Les mesures prises par certains Etats à l'encontre de la communauté LGBT embarrassent la Commission européenne. Ces politiques sont guidées ou encouragées par des groupes de pression, en Russie, aux Etats-Unis ou au sein de la droite chrétienne européenne, qui bénéficient de moyens colossaux. Nous avons recueilli la réaction d'Adina Portaru, Senior Counsel Europe pour ADF International, org...

Les mesures prises par certains Etats à l'encontre de la communauté LGBT embarrassent la Commission européenne. Ces politiques sont guidées ou encouragées par des groupes de pression, en Russie, aux Etats-Unis ou au sein de la droite chrétienne européenne, qui bénéficient de moyens colossaux. Nous avons recueilli la réaction d'Adina Portaru, Senior Counsel Europe pour ADF International, organisme régulièrement cité dans le rapport.Quelles sont vos activités?ATF International est active dans le domaine des droits de l'homme. Nous sommes une organisation qui entend protéger les libertés fondamentales et promouvoir la dignité inhérente à toute personne. Nous défendons des minorités religieuses persécutées à travers le monde et oeuvrons pour le respect du droit à la vie. Par exemple, la campagne "Vanishing Girls" que nous menons en Asie du Sud-Est, entend protéger les filles de discriminations sur la base du sexe, avant et après la naissance. Qui sont ceux qui vous financent? Notre travail n'a pas de but lucratif. Plus de 200 000 donateurs privés, issus de plus de 50 pays, nous soutiennent parce qu'ils croient en notre vision. Tel que l'exige la législation relative à la protection des données à caractère personnel, nous ne publions pas les noms de ceux qui nous apportent leur soutien. Nous sommes inscrits au Registre de transparence de la Commission européenne, au même titre que nous nous conformons à des exigences similaires contenues dans des lois et directives nationales. Que pensez-vous de ce rapport et que répondez-vous à ceux qui vous accusent de soutenir les politiques de discrimination? Nous apprécions qu'un débat ouvert et des discussions puissent avoir lieu, en ce compris concernant les sujets sur lesquels nous travaillons, en accordant bien davantage de valeur à toute volonté de communication constructive qu'à des rapports contenant des accusations dénuées de tout fondement.