Si les élèves à partir de la troisième année secondaire suivront partiellement les cours à distance, les élèves de primaire et du premier degré du secondaire retournent à l'école temps plein. Pour l'instant, les élèves de l'enseignement primaire en Belgique sont exemptés du port du masque, une obligation à laquelle sont soumis leurs congénères français, italiens, grecs, et espagnols.
...

Si les élèves à partir de la troisième année secondaire suivront partiellement les cours à distance, les élèves de primaire et du premier degré du secondaire retournent à l'école temps plein. Pour l'instant, les élèves de l'enseignement primaire en Belgique sont exemptés du port du masque, une obligation à laquelle sont soumis leurs congénères français, italiens, grecs, et espagnols. Plus d'inconvénients que d'avantages La mesure a pourtant été discutée lors d'une réunion Risk Assessment Group (RAG)."Le Risk Assessment Group s'est penché spécifiquement sur cette question du port du masque pour les 6-12 ans dans un avis du 10 novembre. Ils concluent sur le fait que ça présente plus d'inconvénients que d'avantages parce qu'on sait que les enfants vont mal le porter, le toucher etc.", déclare Caroline Désir, ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, à la RTBF.À en croire le quotidien De Morgen, les syndicats de l'enseignement déplorent cette décision. "Si vous expliquez à des jeunes enfants pourquoi ils doivent porter un masque, à savoir pour éviter que leurs parents et grands-parents tombent malade, je ne comprends pas pourquoi on n'impose pas le port du masque dans l'école primaire", déclare Nancy Libert secrétaire de l'aile flamande du CGSP Enseignement. "J'ai l'impression que les adultes en font plus un problème que les enfants", ajoute-t-elle. À Courcelles, la commune a décidé de ne pas suivre l'avis du RAG et d'imposer le port du masque à partir de six ans dans ses écoles. Face à l'opposition de certains parents, elle a toutefois dû nuancer cette obligation. "Le port du masque est obligatoire en classe, dans le local de garderie, dans la salle de dîner, dès 6 ans, dans les écoles situées sur le territoire de Courcelles; EXCEPTE si un parent s'y oppose par écrit pour son enfant en complétant l'attestation de responsabilité parentale qui lui sera fournie; si la leçon le nécessite; durant le temps nécessaire à la prise d'un repas froid, d'une boisson, d'une collation et si l'enfant mentionne qu'il ressent le besoin de lever le masque pour raison de santé", explique la commune sur sa page Facebook.ConfusionL'OMS conseille d'imposer le masque aux enfants de 6 à 11 ans sous certaines conditions. Ainsi, il faut qu'ils soient suffisamment surveillés, qu'ils aient accès à des masques propres, et qu'on tienne compte de leur développement psychologique et pédagogique. Interrogé par De Morgen, le virologue Steven Van Gucht, estime que cet avis sème la confusion. "Si l'OMS trouve que les enfants doivent porter un masque à partir de six ans, pourquoi ne le dit-elle pas clairement ?" Pour lui, l'obligation du masque pour les moins de douze ans dans certains pays est inspirée par la panique. Pour lui, il y a des éléments plus importants dans la lutte contre le virus. Il souligne l'importance des bulles scolaires : pour lui, il faut absolument que les enfants apprennent, jouent, et mangent au sein de la même bulle, et ne se mélangent surtout pas à d'autres bulles.Le virologue rappelle également l'importance d'une stratégie de test efficace. "Si nous pouvions tester les classes deux fois par semaine, la transmission baisse de 50%", mais c'est dans un monde idéal. Selon lui, il serait déjà une très bonne chose de pouvoir tester les classes dès qu'il y a une suspicion de Covid-19.Protéger les grands-parents Interrogée par la RTBF, l'infectiologue Christelle Meuris (CHU de Liège) ne partage pas tout à fait son avis. "Je ne suis pas farouchement opposée au port du masque à l'école", dit-elle. Elle ajoute que le masque permet également de protéger les aînés. "Si un enfant va voir ses grands-parents, l'idéal est que, l'un comme l'autre portent un masque pour que même les asymptomatiques ne puissent propager le virus", recommande-t-elle.