"Il y a quinze jours, je me suis entretenu avec le commissaire corona de Belgique, Pedro Facon", raconte Jose-Luis Jimenez par téléphone. "Je lui ai dit que les aérosols sont la principale forme de propagation du covid-19. Mais je ne veux pas paraître alarmiste. La Belgique s'en sort plutôt bien."
...

"Il y a quinze jours, je me suis entretenu avec le commissaire corona de Belgique, Pedro Facon", raconte Jose-Luis Jimenez par téléphone. "Je lui ai dit que les aérosols sont la principale forme de propagation du covid-19. Mais je ne veux pas paraître alarmiste. La Belgique s'en sort plutôt bien."Jimenez est professeur de chimie et de technologie environnementale à l'université du Colorado Boulder, aux États-Unis. Il est l'un des 200 scientifiques éminents qui, dès le début de la crise du coronavirus, ont souligné dans une lettre ouverte que le virus se transmet principalement par les aérosols."La couverture vaccinale en Belgique est d'environ 70 % pour l'ensemble de la population. Pour un pays de 11 millions d'habitants situé géographiquement au coeur de l'Europe, ce n'est certainement pas mal", poursuit Jimenez. "Le problème se pose davantage dans les grandes villes, notamment à Bruxelles. Dans certains quartiers, le taux de couverture vaccinale chez les moins de 40 ans est lamentablement bas. Je ne comprends pas pourquoi ces gens ne se font pas vacciner."Comment aborderiez-vous ce problème à Bruxelles?Jose-Luis Jimenez : Pour moi, c'est une question de respect mutuel. En tant que citoyen d'un pays, vous avez des droits et des devoirs. Le vaccin devrait devenir obligatoire à Bruxelles, en Belgique et dans l'Union européenne. Certainement pour les personnes travaillant dans le secteur des soins de santé, mais aussi pour les enseignants, les professeurs, les policiers, les soldats et les politiciens. En ce qui me concerne, toute personne qui refuse devrait être licenciée. Aux États-Unis, les policiers, les soldats et les personnes travaillant pour les services de l'administration fédérale et locale sont licenciés s'ils refusent le vaccin.Je me demande quelle est la différence avec le vaccin obligatoire contre la polio. Nous parlons de vies mises en danger parce que des personnes ne veulent pas se faire vacciner. Nous sommes au milieu d'une pandémie. Je n'exclus pas la possibilité que ce que nous avons vu précédemment au Royaume-Uni, au Brésil, en Afrique du Sud, en Inde et en Colombie puisse se produire à Bruxelles. Si une mutation du virus devait se produire à Bruxelles, les risques seraient immenses. Bruxelles pourrait devenir l'épicentre des infections en Europe. Cela m'inquiète.En Flandre et en Wallonie, les élèves ne doivent plus porter leur masque en classe. Que pensez-vous de cette décision ?Je ne suis pas du tout d'accord avec les scientifiques et les virologues qui préconisent un assouplissement de l'obligation du port du masque. Même les personnes entièrement vaccinées peuvent transmettre le variant delta par les aérosols. C'est vrai qu'elles seront moins malades, mais elles continueront à propager le virus si elles ne portent pas de masque. Ceux qui ont pris la décision de ne pas imposer le port du masque aux enfants, même jeunes, à l'intérieur jouent avec le feu. Ceux qui pensent que les enfants ne peuvent pas tomber malades à cause du covid-19 ont tort. Aux États-Unis, nous connaissons un quatrième pic. En août, cinq fois plus d'enfants ont été hospitalisés à cause du variant delta qu'en juin.Pour réduire considérablement la transmission du virus, il est très important d'également imposer le port du masque aux enfants et aux jeunes. Je ne comprends pas pourquoi tant de gens agissent comme si la pandémie de coronavirus était terminée. Ce n'est pas le cas. Tant que tous les pays n'auront pas vacciné leurs populations, des variantes encore plus agressives et mortelles du coronavirus peuvent apparaître.Je préconise non seulement le port obligatoire d'un masque, mais aussi l'utilisation d'un nouveau prototype de masque qui s'adapte encore mieux au nez et aux joues. À mon avis, c'est aux gouvernements d'acheter des masques de qualité et de les distribuer à la population. Les dommages économiques causés par le covid-19 coûtent bien plus au gouvernement que l'achat d'équipements de protection comme les masques, les compteurs de CO2 et les vaccins. Je suis agacé par les ministres de la santé de l'Union européenne. Ils parlent de ventilation, mais n'imposent pas l'obligation de ventiler correctement les bâtiments publics.Pensez-vous que les décideurs politiques écoutent suffisamment les scientifiques?Non ! Pour les virologues et les scientifiques, il ne fait aucun doute que les aérosols sont le facteur principal de contamination par le covid. Plusieurs décideurs politiques de l'Union européenne ne comprennent toujours pas que les compteurs de CO2 devraient être obligatoires dans tous les bâtiments publics. Il ne suffit pas d'un peu ouvrir les portes et les fenêtres. Une bonne ventilation et une bonne aération sont cruciales. Même quand il fait froid, cela reste important. Même l'OMS, qui était initialement méfiante à l'égard de nos résultats, est désormais aussi catégorique que nous : le coronavirus se propage par les aérosols.La Belgique compte de nombreux bâtiments scolaires anciens. Il n'est pas facile d'installer des systèmes de ventilation partout. Comment vous y prendriez-vous ?Utilisez vos talents et votre créativité. Demandez aux élèves du troisième degré de mesurer la qualité de l'air dans toutes les classes avec des compteurs de CO2. Expliquez aux élèves de technique le fonctionnement d'un tel compteur de CO2, afin qu'ils puissent en fabriquer un eux-mêmes. Enseignez aux enfants des écoles maternelles ou primaires l'importance de compteurs de CO2 à l'aide de jeux. Ne sous-estimez pas les jeunes. Ce sont eux aussi qui ont tiré la sonnette d'alarme pour le climat.Et à tous les parents qui lisent cet article : agissez ! Il y a des collectes de fonds pour toutes sortes de choses. Réunissez-vous et réfléchissez à la manière dont vous pouvez aider les écoles à financer les compteurs de CO2. Il s'agit de protéger la santé de vos enfants et de votre famille. Et permettez-moi d'être clair : je n'ai aucun intérêt dans les entreprises de compteurs de CO2 ou de systèmes de ventilation. Il s'agit simplement de vous dire comment nous pouvons nous protéger du covid-19 sur base d'études scientifiques.J'appelle les politiciens à ne pas penser à la prochaine élection, mais au bien commun. Ceux qui prennent toujours des décisions à la petite semaine risquent de ne plus avoir d'électeurs au bout du compte. Regardez comment, aux États-Unis, les membres du parti républicain ont politisé le port de masque. Cela va si loin que dans les états où le président Joe Biden a gagné, on observe une meilleure couverture vaccinale et un plus grand respect des mesures de sécurité. Les politiciens qui décident que le masque n'est plus nécessaire devraient démissionner.