Tous les voyants sont au rouge écarlate. Entre le 5 et le 11 octobre, les hospitalisations ont continué leur progression, avec une moyenne de 125 admissions quotidiennes (+67,5%). Il y a désormais 1.329 patients hospitalisés pour le Covid-19 dans les hôpitaux belges, dont 243 sont en soins intensifs.

Entre le 2 et le 8 octobre, le virus a fait plus de 16 morts (+6,7) en moyenne par jour.

Depuis le début de l'épidémie en Belgique, 162.258 personnes ont été testées positives au Covid-19 et 10.191 en sont décédées.

Le taux de positivité des tests, à savoir la proportion des personnes positives sur l'ensemble des personnes testées, atteint désormais 10,4% à l'échelle nationale.

Vers un deuxième confinement en Belgique?

Tant en Flandre qu'en Wallonie, des voix s'élèvent pour mettre en garde la population contre un deuxième confinement si de nouvelles mesures ne sont pas prises ou si les mesures déjà en vigueur ne sont pas respectées.

Les chiffres de nouvelles contamination explosent en Belgique. Bruxelles et la Wallonie sont les Régions les plus touchées. "Si on continue avec des chiffres comme ça, ce sera le confinement généralisé. A un moment donné, il n'y aura pas d'autre solution. Il faut prendre des mesures immédiatement, qui soient les plus pondérées possible, qui évitent de mettre le pays par terre et que d'autres malades arrivent dans les hôpitaux. Il faut changer le comportement", a souligné le gouverneur du Brabant wallon, Gilles Mahieu, sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi).

Gilles Mahieu, gouverneur du Brabant wallon, BELGA
Gilles Mahieu, gouverneur du Brabant wallon © BELGA

En Flandre, la dirigeante du réseau de soins Zorgnet-Icuro, Margot Cloet, a tiré la sonnette d'alarme. "Si aucune mesure supplémentaire n'est prise contre le coronavirus, je crains que le (réseau de) soins ne va pas tenir", a-t-elle averti au cours de l'émission "De Zevende Dag" (VRT).

A ses yeux, la Belgique n'est plus très loin d'un nouveau confinement. Le secteur des soins de santé commence à ressentir les effets de l'augmentation du nombre de contaminations, notamment le personnel des centres de soins résidentiels (maisons de repos, centre d'accueil des personnes handicapées, etc.) qui commence à avoir du mal à s'organiser.

L'ex-présidente du Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy (GEES), Erika Vlieghe, juge également que "la situation est grave".

Des mesures plus fortes seront nécessaires pour endiguer la progression du virus, selon elle. Pour le moment, la Belgique ne dispose toujours pas d'un baromètre couleur suivant le niveau de contamination. Mais, à entendre l'infectiologue anversoise, le royaume serait aujourd'hui en orange, en route vers le rouge.

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, n'a pas voulu parler d'un nouveau confinement. "Je peux simplement annoncer que l'automne sera difficile", a-t-il dit, en appelant chacun à s'en tenir aux règles. "Au plus nous serons stricts envers nous-mêmes, au moins nous devrons prendre des mesures dramatiques la prochaine fois", a-t-il expliqué sur le plateau de VTM.

Tous les voyants sont au rouge écarlate. Entre le 5 et le 11 octobre, les hospitalisations ont continué leur progression, avec une moyenne de 125 admissions quotidiennes (+67,5%). Il y a désormais 1.329 patients hospitalisés pour le Covid-19 dans les hôpitaux belges, dont 243 sont en soins intensifs. Entre le 2 et le 8 octobre, le virus a fait plus de 16 morts (+6,7) en moyenne par jour. Depuis le début de l'épidémie en Belgique, 162.258 personnes ont été testées positives au Covid-19 et 10.191 en sont décédées. Le taux de positivité des tests, à savoir la proportion des personnes positives sur l'ensemble des personnes testées, atteint désormais 10,4% à l'échelle nationale.Tant en Flandre qu'en Wallonie, des voix s'élèvent pour mettre en garde la population contre un deuxième confinement si de nouvelles mesures ne sont pas prises ou si les mesures déjà en vigueur ne sont pas respectées.Les chiffres de nouvelles contamination explosent en Belgique. Bruxelles et la Wallonie sont les Régions les plus touchées. "Si on continue avec des chiffres comme ça, ce sera le confinement généralisé. A un moment donné, il n'y aura pas d'autre solution. Il faut prendre des mesures immédiatement, qui soient les plus pondérées possible, qui évitent de mettre le pays par terre et que d'autres malades arrivent dans les hôpitaux. Il faut changer le comportement", a souligné le gouverneur du Brabant wallon, Gilles Mahieu, sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi).En Flandre, la dirigeante du réseau de soins Zorgnet-Icuro, Margot Cloet, a tiré la sonnette d'alarme. "Si aucune mesure supplémentaire n'est prise contre le coronavirus, je crains que le (réseau de) soins ne va pas tenir", a-t-elle averti au cours de l'émission "De Zevende Dag" (VRT).A ses yeux, la Belgique n'est plus très loin d'un nouveau confinement. Le secteur des soins de santé commence à ressentir les effets de l'augmentation du nombre de contaminations, notamment le personnel des centres de soins résidentiels (maisons de repos, centre d'accueil des personnes handicapées, etc.) qui commence à avoir du mal à s'organiser.L'ex-présidente du Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy (GEES), Erika Vlieghe, juge également que "la situation est grave".Des mesures plus fortes seront nécessaires pour endiguer la progression du virus, selon elle. Pour le moment, la Belgique ne dispose toujours pas d'un baromètre couleur suivant le niveau de contamination. Mais, à entendre l'infectiologue anversoise, le royaume serait aujourd'hui en orange, en route vers le rouge.Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, n'a pas voulu parler d'un nouveau confinement. "Je peux simplement annoncer que l'automne sera difficile", a-t-il dit, en appelant chacun à s'en tenir aux règles. "Au plus nous serons stricts envers nous-mêmes, au moins nous devrons prendre des mesures dramatiques la prochaine fois", a-t-il expliqué sur le plateau de VTM.