Le Comité de concertation a tranché : ce mercredi 9 juin, la première étape du Plan Été entre en vigueur. Avec notamment l'ouverture des espaces intérieurs dans l'Horeca et un retour progressif des employés sur leur lieu de travail, mais surtout la possibilité pour les Belges de reprendre le chemin des vacances après une année de télétravail intense. Le Comité de concertation a en effet déterminé les règles pour des voyages libres et sûrs dans l'Union européenne cet été. Cela sera possible grâce au certificat covid numérique européen, attendu en juillet.
...

Le Comité de concertation a tranché : ce mercredi 9 juin, la première étape du Plan Été entre en vigueur. Avec notamment l'ouverture des espaces intérieurs dans l'Horeca et un retour progressif des employés sur leur lieu de travail, mais surtout la possibilité pour les Belges de reprendre le chemin des vacances après une année de télétravail intense. Le Comité de concertation a en effet déterminé les règles pour des voyages libres et sûrs dans l'Union européenne cet été. Cela sera possible grâce au certificat covid numérique européen, attendu en juillet.Pour autant, certaines questions sont restées sans réponse. Le Comité de concertation prévoit donc de se réunir à nouveau: après avoir initialement envisagé une réunion le 11 juin, il se penchera finalement le 18 juin sur la poursuite de la mise en oeuvre du Plan Été à partir du 1er juillet.Au menu: les contacts rapprochés et la bulle sociale."Vendredi, nous verrons si nous pouvons augmenter la bulle sociale pour cet été ", a fait savoir le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), sur le plateau de l'émission De Zevende Dag, dimanche.Actuellement fixée à quatre personnes, la bulle de contacts pourrait donc être élargie dans un futur proche. Mais seulement à deux conditions : "C'est seulement envisageable si les chiffres continuent de baisser et qu'aucun nouveau variant n'apparaît pas ", a précisé Jan Jambon. Bref, un assouplissement conditionné par une situation épidémiologique favorable.La décision des autorités d'élargir la bulle de contacts a valu de nombreuses interrogations ces derniers jours. D'un côté, on retrouve ceux qui pensent que la bulle sociale dans le domaine privé est une recommandation alors que d'autres estiment qu'il s'agit bien d'une obligation. De l'autre, l'étonnement de voir le terme de "bulle de contacts" réapparaître lors du Codeco, alors que beaucoup pensaient cette notion révolue.Petite explication : fin mai, la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden annonçait un projet d'arrêté ministériel visant à supprimer dès le 9 juin toute limitation aux contacts "physiques" entrepersonnes.Concrètement, cela voudrait donc dire que la bulle disparaîtrait au profit d'une nouvelle règle, "la règle de 4", nous expliquait alors le cabinet de la ministre. Dans la sphère privée, les citoyens n'auraient plus à suivre les règles de la distanciation sociale.Finalement, bulle ou règle de 4 ? Il n'y a pas de grande différence. La notion de bulle aurait été maintenue pour plus de clarté, mais la mesure a effectivement évolué vers cette "règle de 4". Si avant, on limitait tant le nombre que l'identité des personnes faisant partie de cette bulle, désormais, peu importe l'identité de la personne présente chez vous, tant que vous ne dépassez pas un seuil de 4 personnes à la fois. Et c'est là toute la subtilité de la chose : vous pouvez donc inviter 4 personnes chez vous. Mais surtout, ces 4 personnes ne doivent plus être les mêmes à chaque fois. Pour ce qui est des règles de distanciation sociale, le Premier ministre précise : " Je crois qu'on peut dire que si des personnes se rencontrent et qu'elles sont toutes complètement vaccinées, évidemment, la distanciation sociale n'est plus nécessaire."Alors, au final, est-ce une règle ou une recommandation ? Les autorités régionales et fédérales insistent: il s'agit bien d'une obligation et chaque citoyen est tenu de la respecter.En plus de ce potentiel élargissement de la bulle sociale dans la sphère privée, les membres du Comité devraient également aborderle sujet du nombre de personnes présentes à table dans l'horeca.La règle de quatre personnes par table dans l'horeca pourrait disparaître, a avancé Jan Jambon : "Je pense que la règle peut être assouplie en juillet, ensuite encore un peu plus en août, pour peut-être enfin complètement disparaître début septembre. ""L'été qui arrive sera l'été vers la liberté, mais pas encore l'été de la liberté", a conclu Jan Jambon, visiblement prudent sur l'évolution de la crise. En d'autres termes : cela ne peut fonctionner que si nous continuons tous à suivre les mesures.