Le chef de file des libéraux francophones a également pointé des divergences entre socialistes et nationalites sur le statut du texte qu'ils ont présenté.

"Si les préformateurs ne souhaitent pas qu'il y ait de fantasmes (sur le contenu de ce texte), ils devraient peut-être divulguer leur note. Cela serait beaucoup plus simple", a-t-il affirmé lors de l'émission Matin Première de la RTBF dont il était l'invité.

"Autour de la table (de négociations), j'ai entendu des choses qui, pour nous (les libéraux), allaient beaucoup trop loin" en matière de régionalisation de certaines compétences, a ajouté M. Bouchez. "Il y avait une série de régionalisations qui étaient déjà considérées comme acquises et peut-être que le PS nous dira qu'il n'a pas marqué son accord là-dessus. Je veux bien le croire", a poursuivi le président du MR. "Mais alors se pose la question du statut de cette note. Parce que j'ai pu me rendre compte que les préformateurs n'étaient pas d'accord eux-mêmes sur le texte dont ils sont les co-auteurs", a-t-il souligné.

Le chef de file du MR a également réaffirmé l'unité de la famille libérale et sa volonté d'"essayer de discuter du fond", qui pour lui, équivaut à donner la priorité aux questions socio-économiques.

Le chef de file des libéraux francophones a également pointé des divergences entre socialistes et nationalites sur le statut du texte qu'ils ont présenté."Si les préformateurs ne souhaitent pas qu'il y ait de fantasmes (sur le contenu de ce texte), ils devraient peut-être divulguer leur note. Cela serait beaucoup plus simple", a-t-il affirmé lors de l'émission Matin Première de la RTBF dont il était l'invité. "Autour de la table (de négociations), j'ai entendu des choses qui, pour nous (les libéraux), allaient beaucoup trop loin" en matière de régionalisation de certaines compétences, a ajouté M. Bouchez. "Il y avait une série de régionalisations qui étaient déjà considérées comme acquises et peut-être que le PS nous dira qu'il n'a pas marqué son accord là-dessus. Je veux bien le croire", a poursuivi le président du MR. "Mais alors se pose la question du statut de cette note. Parce que j'ai pu me rendre compte que les préformateurs n'étaient pas d'accord eux-mêmes sur le texte dont ils sont les co-auteurs", a-t-il souligné. Le chef de file du MR a également réaffirmé l'unité de la famille libérale et sa volonté d'"essayer de discuter du fond", qui pour lui, équivaut à donner la priorité aux questions socio-économiques.