouloir utiliser un ventilateur : "On recommande de n'utiliser les ventilateurs sur pied que dans le foyer et uniquement avec des personnes qui ne sont pas connues comme étant positives au Covid-19. Cela ne doit pas être utilisé à l'extérieur du foyer." "Le système de climatisation n'est en soi pas une source de transmission virale. Cela pourrait d'ailleurs diminuer le risque car l'air est plus souvent renouvelé. Mais il est important de régler le système pour que de l'air frais soit toujours insufflé. Sinon, on fait recirculer le même air, augmentant le risque de contamination." Elle déconseille donc les climatiseurs en circuit fermé. Il faut que ces systèmes soient entretenus et que le filtre soit remplacé régulièrement. Le porte-parole du Centre de crise Antoine Iseux a également rappelé les précautions de base en cas de fortes chaleurs : ne pas sortir aux heures les plus chaudes, se mettre à l'ombre, utiliser une crème solaire, boire de l'eau, protéger les personnes fragiles... Mais cela ne doit pas nous faire oublier que le virus est toujours là dans notre quotidien. "Même pendant la vague de chaleur, nous ne pouvons ignorer le virus. Dans les prochains jours, nous devrons adapter notre comportement à la chaleur mais aussi au coronavirus. Par exemple, il faut continuer à porter le masque lorsqu'il est obligatoire. Ce n'est pas agréable avec une telle chaleur, mais le masque garde son utilité." Pour éviter l'inconfort, il conseille de ne pas se déplacer pendant les moments les plus chaud de la journée. Autre point à garder à l'esprit : beaucoup voudront sortir se rafraichir (piscine, forêt, mer). Mais il faut toujours garder les distances et les gestes barrière. Si le lieu est fort fréquenté, il conseille de trouver une alternative ou revenir plus tard. La porte-parole a également expliqué le code couleur pour les départs et retours à l'étranger. Les situations et mesures entre pays ne sont pas toujours comparables et les conditions quant au suivi des contacts ne sont pas toujours remplies. C'est pourquoi le code couleur a été instauré. Zone verte : propagation limitée du virus, avec moins de 20 nouveaux car pour 100.000 habitants au cours des deux dernières semaines. Vous pouvez circuler et revenir librement. Zone orange : propagation accrue, entre 20 et et 100 cas pour 100.000 habitants en deux semaines. Le gouvernement déconseille de s'y rendre. Si c'est le cas, il recommande de se faire tester et de se mettre en quarantaine pendant deux semaines. Surtout "si vous avez participé à des activités ou des types de festivités qui ne sont pas encore autorisées en Belgique" (ex. festival, boite de nuit). Zone rouge : forte propagation, au-delà de 100 cas pour 100.000 habitants pour deux semaines. Le gouvernement interdit de s'y rendre. Si vous revenez tout de même d'une zone rouge, il faut impérativement être tester et la quarantaine est obligatoire. L'attribution de ce code couleur prend également en compte une tendance à la hausse ou à la baisse des chiffres, ainsi que des informations disponibles, notamment les mesures de sécurité prises par le pays. Le CELEVAL évalue la situation dans la zone Schengen deux fois par semaine. L'Europe est divisée en zone de 1 à 3 millions d'habitants, environ une province belge. Les avis sont envoyés au SPF Affaires étrangères, qui les intègre dans ses conseils aux voyageurs et sont mis à jour tous les jours vers 16h sur le site : https://diplomatie.belgium.be/fr. La porte-parole rappelle que certains pays imposent également des mesures pour l'entrée sur leur territoire, également répertorié sur le site des Affaires étrangères.