Interpellée par Annick Ponthier (Vlaams Belang), Steven De Vuyst (PVDA-PTB) et Peter Buysrogge (N-VA), Mme Dedonder a rappelé avoir demandé deux enquêtes à la suite du vol d'armes par le caporal-chef Jürgen Conings, poursuivi pour "tentative d'assassinat dans un contexte terroriste" et toujours recherché. Le rapport de l'enquête menée par l'inspection générale est attendu pour le 15 juin, celle du Comité R pour le 30 juin.

Lire aussi: Pourquoi la cavale du militaire Jürgen Conings et la fragilisation de la ministre Ludivine Dedonder représentent déjà un danger

Dimanche, la ministre annonçait que 11 militaires suivis par les services de renseignement en raison de leurs opinions radicales et de leurs accointances avec l'extrême droite avaient été écartés des dépôts d'armes et n'ont plus accès à des lieux et des informations sensibles. "Entre hier (mercredi) et aujourd'hui (jeudi), des mesures similaires ont été prise à l'égard d'une douzième personne sur la base d'une évaluation du risque par le SGRS, le service de renseignement militaire."

"Aucun membre de la police militaire ne figure parmi ces 12 personnes", a assuré Mme Dedonder, se refusant à donner davantage de détails "parce que l'information est classifiée, sensible au niveau de la protection de la vie privée et que l'instruction est en cours." "Ces mesures préventives ne visent pas à sanctionner une faute", a-t-elle ajouté, précisant que ces mesures avaient un "caractère temporaire" et n'avaient "aucune conséquence pour leur statut administratif et pécuniaire."

Jürgen Conings reste introuvable (parquet fédéral)

Jürgen Conings, un militaire en fuite de 46 ans répertorié comme "extrémiste" de droite "potentiellement violent" par l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam), restait introuvable jeudi soir, a indiqué le parquet fédéral lors d'une conférence de presse.

L'armée et la police ont mené des recherches dans la partie nord-est du parc national de Haute Campine. Ils ont repris jeudi soir leur poste à Heuvelsven dans le quartier de Grote Homo, près de l'endroit où la voiture de Jürgen Conings a été retrouvée la semaine dernière.

Le fugitif armé avait menacé de s'en prendre aux structures de l'État, à une mosquée et à plusieurs personnalités, dont le célèbre virologue Marc Van Ranst.

Interpellée par Annick Ponthier (Vlaams Belang), Steven De Vuyst (PVDA-PTB) et Peter Buysrogge (N-VA), Mme Dedonder a rappelé avoir demandé deux enquêtes à la suite du vol d'armes par le caporal-chef Jürgen Conings, poursuivi pour "tentative d'assassinat dans un contexte terroriste" et toujours recherché. Le rapport de l'enquête menée par l'inspection générale est attendu pour le 15 juin, celle du Comité R pour le 30 juin.Lire aussi: Pourquoi la cavale du militaire Jürgen Conings et la fragilisation de la ministre Ludivine Dedonder représentent déjà un danger Dimanche, la ministre annonçait que 11 militaires suivis par les services de renseignement en raison de leurs opinions radicales et de leurs accointances avec l'extrême droite avaient été écartés des dépôts d'armes et n'ont plus accès à des lieux et des informations sensibles. "Entre hier (mercredi) et aujourd'hui (jeudi), des mesures similaires ont été prise à l'égard d'une douzième personne sur la base d'une évaluation du risque par le SGRS, le service de renseignement militaire." "Aucun membre de la police militaire ne figure parmi ces 12 personnes", a assuré Mme Dedonder, se refusant à donner davantage de détails "parce que l'information est classifiée, sensible au niveau de la protection de la vie privée et que l'instruction est en cours." "Ces mesures préventives ne visent pas à sanctionner une faute", a-t-elle ajouté, précisant que ces mesures avaient un "caractère temporaire" et n'avaient "aucune conséquence pour leur statut administratif et pécuniaire."Jürgen Conings, un militaire en fuite de 46 ans répertorié comme "extrémiste" de droite "potentiellement violent" par l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam), restait introuvable jeudi soir, a indiqué le parquet fédéral lors d'une conférence de presse.L'armée et la police ont mené des recherches dans la partie nord-est du parc national de Haute Campine. Ils ont repris jeudi soir leur poste à Heuvelsven dans le quartier de Grote Homo, près de l'endroit où la voiture de Jürgen Conings a été retrouvée la semaine dernière. Le fugitif armé avait menacé de s'en prendre aux structures de l'État, à une mosquée et à plusieurs personnalités, dont le célèbre virologue Marc Van Ranst.