Le parlement avait entamé mercredi à 10h le débat sur la déclaration gouvernementale, d'abord par une discussion générale au cours de laquelle les chefs de groupe des différents partis sont intervenus, suivie par des discussions thématiques avec la plupart des ministres.

Celles-ci se sont achevées jeudi à 20h avec la secrétaire d'État au Budget, Eva De Bleeker (Open Vld), qui a rappelé les grandes lignes du budget 2022 sur lequel le gouvernement Vivaldi s'est accordé. Elle a notamment insisté sur la voie du rétablissement des finances publiques qu'empruntait l'exécutif en faisant un effort de 2,4 milliards d'euros tout en lançant des politiques nouvelles.

Sans surprise, l'essentiel des échanges durant ces longues heures a tourné autour de la facture énergétique, de la remise au travail des malades de longue durée, des réformes en matière d'emploi et des mesures fiscales. Le temps passant, c'est l'opposition qui a tenu le crachoir, en particulier la N-VA et le Vlaams Belang, les deux premiers partis de Flandre.

Les mêmes discussions se reproduiront encore à la faveur des notes de politique générale que déposeront les différents ministres, ainsi que du budget traditionnellement approuvé en fin d'année.

Pour l'équipe De Croo, la majorité Vivaldi et l'opposition, cette déclaration du gouvernement revêtait une importance particulière. C'est en effet le premier exercice du genre qui se déroule dans un contexte de début de sortie de crise sanitaire et de retour progressif à la normale.

Le parlement avait entamé mercredi à 10h le débat sur la déclaration gouvernementale, d'abord par une discussion générale au cours de laquelle les chefs de groupe des différents partis sont intervenus, suivie par des discussions thématiques avec la plupart des ministres. Celles-ci se sont achevées jeudi à 20h avec la secrétaire d'État au Budget, Eva De Bleeker (Open Vld), qui a rappelé les grandes lignes du budget 2022 sur lequel le gouvernement Vivaldi s'est accordé. Elle a notamment insisté sur la voie du rétablissement des finances publiques qu'empruntait l'exécutif en faisant un effort de 2,4 milliards d'euros tout en lançant des politiques nouvelles. Sans surprise, l'essentiel des échanges durant ces longues heures a tourné autour de la facture énergétique, de la remise au travail des malades de longue durée, des réformes en matière d'emploi et des mesures fiscales. Le temps passant, c'est l'opposition qui a tenu le crachoir, en particulier la N-VA et le Vlaams Belang, les deux premiers partis de Flandre. Les mêmes discussions se reproduiront encore à la faveur des notes de politique générale que déposeront les différents ministres, ainsi que du budget traditionnellement approuvé en fin d'année. Pour l'équipe De Croo, la majorité Vivaldi et l'opposition, cette déclaration du gouvernement revêtait une importance particulière. C'est en effet le premier exercice du genre qui se déroule dans un contexte de début de sortie de crise sanitaire et de retour progressif à la normale.