Ce mercredi, François Desquesnes, son chef de file au parlement régional, demandera dès lors au gouvernement wallon de prendre contact avec les autorités néerlandaises, grand-ducales, flamandes, bruxelloises et fédérales "afin de créer une dynamique de travail autour du projet d'une consigne pour les emballages de boissons à l'échelle du territoire du Benelux" et d'en faire rapport devant le parlement wallon à la rentrée parlementaire.

Concrètement, le cdH déposera ce mercredi, en séance plénière du parlement wallon, une motion - en plus du décret de juin 2020 sur le sujet - qui reprendra dix nouvelles raisons censées convaincre la majorité "de prendre enfin ses responsabilités dans ce dossier primordial pour la propreté publique, l'économie, la nature, l'agriculture, le bien-être animal et donc pour la qualité de vie de tous les Wallons".

Pour les humanistes, le moment est venu. "Des citoyens se font entendre partout en Wallonie, à Bruxelles, en Flandre et chez nos voisins. Près de 90 communes wallonnes ont déjà choisi officiellement de rejoindre 'l'Alliance pour la Consigne' en ayant adopté une motion dans leur conseil communal respectif. Plus de 110 bourgmestres, de tous partis confondus, ont également répondu positivement à l'appel pour la mise en place d'une consigne et l'Union des Villes et des Communes wallonne a sollicité le gouvernement régional pour qu'il entame urgemment une réflexion sur l'instauration de cette consigne en précisant qu'il est impératif que cela ne génère aucun impact sur les finances des communes", liste ainsi François Desquesnes.

François Desquennes, cDH., PG
François Desquennes, cDH. © PG

"Les esprits sont mûrs"

Selon le cdH, la tendance est identique en Flandre où deux communes sur trois ont rejoint la 'statiegeldalliantie' tandis que parmi nos voisins, les Pays-Bas viennent d'étendre leur système de consigne à toutes les bouteilles en plastique et qu'au Grand-Duché du Luxembourg, la révision de la législation relative aux déchets est en cours et inclut la possibilité d'introduire des systèmes de consigne.

"Le système de consigne est déjà effectif dans de nombreux pays européens comme aux Pays-Bas, en Allemagne, en Estonie, au Danemark, en Islande, en Suède ou en Finlande. L'Union européenne incite d'ailleurs à la mise en oeuvre de la consigne", souligne encore le chef de groupe du cdH en rappelant par ailleurs qu'en Belgique, la consigne a été inscrite dans les Déclarations de Politique Régionale et dans l'Accord de majorité du gouvernement fédéral.

Enfin, les fédérations agricoles (FUGEA et FWA) défendent également ce système de consignes, inquiètes des dangers que représente l'abandon de canettes dans les champs, particulièrement pour les bovins qui en meurent en les avalant. "Aujourd'hui, les esprits sont mûrs chez nous et dans les pays limitrophes. Nous sommes arrivés à un réel momentum avec des lignes qui ont enfin bougé", conclut François Desquesnes.

Ce mercredi, François Desquesnes, son chef de file au parlement régional, demandera dès lors au gouvernement wallon de prendre contact avec les autorités néerlandaises, grand-ducales, flamandes, bruxelloises et fédérales "afin de créer une dynamique de travail autour du projet d'une consigne pour les emballages de boissons à l'échelle du territoire du Benelux" et d'en faire rapport devant le parlement wallon à la rentrée parlementaire.Concrètement, le cdH déposera ce mercredi, en séance plénière du parlement wallon, une motion - en plus du décret de juin 2020 sur le sujet - qui reprendra dix nouvelles raisons censées convaincre la majorité "de prendre enfin ses responsabilités dans ce dossier primordial pour la propreté publique, l'économie, la nature, l'agriculture, le bien-être animal et donc pour la qualité de vie de tous les Wallons". Pour les humanistes, le moment est venu. "Des citoyens se font entendre partout en Wallonie, à Bruxelles, en Flandre et chez nos voisins. Près de 90 communes wallonnes ont déjà choisi officiellement de rejoindre 'l'Alliance pour la Consigne' en ayant adopté une motion dans leur conseil communal respectif. Plus de 110 bourgmestres, de tous partis confondus, ont également répondu positivement à l'appel pour la mise en place d'une consigne et l'Union des Villes et des Communes wallonne a sollicité le gouvernement régional pour qu'il entame urgemment une réflexion sur l'instauration de cette consigne en précisant qu'il est impératif que cela ne génère aucun impact sur les finances des communes", liste ainsi François Desquesnes.Selon le cdH, la tendance est identique en Flandre où deux communes sur trois ont rejoint la 'statiegeldalliantie' tandis que parmi nos voisins, les Pays-Bas viennent d'étendre leur système de consigne à toutes les bouteilles en plastique et qu'au Grand-Duché du Luxembourg, la révision de la législation relative aux déchets est en cours et inclut la possibilité d'introduire des systèmes de consigne. "Le système de consigne est déjà effectif dans de nombreux pays européens comme aux Pays-Bas, en Allemagne, en Estonie, au Danemark, en Islande, en Suède ou en Finlande. L'Union européenne incite d'ailleurs à la mise en oeuvre de la consigne", souligne encore le chef de groupe du cdH en rappelant par ailleurs qu'en Belgique, la consigne a été inscrite dans les Déclarations de Politique Régionale et dans l'Accord de majorité du gouvernement fédéral. Enfin, les fédérations agricoles (FUGEA et FWA) défendent également ce système de consignes, inquiètes des dangers que représente l'abandon de canettes dans les champs, particulièrement pour les bovins qui en meurent en les avalant. "Aujourd'hui, les esprits sont mûrs chez nous et dans les pays limitrophes. Nous sommes arrivés à un réel momentum avec des lignes qui ont enfin bougé", conclut François Desquesnes.