La semaine dernière, la Wallonie a réalisé quelque 130.000 injections. "On sera encore à 130.000 cette semaine (premières et secondes doses, NdlR)", estime-t-elle dans La Libre Belgique. Les livraisons seront pourtant plus importantes que la semaine dernière puisque de 105.000 livrées à la Région, on passera à 136.000.

La ministre ne veut pas parler de compétition, mais se réjouit tout de même des chiffres de la Wallonie en matière de vaccination. La région a devancé la Flandre pour l'injection des premières doses, mais aussi maintient et renforce cette première place. Entre le 20 et le 28 mars, la part de la population adulte wallonne ayant déjà reçu au moins une injection est passée de 11,7 % à 14,6 %.

La Flandre est par contre la championne belge pour ce qui est des secondes doses (6 % contre 5,1 % en Wallonie et 3,4 % à Bruxelles). Mais c'est normal puisqu'il existe un délai fixe entre les deux injections. Si l'on prend le vaccin Pfizer, il est de 5 semaines. Et il y a 5 semaines, la Flandre avait administré davantage de premières doses par rapport à sa population. La belle progression de la Wallonie devrait donc se ressentir, d'ici quelques semaines, aussi pour les secondes injections.

"Il y a clairement une accélération", souligne la ministre dans les titres Sudpresse mardi, . "On va recevoir plus de doses en 5 semaines qu'on n'en a reçues en trois mois". Elle ajoute toutefois que la région serait capable de vacciner beaucoup plus "si on avait le double". En Wallonie, la capacité est en effet de 200.000 injections par semaine. "J'aimerais évidemment que ça s'accélère encore et qu'AstraZeneca respecte ses engagements. On trépigne d'impatience".

La semaine dernière, la Wallonie a réalisé quelque 130.000 injections. "On sera encore à 130.000 cette semaine (premières et secondes doses, NdlR)", estime-t-elle dans La Libre Belgique. Les livraisons seront pourtant plus importantes que la semaine dernière puisque de 105.000 livrées à la Région, on passera à 136.000. La ministre ne veut pas parler de compétition, mais se réjouit tout de même des chiffres de la Wallonie en matière de vaccination. La région a devancé la Flandre pour l'injection des premières doses, mais aussi maintient et renforce cette première place. Entre le 20 et le 28 mars, la part de la population adulte wallonne ayant déjà reçu au moins une injection est passée de 11,7 % à 14,6 %. La Flandre est par contre la championne belge pour ce qui est des secondes doses (6 % contre 5,1 % en Wallonie et 3,4 % à Bruxelles). Mais c'est normal puisqu'il existe un délai fixe entre les deux injections. Si l'on prend le vaccin Pfizer, il est de 5 semaines. Et il y a 5 semaines, la Flandre avait administré davantage de premières doses par rapport à sa population. La belle progression de la Wallonie devrait donc se ressentir, d'ici quelques semaines, aussi pour les secondes injections. "Il y a clairement une accélération", souligne la ministre dans les titres Sudpresse mardi, . "On va recevoir plus de doses en 5 semaines qu'on n'en a reçues en trois mois". Elle ajoute toutefois que la région serait capable de vacciner beaucoup plus "si on avait le double". En Wallonie, la capacité est en effet de 200.000 injections par semaine. "J'aimerais évidemment que ça s'accélère encore et qu'AstraZeneca respecte ses engagements. On trépigne d'impatience".