Le parti d'extrême droite ne fera toutefois pas campagne en faveur de ces listes, a indiqué son président, Tom Van Grieken, dans un communiqué.

Le VB s'insurge contre le fait que les francophones vivant dans les six communes à facilités puissent encore voter pour des candidats francophones figurant sur les listes à Bruxelles pour la Chambre, au sein de ce qu'on qualifie d'"arrondissement de Bruxelles 25" (les 19 communes bruxelloises plus les six de la périphérie). "Aux régionales, la rabique Union des Francophones (UF) met un point d'honneur a présenter une liste en Brabant flamand", ce qui lui a permis de décrocher en 2014 un siège au parlement flamand, a ajouté M. Van Grieken.

Contrairement à DéFI et au PTB en Flandre, le Vlaams Belang avait précédemment pu bénéficier de sa dotation variable pour ses voix acquises en Hainaut.