Les consignes actuelles permettent l'activité physique à l'extérieur seul ou accompagné d'un ami ou d'une personne vivant sous le même toit et dans un périmètre restreint autour du domicile.

Trop vague

"Mais c'est beaucoup trop vague", estime le président de la Commission permanente de la police locale Nicholas Paelinck, selon qui "la police peut difficilement intervenir sur cette base". "Si nous interceptons un cycliste à 50 km de chez lui, nous n'avons rien à lui opposer pour lui signifier que c'est interdit. Et quid des marcheurs? S'ils disent qu'ils n'ont pas pris leur voiture, mais ont marché cinq kilomètres, que pouvons-nous dire? ", s'interroge-t-il.

Appel au bon sens

La police demande donc des règles plus précises. En France, par exemple, où tous les déplacements non essentiels sont interdits, les sorties sont limitées à une heure par jour dans un rayon d'un kilomètre autour du domicile. "Il faut que ce soit plus clair, pas seulement pour nous mais aussi pour les sportifs", insiste Nicholas Paelinck.

Selon le ministère de l'Intérieur, les règles sont constamment évaluées et ajustées si nécessaire. "Pour l'instant, la règle pour les cyclistes est la suivante : roulez seuls et faites preuve de bon sens".

Interrogé à ce sujet par la VRT, le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem a indiqué que "la police locale peut faire part de ses suggestions et inquiétudes au comité fédéral de coordination du Centre de crise qui les mettra à son tour sur la table du Centre national de sécurité. Nous ne pouvons anticiper les éventuelles décisions en la matière mais nous soutenons toute initiative visant à clarifier les règles pour les policières et policiers, que nous remercions pour leur engagement".

Les consignes actuelles permettent l'activité physique à l'extérieur seul ou accompagné d'un ami ou d'une personne vivant sous le même toit et dans un périmètre restreint autour du domicile. "Mais c'est beaucoup trop vague", estime le président de la Commission permanente de la police locale Nicholas Paelinck, selon qui "la police peut difficilement intervenir sur cette base". "Si nous interceptons un cycliste à 50 km de chez lui, nous n'avons rien à lui opposer pour lui signifier que c'est interdit. Et quid des marcheurs? S'ils disent qu'ils n'ont pas pris leur voiture, mais ont marché cinq kilomètres, que pouvons-nous dire? ", s'interroge-t-il. La police demande donc des règles plus précises. En France, par exemple, où tous les déplacements non essentiels sont interdits, les sorties sont limitées à une heure par jour dans un rayon d'un kilomètre autour du domicile. "Il faut que ce soit plus clair, pas seulement pour nous mais aussi pour les sportifs", insiste Nicholas Paelinck. Selon le ministère de l'Intérieur, les règles sont constamment évaluées et ajustées si nécessaire. "Pour l'instant, la règle pour les cyclistes est la suivante : roulez seuls et faites preuve de bon sens". Interrogé à ce sujet par la VRT, le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem a indiqué que "la police locale peut faire part de ses suggestions et inquiétudes au comité fédéral de coordination du Centre de crise qui les mettra à son tour sur la table du Centre national de sécurité. Nous ne pouvons anticiper les éventuelles décisions en la matière mais nous soutenons toute initiative visant à clarifier les règles pour les policières et policiers, que nous remercions pour leur engagement".