Les différences entre Belgique francophone et Belgique néerlandophone s'accroissent cependant, selon l'English Proficiency Index 2019 d'Education First (EF) publié mardi.

EF a publié la 9e édition de son classement annuel des meilleurs anglophones non natifs du monde. Le classement est basé sur les résultats au test d'anglais EF SET de plus de 2,3 millions d'anglophones non natifs venant de 100 pays et territoires. Cette année, les Pays-Bas reprennent la première place, suivis de la Suède.

La Belgique passe de la 11e à la 13e position avec un score de 63,09, soit moins 0,43 point comparé à l'année dernière. Elle se place désormais derrière la Pologne, le Luxembourg et l'Allemagne.

Un autre constat est la différence de niveau entre les régions. L'écart entre la Wallonie et la Flandre se creuse. D'après le rapport, les Wallons obtiennent un résultat de 58,22 contre 67,49 pour les Flamands (versus 58,77 pour les Wallons et 64,33 pour les Flamands en 2018). Quant aux Bruxellois, ils obtiennent la note de 63,56.

En excluant les autres régions, la Flandre se positionnerait 5e du classement mondial. La Wallonie serait reléguée loin derrière, à la 25e position. La région Bruxelles-Capitale se situerait à la 12e place si on excluait la Wallonie et la Flandre.

Les villes belges se plaçant en tête de classement sont Genk, suivie de Bruges. Viennent ensuite Anvers, Gand, Louvain, Bruxelles puis Liège. Au niveau de l'âge, les scores les plus élevés sont obtenus par les 21-25 ans et les 18-20 ans, suivis de près par les 26-30 ans puis les 31-40 ans.

Enfin, les femmes et les hommes en Belgique sont quasiment sur le même pied d'égalité quant à leur compétence en anglais, les femmes dépassant les hommes de quelque 0,02 point, selon l'étude.