Pas de déconfinement en vue

Le comité de concertation doit aborder la question du maintien ou de l'assouplissement des mesures de "confinement renforcé" décidées le 30 octobre et prévues pour l'instant jusqu'au 13 décembre pour endiguer la deuxième vague de l'épidémie de covid-19.
...

Le comité de concertation doit aborder la question du maintien ou de l'assouplissement des mesures de "confinement renforcé" décidées le 30 octobre et prévues pour l'instant jusqu'au 13 décembre pour endiguer la deuxième vague de l'épidémie de covid-19. Si le président français Emmanuel Macron a déjà évoqué un déconfinement, qui prendra place dès le 15 décembre si le seuil de 5000 contaminations par jour est atteint, cela ne devrait pas être le cas chez nous. Les différents gouvernements semblent d'accord : il est trop tôt pour un assouplissement majeur, la situation sanitaire, et notamment la pression encore trop grande sur le système hospitalier, ne le permet pas. Selon RTL, ce comité de concertation devrait d'ailleurs être le dernier de l'année, "sauf urgence", ce qui laisse présager des mesures susceptibles de tenir pour un bon moment. À partir de samedi, les commerces rouvriront en France, faisant de la Belgique une île privée de ses commerces non-essentiels. Cette réouverture des commerces doit être sérieusement envisagée selon le ministre des Indépendants, David Clarinval (MR). Si la décision est prise, cela pourrait prendre effet dès le 1er décembre. Si elle n'est pas possible, le ministre proposera des assouplissements. Parmi les assouplissements cités par le ministre : l'extension du "click & collect" pour les prestataires de services de réparation ou confection, la possibilité de recevoir des clients sur rendez-vous.Le Premier ministre Alexander De Croo a expliqué que toute décision devrait être prise sur base de faits et de chiffres : "je comprends évidemment que des entrepreneurs veulent relancer leur activité. Nous clarifierons vendredi si c'est possible et dans quelles conditions."Les bars et les discothèques ne rouvriront pas pour l'instant. Les restaurants ne devraient pas rouvrir cette année non plus. C'est sans doute le point qu'attendent le plus les Belges, et qui créera le plus de tensions au sein du comité de concertation. Pour rappel, nous avons pour l'instant droit à un seul contact rapproché en dehors de son foyer, deux pour les personnes seules. Mais les fêtes de fin d'années approchent à grands pas : pourra-t-on fêter Noël en famille, réduite ou élargie, ou est-ce exclu ? De nombreux experts et responsables politiques sont convaincus que, s'il y avait une exception pour les fêtes, certaines personnes ne s'en tiendraient pas à un seul jour. Les plus prudents, parmi lesquels le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke et le Premier ministre Alexander De Croo, ne sont pas partisans d'un élargissement de la bulle. Si la situation sanitaire est extrêmement favorable, la question pourrait être réétudiée à quelques jours des fêtes. Mais certains appellent déjà à donner des perspectives. Le CD&V souhaite une exception pour Noël, tandis que le MR défend une position entre-deux. Georges-Louis Bouchez est notamment séduit par une idée proche de celle du Québec. "Pouvoir concentrer quelques contacts rapprochés sur une période de deux/trois jours autour de Noël et ne rien autoriser pour le Nouvel an, ça me semble être une bonne idée pour maintenir des contacts familiaux". Le but ultime est d'éviter une troisième vague, provoquée par des contacts trop importants durant les fêtes. Si un assouplissement devait voir le jour, il ne serait que très limité. Hors de question ainsi de fêter Noël avec sa famille élargie. Quelles que soient les règles, la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a d'ores et déjà annoncé que la police veillerait au grain. En France, le secteur culturel a enfin des perspectives. Les musées, théâtres et autres salles de cinéma pourront rouvrir à partir du 15 décembre si la situation sanitaire le permet. Chez nous aussi, le secteur attend des perspectives. Bénédicte Linard, la ministre francophone de la Culture, a prudemment affirmé au micro de la Première (RTBF) que les musées pourraient rouvrir en décembre. "On évoque que les musées soient sur la table du comité de concertation. On a travaillé avec le secteur et avec mes homologues flamands et germanophones pour que tout soit à prêt pour un déconfinement", précise-t-elle. "J'espère que le comité de concertation donnera des perspectives, mais j'entends que cela va se faire par phases."Il nous est annoncé depuis des semaines, voire des mois, et a été maintes fois reporté. Une nouvelle version du "baromètre corona" sera discutée. Ce baromètre doit régler l'adoption de mesures sanitaires en fonction de l'évolution de l'épidémie. Frank Vandenbroucke avait déjà freiné son adoption, soulignant que la version à l'étude n'était pas adaptée à la situation. Le projet actuellement sur la table serait simplifié en deux phases, la première concernant la sortie de crise, la seconde pour éviter d'y revenir, en spécifiant que faire en fonction des indicateurs disponibles. L'idée ne serait pas d'instaurer une automaticité entre ces indicateurs et les mesures à prendre. La situation devrait donc toujours être évaluée. Pas question donc qu'une évolution constatée au matin mène automatiquement à l'entrée en vigueur d'une mesure l'après-midi.