Depuis 15 heures vendredi, les contrôles ont été renforcés aux frontières de la Belgique, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V). Seuls les déplacements essentiels sont autorisés. Autrement dit, les séjours touristiques en Belgique sont pratiquement interdits.

L'annonce survient alors que la situation sanitaire en France se dégrade rapidement. Mais elle se justifie surtout en raison de la controverse relative à la stratégie d'immunité collective poursuivie aux Pays-Bas: le confinement n'y est pas de mise et le risque est grand de voir les mesures prises en Belgique contrecarrées. Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, avait indiqué vendredi, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, vouloir maintenir ouvertes les frontières de son pays avec la Belgique et l'Allemagne.

Des contrôles étaient déjà opérationnels vendredi après-midi. Selon la presse flamande, il s'agit de contrôle impromptus pour faire comprendre aux Hollandais qu'il ne leur est pas conseillé de venir en Belgique pour l'instant. Des sanctions sont prévues. Il s'agit aussi d'empêcher les nombreux Hollandais disposant d'une seconde résidence chez nous de s'y rendre pour le week-end.

La Première ministre Sophie Wilmès a par ailleurs insisté vendredi midi sur la nécessité de respecter le mot d'ordre décidé mercredi en Belgique: "restez chez vous".

Depuis 15 heures vendredi, les contrôles ont été renforcés aux frontières de la Belgique, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V). Seuls les déplacements essentiels sont autorisés. Autrement dit, les séjours touristiques en Belgique sont pratiquement interdits.L'annonce survient alors que la situation sanitaire en France se dégrade rapidement. Mais elle se justifie surtout en raison de la controverse relative à la stratégie d'immunité collective poursuivie aux Pays-Bas: le confinement n'y est pas de mise et le risque est grand de voir les mesures prises en Belgique contrecarrées. Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, avait indiqué vendredi, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, vouloir maintenir ouvertes les frontières de son pays avec la Belgique et l'Allemagne. Des contrôles étaient déjà opérationnels vendredi après-midi. Selon la presse flamande, il s'agit de contrôle impromptus pour faire comprendre aux Hollandais qu'il ne leur est pas conseillé de venir en Belgique pour l'instant. Des sanctions sont prévues. Il s'agit aussi d'empêcher les nombreux Hollandais disposant d'une seconde résidence chez nous de s'y rendre pour le week-end.La Première ministre Sophie Wilmès a par ailleurs insisté vendredi midi sur la nécessité de respecter le mot d'ordre décidé mercredi en Belgique: "restez chez vous".