A l'automne, d'autres virus que le Covid-19 seront en forte augmentation. L'Institut de santé publique Sciensano estime qu'il sera alors nécessaire de pouvoir réaliser jusqu'à 70.000 tests de coronavirus par jour. Pour y parvenir, les laboratoires cliniques continueront à augmenter leur capacité de test pour passer de 15.000 à 20.000 tests quotidiens à 45.000 voire 55.000.

Une plate-forme nationale

"Des accords clairs ont été conclus avec des fournisseurs pour la livraison des réactifs aux laboratoires cliniques afin que ces derniers soient en mesure d'évaluer correctement leur capacité de test", commente le cabinet De Backer. "Dans un même temps, le gouvernement fédéral lui-même veut mettre en place une plate-forme nationale complémentaire. La plate-forme nationale actuelle se transformera en une plate-forme nationale de test d'une capacité de 40.000 tests par jour à 7 endroits différents sous le contrôle des laboratoires des hôpitaux universitaires.".

Cette plate-forme nationale sera utilisée pour le screening et la maîtrise des épidémies locales. "Des accords ont également été conclus avec les fournisseurs de réactifs afin d'éviter de devoir faire face à des pénuries", explique encore le cabinet qui prédit une mise à disposition rapide des résultats. "Le dernier facteur important pour le testing est la capacité de prélèvement d'échantillons.

Un appel énergique est lancé à la Wallonie, la Flandre et Bruxelles en vue d'ouvrir des centres de triage supplémentaires pour faire face à l'important afflux attendu de patients." "Nous ne pouvons attendre des médecins généralistes qu'ils effectuent autant de tests par jour. Le village de tests à Anvers constitue un bon exemple de la manière dont nous pouvons organiser les flux. Cette démarche est essentielle dans les villes", indique le ministre De Backer.

A l'automne, d'autres virus que le Covid-19 seront en forte augmentation. L'Institut de santé publique Sciensano estime qu'il sera alors nécessaire de pouvoir réaliser jusqu'à 70.000 tests de coronavirus par jour. Pour y parvenir, les laboratoires cliniques continueront à augmenter leur capacité de test pour passer de 15.000 à 20.000 tests quotidiens à 45.000 voire 55.000. "Des accords clairs ont été conclus avec des fournisseurs pour la livraison des réactifs aux laboratoires cliniques afin que ces derniers soient en mesure d'évaluer correctement leur capacité de test", commente le cabinet De Backer. "Dans un même temps, le gouvernement fédéral lui-même veut mettre en place une plate-forme nationale complémentaire. La plate-forme nationale actuelle se transformera en une plate-forme nationale de test d'une capacité de 40.000 tests par jour à 7 endroits différents sous le contrôle des laboratoires des hôpitaux universitaires.". Cette plate-forme nationale sera utilisée pour le screening et la maîtrise des épidémies locales. "Des accords ont également été conclus avec les fournisseurs de réactifs afin d'éviter de devoir faire face à des pénuries", explique encore le cabinet qui prédit une mise à disposition rapide des résultats. "Le dernier facteur important pour le testing est la capacité de prélèvement d'échantillons. Un appel énergique est lancé à la Wallonie, la Flandre et Bruxelles en vue d'ouvrir des centres de triage supplémentaires pour faire face à l'important afflux attendu de patients." "Nous ne pouvons attendre des médecins généralistes qu'ils effectuent autant de tests par jour. Le village de tests à Anvers constitue un bon exemple de la manière dont nous pouvons organiser les flux. Cette démarche est essentielle dans les villes", indique le ministre De Backer.