Selon lui, il y a malgré leurs idéologies divergentes plus de similitudes entre N-VA et PS que ce qu'on pourrait penser au premier abord. "Avant les élections on souligne les différences entre les partis, après les élections il faut voir sur quels points on est d'accord", déclare-t-il.
...

Selon lui, il y a malgré leurs idéologies divergentes plus de similitudes entre N-VA et PS que ce qu'on pourrait penser au premier abord. "Avant les élections on souligne les différences entre les partis, après les élections il faut voir sur quels points on est d'accord", déclare-t-il. "Si vous comparez les accords de coalition de la Flandre et de la Wallonie, vous voyez beaucoup de similitudes. Les deux gouvernements veulent augmenter le taux d'emploi, par exemple. La Flandre abolit le bonus logement, comme l'avait fait Bruxelles lors de la législature précédente. Et l'élection semi-directe de bourgmestres que nous avons en Flandre existait déjà en Wallonie", estime-t-il, soulignant qu'il est logique de mener une politique fédérale cohérente avec les choix réalisés en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles.D'après lui, il est donc est tout à fait possible de former un gouvernement fédéral d'ici le 1er décembre, date où Charles Michel (MR) prendra sa fonction de président du Conseil européen. "Il ne serait pas logique de remplacer un Premier ministre sortant par un autre Premier ministre sortant". De plus, si le gouvernement est formé d'ici décembre, on pourrait approuver le budget à temps pour 2020 et éviter de passer une nouvelle fois pour le mauvais élève auprès de l'Europe. Il estime que si l'Italie est capable de former en gouvernement en une semaine après une crise, la Belgique devrait pouvoir y parvenir en six mois.Cependant, à entendre les propos de Laurette Onkelinx (PS) ce week-end, la N-VA et le PS ne sont pas encore tout à fait sur la même longueur d'onde. "En 2014, j'avais parlé du bruit des bottes ; ce bruit, avec les tweets, les propos, les prises de position de Theo Francken, est devenu assourdissant. Et c'est lui qu'on propose pour mettre du liant dans la société belge?", s'est-elle indignée dans les colonnes du Soir.