Cette annonce fait suite à la hausse des contaminations un peu partout dans le pays et au comité de concertation qui s'est réuni ce mardi pour décider de nouvelles mesures qui entreront en vigueur vendredi.

Alors que les services de la ville de Liège ont travaillé avec les forains afin de mettre en place un protocole permettant la tenue de la traditionnelle foire d'octobre en Cité ardente et ce, dès le 15 octobre, il a finalement été décidé de l'annuler "la mort dans l'âme", regrette-t-on à la Ville.

"La séparation du champ de foire en quatre zones distinctes avec entrée et sortie indépendantes, un comptage permanent de l'assistance avec une limitation du nombre de personnes (400 personnes) ou bulles familiales par zone, l'organisation de couloirs séparant les flux, le respect par chaque métier d'un protocole sanitaire strict... sont autant de mesures strictes que la Ville et les forains s'engageaient à mettre en oeuvre à leur frais pour assurer la meilleure sécurité sanitaire", souligne-t-on.

Au vu des chiffres actuels, on estime que le "risque d'évolution de la situation sanitaire vers un stade difficilement gérable est important".

La Ville regrette que l'évolution actuelle de la pandémie l'oblige à prendre une telle décision et promet d'accueillir les forains dès que la situation sanitaire le permettra.

Il était indispensable de prendre cette décision dès aujourd'hui avant que les forains ne commencent à monter leurs attractions au centre-ville. "Ils seront bien entendu rapidement remboursés des redevances déjà payées", ajoute-t-on à la Ville, qui demande aux gouvernements de venir en aide aux forains.

Cette annonce fait suite à la hausse des contaminations un peu partout dans le pays et au comité de concertation qui s'est réuni ce mardi pour décider de nouvelles mesures qui entreront en vigueur vendredi.Alors que les services de la ville de Liège ont travaillé avec les forains afin de mettre en place un protocole permettant la tenue de la traditionnelle foire d'octobre en Cité ardente et ce, dès le 15 octobre, il a finalement été décidé de l'annuler "la mort dans l'âme", regrette-t-on à la Ville."La séparation du champ de foire en quatre zones distinctes avec entrée et sortie indépendantes, un comptage permanent de l'assistance avec une limitation du nombre de personnes (400 personnes) ou bulles familiales par zone, l'organisation de couloirs séparant les flux, le respect par chaque métier d'un protocole sanitaire strict... sont autant de mesures strictes que la Ville et les forains s'engageaient à mettre en oeuvre à leur frais pour assurer la meilleure sécurité sanitaire", souligne-t-on.Au vu des chiffres actuels, on estime que le "risque d'évolution de la situation sanitaire vers un stade difficilement gérable est important". La Ville regrette que l'évolution actuelle de la pandémie l'oblige à prendre une telle décision et promet d'accueillir les forains dès que la situation sanitaire le permettra. Il était indispensable de prendre cette décision dès aujourd'hui avant que les forains ne commencent à monter leurs attractions au centre-ville. "Ils seront bien entendu rapidement remboursés des redevances déjà payées", ajoute-t-on à la Ville, qui demande aux gouvernements de venir en aide aux forains.