Le ministre CD&V a déjà dit qu'une obligation de vaccination pour le personnel soignant n'est "pas un tabou" pour lui, mais entre-temps la Flandre n'a pas attendu le fédéral sur ce point, a-t-il souligné mardi. "Fin juin nous étions à un taux de vaccination de 83% du personnel soignant, maintenant on est à plus de 93%".

Se faire vacciner est une "obligation morale" pour cette catégorie de personnes, estime le ministre flamand. "Je trouverais ça incompréhensible, de travailler dans la santé et de ne pas se faire vacciner, sauf si on a un problème physique qui empêche la vaccination".

Le fédéral a été chargé d'examiner la possibilité d'une vaccination obligatoire pour le personnel soignant. Comment et quand est-ce que ce serait implémenté? C'est le problème du fédéral, répond le ministre flamand. Il se demande en revanche ce qu'il devrait se passer avec ceux qui refusent la vaccination malgré tout. "Je ne suis pas partisan d'une politique de sanction, mais il doit bien y avoir des mesures pour ceux qui refusent, sinon c'est une obligation sans objet".

Le ministre a répété être par ailleurs opposé à une obligation généralisée. "Ce n'est de toute manière pas un problème en Flandre, où entre-temps 91% des adultes sont vaccinés".

Le ministre CD&V a déjà dit qu'une obligation de vaccination pour le personnel soignant n'est "pas un tabou" pour lui, mais entre-temps la Flandre n'a pas attendu le fédéral sur ce point, a-t-il souligné mardi. "Fin juin nous étions à un taux de vaccination de 83% du personnel soignant, maintenant on est à plus de 93%". Se faire vacciner est une "obligation morale" pour cette catégorie de personnes, estime le ministre flamand. "Je trouverais ça incompréhensible, de travailler dans la santé et de ne pas se faire vacciner, sauf si on a un problème physique qui empêche la vaccination".Le fédéral a été chargé d'examiner la possibilité d'une vaccination obligatoire pour le personnel soignant. Comment et quand est-ce que ce serait implémenté? C'est le problème du fédéral, répond le ministre flamand. Il se demande en revanche ce qu'il devrait se passer avec ceux qui refusent la vaccination malgré tout. "Je ne suis pas partisan d'une politique de sanction, mais il doit bien y avoir des mesures pour ceux qui refusent, sinon c'est une obligation sans objet". Le ministre a répété être par ailleurs opposé à une obligation généralisée. "Ce n'est de toute manière pas un problème en Flandre, où entre-temps 91% des adultes sont vaccinés".