Le prochain Comité de concertation (Codeco), prévu le vendredi 4 juin, devra apporter de la clarté sur les modalités de mise en oeuvre du futur certificat sanitaire européen en Belgique, a indiqué dimanche la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V). "On est encore en train d'élaborer tous les détails pratiques", a-t-elle affirmé sur le plateau de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche" de la chaîne privée RTL-TVi, dont elle était l'une des invités.

Ce certificat sanitaire européen - papier ou numérique -, devrait être effectif au 1er juillet sous le nom de "certificat numérique européen Covid". Issu d'une négociation entre le Parlement européen et le Conseil (les États membres de l'UE), épaulés par la Commission européenne, ce document doit aider les voyageurs à franchir plus aisément les frontières européennes en période de coronavirus, en vue de la saison estivale.

Pourront le détenir les personnes vaccinées contre le covid-19, celles disposant d'un test PCR négatif daté de moins de 72 heures ou d'un test antigénique négatif réalisé moins de 24 heures auparavant, ainsi que les personnes qui disposent d'anticorps parce qu'elles ont été contaminées jusqu'à six mois auparavant.

Mme Verlinden a expliqué que la mise en oeuvre devra être "très pratique et facile à utiliser", même pour les personnes ne disposant pas d'un smartphone. "On travaille aujourd'hui avec le commissariat corona (mis en place par le gouvernement fédéral) pour élaborer" les aspects pratiques", a-t-elle déclaré.

Interrogée sur une éventuelle différentiation dans l'application des mesures entre les personnes vaccinées et celles qui ne le sont pas - notamment en termes de contacts sociaux -, la ministre a souligné qu'aucune décision n'avait été prise, ni au niveau du Codeco ni au sein du gouvernement fédéral.

"On ne va pas envoyer la police dans le jardin des gens pour contrôler la distanciation sociale", a-t-elle dit, tout en appelant à la prudence face à la multiplication des contacts sociaux pour limiter la propagation du virus.

Selon le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld), la moitié de la population belge adulte a reçu au moins une première dose de vaccin. Le cap a été franchi ce samedi.

Mme Verlinden s'est aussi montrée très prudente sur l'élargissement possible des horaires d'ouverture - à 23h30 en extérieur, au lieu de 22h00 actuellement - du secteur Horeca, qu'un précédent Codeco a fixé au 9 juin.

"On va évaluer les mesures, mais c'est clair que la situation en extérieur (en terrasse, ndlr) ce n'est pas la même chose qu'en intérieur. On va voir si l'on peut réévaluer cela et prendre une autre décision", a-t-elle dit en soulignant qu'il existait une différence entre les situations à l'intérieur et à l'extérieur des établissements du secteur.

Le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), a déjà fait savoir qu'il plaiderait lors du Codeco du 4 juin pour que l'heure de fermeture dans les établissements horeca soit identique à l'intérieur et à l'extérieur - une option aussi défendue par le parti DéFi, également dans l'opposition au niveau fédéral.

Le prochain Comité de concertation (Codeco), prévu le vendredi 4 juin, devra apporter de la clarté sur les modalités de mise en oeuvre du futur certificat sanitaire européen en Belgique, a indiqué dimanche la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V). "On est encore en train d'élaborer tous les détails pratiques", a-t-elle affirmé sur le plateau de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche" de la chaîne privée RTL-TVi, dont elle était l'une des invités. Ce certificat sanitaire européen - papier ou numérique -, devrait être effectif au 1er juillet sous le nom de "certificat numérique européen Covid". Issu d'une négociation entre le Parlement européen et le Conseil (les États membres de l'UE), épaulés par la Commission européenne, ce document doit aider les voyageurs à franchir plus aisément les frontières européennes en période de coronavirus, en vue de la saison estivale. Pourront le détenir les personnes vaccinées contre le covid-19, celles disposant d'un test PCR négatif daté de moins de 72 heures ou d'un test antigénique négatif réalisé moins de 24 heures auparavant, ainsi que les personnes qui disposent d'anticorps parce qu'elles ont été contaminées jusqu'à six mois auparavant. Mme Verlinden a expliqué que la mise en oeuvre devra être "très pratique et facile à utiliser", même pour les personnes ne disposant pas d'un smartphone. "On travaille aujourd'hui avec le commissariat corona (mis en place par le gouvernement fédéral) pour élaborer" les aspects pratiques", a-t-elle déclaré. Interrogée sur une éventuelle différentiation dans l'application des mesures entre les personnes vaccinées et celles qui ne le sont pas - notamment en termes de contacts sociaux -, la ministre a souligné qu'aucune décision n'avait été prise, ni au niveau du Codeco ni au sein du gouvernement fédéral. "On ne va pas envoyer la police dans le jardin des gens pour contrôler la distanciation sociale", a-t-elle dit, tout en appelant à la prudence face à la multiplication des contacts sociaux pour limiter la propagation du virus. Selon le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld), la moitié de la population belge adulte a reçu au moins une première dose de vaccin. Le cap a été franchi ce samedi. Mme Verlinden s'est aussi montrée très prudente sur l'élargissement possible des horaires d'ouverture - à 23h30 en extérieur, au lieu de 22h00 actuellement - du secteur Horeca, qu'un précédent Codeco a fixé au 9 juin. "On va évaluer les mesures, mais c'est clair que la situation en extérieur (en terrasse, ndlr) ce n'est pas la même chose qu'en intérieur. On va voir si l'on peut réévaluer cela et prendre une autre décision", a-t-elle dit en soulignant qu'il existait une différence entre les situations à l'intérieur et à l'extérieur des établissements du secteur. Le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), a déjà fait savoir qu'il plaiderait lors du Codeco du 4 juin pour que l'heure de fermeture dans les établissements horeca soit identique à l'intérieur et à l'extérieur - une option aussi défendue par le parti DéFi, également dans l'opposition au niveau fédéral.