La note de la Sûreté de l'Etat concernant Ihsane Haouach, qui vient d'être dévoilée par la RTBF, fait trois pages et met bien en garde au sujet de "contacts étroits" entre la commissaire démissionnaire du gouvernement et les Frères musulmans.

Elle est toutefois rassurante, a priori, en évoquant le fait qu'elle n'a jamais attiré l'attentin par des positions extrémistes.

En d'autres termes, tant les libéraux que les écologistes peuvent s'appuyer sur ce texte pour défendre leur position.

Ihsane Haouach, pour sa part, réagit en se disant "profondément choquée" et en soulignant: "Je vais moi-même demander à les rencontrer dans les plus brefs délais, afin de faire la lumière sur cette histoire".

La Sureté écrit qu'Ihsane Haouach est "connue" des services de la Sureté en raison de "contacts étroits avec les Frères musulmans" (FM). Et de préciser: "Ces contacts entre les Frères musulmans et Ihsane Haouach s'inscrivent dans une stratégie plus large des Frères musulmans, dans laquelle ils tentent d'influencer le débat public et l'élaboration des politiques en développant de bonnes relations avec des personnes influentes dans différents cercles de la société, dans laquelle ils essaient également d'occuper eux-mêmes des positions influentes (entrisme) et dans laquelle ils tentent de contrôler ou d'impliquer un large éventail d'organisations et d'organismes à but non lucratif - dans le but sous-jacent d'introduire et d'appliquer progressivement leurs points de vue."

Plus rassurant: "nous pouvons également mentionner que, pour autant que nous le sachions, Ihsane Haouach elle-même n'est pas membre des Frères musulmans et n'a jamais attiré l'attention en raison de positions extrémistes concrètes."

Et puisque les Frères musulmans "sont habiles à dissimuler leurs véritables convictions et motivations et qu'ils ne s'identifient généralement pas comme Frères musulmans aux yeux du monde extérieur ", la Sureté écrit : "Il ne peut donc être exclu qu'Ihsane Haouach elle-même ne soit pas (pleinement) consciente du fait qu'elle a des contacts étroits avec les Frères musulmans."

Des contacts étroits? Toujours selon la note citée par la RTBF, Ihsane Haouach "fréquente" la Ligue islamique interculturelle de Bruxelles (LIIB), "l'une des principales organisations belges liées aux Frères musulmans et elle est amie avec le chef de la branche belge des Frères musulmans". Mais la Sureté précise que ces informations "doivent encore être évaluées", souligne la RTBF.

La Sureté ajoute également que l'ex-commissaire au gouvernement a fondé l'association "Les Cannelles" (anciennement appelée "Bruxelloise et voilée"), "association oeuvrant pour une société inclusive et diverse et pour le droit de porter le foulard" et que plusieurs membres de cette ASBL "fréquentent également la LIIB ou ont des liens avec les Frères musulmans".

Tout cela, à vrai dire, n'est pas mince en plus des propos tenus par la commissaire du gouvernement au Soir, à travers lesquels elle exprimait une vision relativiste de la séparation de l'Eglise et de l'Etat (elle a corrigé le tir depuis), ou encore cette ancienne interview dans laquelle elle regrettait la présence d'un "lobby musulman" suffisamment fort en Belgique.

Enfin, la note conclut: "Compte tenu de la stratégie des Frères musulmans consistant à approcher des personnes influentes et à tenter de les influencer - en cachant leur origine idéologique et leurs véritables intentions - nous suggérons que notre groupe contacte le cabinet de Mme Schlitz afin d'identifier et d'expliquer ces questions. Il pourrait également être suggéré de contacter Mme Haouach elle-même à un stade ultérieur afin de la sensibiliser à cette question."

La commissaire du gouvernement avait décidé de démissionner avant la divulgation de cette note, en raison de la campagne de harcèlement sur les réseaux sociaux, selon la secrétaire d'Etat Sarah Schlitz (Ecolo). Mais l'annonce de sa démission est survenue vendredi en fin de journée, alors que la note étaait arrivée au cabinet de la justice le mercredi 7 juillet et au Seize le lendemain.

Ihsane Haouach: "Choquée"

Ihsane Haouach, pour sa part, a réagi en postant un message sur Facebook:

"Je suis profondément choquée!, écrit-elle. J'ai pris la décision de démissionner suite aux attaques personnelles incessantes et le harcèlement que je subis depuis des semaines. J'ai posé ce choix afin de préserver ma santé mentale, celle de mes proches ainsi que l'Institut pour l'égalité des hommes et des femmes.

Malgré ma démisison et toutes mes explications antérieures, on ne cesse de tenter de salir mon nom.

Un rapport de la Sûreté de l'Etat me concernant vient d'être diffusé dans un article de presse.

Je n'ai pas à ce stade été contactée par la Sûreté de l'Etat. Je vais moi-même demander à les rencontrer dans les plus brefs délais, afin de faire la lumière sur cette histoire."

La note de la Sûreté de l'Etat concernant Ihsane Haouach, qui vient d'être dévoilée par la RTBF, fait trois pages et met bien en garde au sujet de "contacts étroits" entre la commissaire démissionnaire du gouvernement et les Frères musulmans. Elle est toutefois rassurante, a priori, en évoquant le fait qu'elle n'a jamais attiré l'attentin par des positions extrémistes.En d'autres termes, tant les libéraux que les écologistes peuvent s'appuyer sur ce texte pour défendre leur position.Ihsane Haouach, pour sa part, réagit en se disant "profondément choquée" et en soulignant: "Je vais moi-même demander à les rencontrer dans les plus brefs délais, afin de faire la lumière sur cette histoire".La Sureté écrit qu'Ihsane Haouach est "connue" des services de la Sureté en raison de "contacts étroits avec les Frères musulmans" (FM). Et de préciser: "Ces contacts entre les Frères musulmans et Ihsane Haouach s'inscrivent dans une stratégie plus large des Frères musulmans, dans laquelle ils tentent d'influencer le débat public et l'élaboration des politiques en développant de bonnes relations avec des personnes influentes dans différents cercles de la société, dans laquelle ils essaient également d'occuper eux-mêmes des positions influentes (entrisme) et dans laquelle ils tentent de contrôler ou d'impliquer un large éventail d'organisations et d'organismes à but non lucratif - dans le but sous-jacent d'introduire et d'appliquer progressivement leurs points de vue." Plus rassurant: "nous pouvons également mentionner que, pour autant que nous le sachions, Ihsane Haouach elle-même n'est pas membre des Frères musulmans et n'a jamais attiré l'attention en raison de positions extrémistes concrètes." Et puisque les Frères musulmans "sont habiles à dissimuler leurs véritables convictions et motivations et qu'ils ne s'identifient généralement pas comme Frères musulmans aux yeux du monde extérieur ", la Sureté écrit : "Il ne peut donc être exclu qu'Ihsane Haouach elle-même ne soit pas (pleinement) consciente du fait qu'elle a des contacts étroits avec les Frères musulmans."Des contacts étroits? Toujours selon la note citée par la RTBF, Ihsane Haouach "fréquente" la Ligue islamique interculturelle de Bruxelles (LIIB), "l'une des principales organisations belges liées aux Frères musulmans et elle est amie avec le chef de la branche belge des Frères musulmans". Mais la Sureté précise que ces informations "doivent encore être évaluées", souligne la RTBF.La Sureté ajoute également que l'ex-commissaire au gouvernement a fondé l'association "Les Cannelles" (anciennement appelée "Bruxelloise et voilée"), "association oeuvrant pour une société inclusive et diverse et pour le droit de porter le foulard" et que plusieurs membres de cette ASBL "fréquentent également la LIIB ou ont des liens avec les Frères musulmans".Tout cela, à vrai dire, n'est pas mince en plus des propos tenus par la commissaire du gouvernement au Soir, à travers lesquels elle exprimait une vision relativiste de la séparation de l'Eglise et de l'Etat (elle a corrigé le tir depuis), ou encore cette ancienne interview dans laquelle elle regrettait la présence d'un "lobby musulman" suffisamment fort en Belgique.Enfin, la note conclut: "Compte tenu de la stratégie des Frères musulmans consistant à approcher des personnes influentes et à tenter de les influencer - en cachant leur origine idéologique et leurs véritables intentions - nous suggérons que notre groupe contacte le cabinet de Mme Schlitz afin d'identifier et d'expliquer ces questions. Il pourrait également être suggéré de contacter Mme Haouach elle-même à un stade ultérieur afin de la sensibiliser à cette question."La commissaire du gouvernement avait décidé de démissionner avant la divulgation de cette note, en raison de la campagne de harcèlement sur les réseaux sociaux, selon la secrétaire d'Etat Sarah Schlitz (Ecolo). Mais l'annonce de sa démission est survenue vendredi en fin de journée, alors que la note étaait arrivée au cabinet de la justice le mercredi 7 juillet et au Seize le lendemain.Ihsane Haouach, pour sa part, a réagi en postant un message sur Facebook: "Je suis profondément choquée!, écrit-elle. J'ai pris la décision de démissionner suite aux attaques personnelles incessantes et le harcèlement que je subis depuis des semaines. J'ai posé ce choix afin de préserver ma santé mentale, celle de mes proches ainsi que l'Institut pour l'égalité des hommes et des femmes.Malgré ma démisison et toutes mes explications antérieures, on ne cesse de tenter de salir mon nom.Un rapport de la Sûreté de l'Etat me concernant vient d'être diffusé dans un article de presse.Je n'ai pas à ce stade été contactée par la Sûreté de l'Etat. Je vais moi-même demander à les rencontrer dans les plus brefs délais, afin de faire la lumière sur cette histoire."