Corentin de Salle, directeur scientifique du Centre Jean Gol (centre d'études du MR), a provoqué un incident lors de la réunion du conseil d'administration (CA) de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes, mercredi après-midi. Révélé par La Libre, l'incident risque bien de détériorer encore les relations entre libéraux et écologistes.
...

Corentin de Salle, directeur scientifique du Centre Jean Gol (centre d'études du MR), a provoqué un incident lors de la réunion du conseil d'administration (CA) de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes, mercredi après-midi. Révélé par La Libre, l'incident risque bien de détériorer encore les relations entre libéraux et écologistes.Le représentant du MR a demandé publiquement a Ihsane Haouach, commissaire générale du gouvernement fédéral auprès de l'institution, de retirer son voile. Sa nomination, après la polémique bruxelloise sur l'arrêt du tribunal du travail, avait été contestée par les libéraux, en vain. Corentin de Salle justifie sa demande par le fait de ne pas avoir voulu siéger et travailler "avec une personne qui viole le principe de neutralité comme si de rien n'était". "Le fait que rien ne soit évoqué dans le cadre de l'Institut me semblait problématique, et je regrette que les représentants des différents autres partis n'aient pas voulu se prononcer sur le sujet", explique-t-il au Soir.Ihsane Haouach aurait alors pris la parole, répondant que Corentin de Salle n'avait pas à lui dire comment s'habiller. Pour la commissaire du gouvernement, le Conseil d'administration n'est pas le lieu d'un tel débat, débat qui a déjà été tranché par ailleurs.L'incident a été rapidement clos par la présidente du conseil d'administration, mais il pourrait laisser des traces."Il n'y a donc pas de limite à l'indécence, s'insurge Séverine de Laveleye, députée fédérale Ecolo. A quel moment un homme peut-il penser que c'est ok d'user de tant de violence ? A quel moment croit-il que son "combat politique" passe par l'humiliation publique d'un individu (une femme bien sûr)? Stop!"Au PS aussi, l'incident indigne. "La course au buzz est tellement aveuglante chez certains que, pendant ce temps, le populisme, la haine de l'autre et les idées de l'extrême-droite gagnent les esprits!, s'insurge Jamal Ikazban, chef de groupe PS au parlement francophone bruxellois Vraiment Pathétique..." "Pathétique": c'est aussi le verdict d'Ibrahim Ouassari, responsable de Molemgeek, que le MR a pourtant propulsé au conseil d'administration de Proximus.A une militant socialiste qui s'indigne, Georges-Louis Bouchez, président du MR, réplique en guise de soutien au directeur de son centre d'études: "Ce n'est pas un vêtement. C'est un symbole religieux ostentatoire. Le jour où vous aurez compris cela, vous aurez avancé dans votre raisonnement je pense. Remplacez voile par 't-shirt d'un parti politique' dans le genre signes convictionnels. Et vous aurez la solution.""Depuis quand rappeler une personne aux devoirs de sa charge est-il considéré comme une humiliation?, s'interroge pour sa part Corentin de Salle. Depuis quand réduit-on l'expression d'une protestation à un acte de domination?"Pas sû que ces échanges apaise des relations tendues entre libéraux et un axe Ecolo-PS qui, par ailleurs, met la pression pour que l'on trouve une solution "humaine" à la question des sans-papiers.