Autonomie, prix, recharge...: les questions qui entourent la voiture électrique sont nombreuses. Via ce formulaire, Le Vif a recueilli toutes vos questions sur le sujet. Nous y avons répondu, ci-dessous.

Question de Ludovic - Combien coûte une charge complète? A domicile et en mobile (pompe)?

Cela dépend évidemment de la taille de la batterie que possède votre véhicule. De façon générale, l'énergie fournie par votre borne de recharge domestique est beaucoup moins chère que celle fournie par une borne de recharge publique. Surtout si vous rechargez votre véhicule la nuit. Si vous connectez la borne de recharge à vos panneaux solaires, vous pouvez réduire encore un peu plus votre facture. Si vous roulez beaucoup avec votre voiture électrique, vous amortirez rapidement le coût d'une borne de recharge domestique. Vous pouvez également partager votre station de recharge domestique et gagner de l'argent.

En moyenne, vous paierez entre 700 et 800 euros par an pour l'électricité d'une borne de recharge domestique. Tout dépend bien sûr du type de voiture et du type de station de recharge. Une borne de recharge de base coûte environ 600 euros ; pour un modèle haut de gamme à forte capacité de charge, il faut compter entre 1500 et 2000 euros.

La recharge rapide en mobile n'est pas la meilleure amie de votre portefeuille. Pour 100 kilomètres, vous payez en moyenne 11,7 € à une borne de recharge rapide, et environ 3,4 € lorsque vous rechargez votre véhicule à la maison.

Plus d'informations ici et ici.

Question de Georges - En hiver, avec le brouillard, la nuit, les essuie-glaces qui fonctionnent, feu arrière.... Combien de kilomètres puis-je rouler ?

Rouler loin en voiture électrique, c'est théoriquement possible avec des modèles qui affichent aujourd'hui des autonomies de 400 km et plus.

L'autonomie d'une voiture électrique est déterminée par la capacité de sa batterie et sa consommation. Votre utilisation détermine votre consommation. Si vous allumez le chauffage ou la climatisation, cela vous coûtera de l'électricité et donc des kilomètres. En adoptant un style de conduite défensif (soit "calme"), vous pouvez récupérer de l'énergie, grâce au système de freinage à récupération.

Le style de conduite et les conditions météorologiques ont également une influence négative sur l'autonomie d'une voiture électrique. Tant une vitesse trop élevée (plus de 110 km/h) qu'une température trop froide ou trop chaude ont un impact négatif et, dans les cas extrêmes, peuvent réduire l'autonomie de 30 %.

Ne sous-estimez pas non plus l'impact de la résistance au vent de la voiture sur la consommation de carburant. Malheureusement, peu d'études ont été menées sur le sujet.

Autre règle logique : plus la batterie d'une voiture électrique est grande, plus sa capacité est importante.

C'est pourquoi une grande voiture électrique possède généralement une plus longue autonomie qu'un petit modèle.

Question d'Irène -La voiture électrique est-elle réellement écologique? Vu l'empreinte carbone à la fabrication, le problème d'électricité verte et le problème de recyclage.

Question d'Olivier - Combien d'émissions de carbone émises pour la fabrication complète de cette génération de voitures?

Des recherches menées à la VUB ("Life Cycle Analysis of the Climate Impact of Electric Vehicles") ont montré que l'impact environnemental des voitures électriques est 65 % inférieur à celui des voitures à moteur à combustion interne.

Mais attention, les voitures électriques ont aussi une empreinte écologique. Celle-ci découle notamment de la quantité d'énergie nécessaire lors de la recharge, et du processus de production des batteries lithium-ion. L'extraction du lithium et sa transformation en batterie nécessitent encore plus d'énergie que la construction d'un moteur diesel.

Cependant, au cours de leur vie, les voitures électriques font plus que compenser ces effets. Elles n'émettent aucun CO2 sur la route. Les batteries peuvent être recyclées de plus en plus efficacement. Le lithium (le principal composant des batteries de votre smartphone et de votre ordinateur portable, par ailleurs) peut être réutilisé dans l'industrie automobile. Les évolutions technologiques se succédant rapidement, l'impact environnemental des voitures électriques ne fera que diminuer dans les années à venir.

Plus d'informations ici.

Question de Jacques - Une voiture électrique à carrosserie plastique (exemple: Citroën AMI) peut-elle provoquer une électrocution des occupants si elle tombe à l'eau?

Les batteries des voitures électriques sont parfaitement protégées contre l'humidité. Il n'y a donc aucun risque. Même la recharge par temps de pluie est totalement sûre. L'eau ne peut pas s'infiltrer dans la prise une fois celle-ci branchée. Que se passe-t-il si la prise est mouillée par la pluie ? Pas de souci, la recharge s'arrête simplement.

Le test ultime ? Même lorsqu'une voiture électrique est complètement immergée dans l'eau, il n'y a pas lieu de craindre une électrocution. Des recherches approfondies ont été menées à ce sujet, notamment par ou au nom des organisations nationales de pompiers.

Conduire pendant un orage n'est pas sans risque, car une mauvaise visibilité, l'aquaplaning et des branches cassées sur la route peuvent provoquer des accidents. Le risque que votre voiture soit frappée par la foudre est extrêmement faible, que vous conduisez une voiture électrique ou non.

La carrosserie des voitures est construite comme une "cage de Faraday", qui conduit en toute sécurité les décharges d'électricité statique telles que la foudre. Si une voiture est frappée par la foudre, la charge électrique passe par le côté pour atteindre le sol. Tous les occupants de la cage sont donc en sécurité.

Question de Luc - Lorsque toutes les voitures électriques seront sur la route des vacances, avec les bouchons qu'on connaît en juillet et août, et que plusieurs voitures n'auront plus d'énergie... comment gérer cette situation ?

Pour le moment, les bornes sont peu occupées. Mais les jours de transhumance estivale, il peut en effet y avoir des embouteillages ponctuels sur les stations de recharge des grands axes. Pas tant du fait de Belges mais de Néerlandais car les Pays-Bas sont fort électrifiés et n'hésitent pas à partir vers le sud avec ce type de véhicule. Durant les week-ends de grands départs en été, il faudra parfois attendre son tour pour charger, soit environ 15 à 20 minutes si vous êtes juste l'utilisateur suivant. Ces situations pourraient se multiplier à l'avenir, à mesure que le parc de voitures électriques s'accroît. Pour pallier ce problème, la densification du réseau de bornes devra progresser en parallèle, notamment aux points de passage stratégiques des vacanciers.

A ce sujet, vous pouvez retrouver tous nos conseils pour les longs trajets en voiture électrique ici,, ici, ou encore ici.

Question de Ugur - Les voitures électriques peuvent-t-elles être piratées ? Contrôlées à distance ou autre chose ? Vu que le wifi s'installe dans ces voitures aussi. Merci beaucoup

La question de la cybersécurité des voitures électriques est en effet vivement étudiée. Les risques de piratage ne sont pas impossibles. Lennert Wouters, un chercheur en sécurité à l'Université Catholique de Louvain, est d'ailleurs parvenu à pirater et voler une Tesla Model X. L'opération ne lui a pas demandé beaucoup d'efforts. Par ailleurs, selon des scientifiques de l'université de Géorgie, qui ont publié une étude dans IEEE Xplore, les véhicules électriques autonomes sont les plus sensibles au piratage.

La raison est simple: le moteur d'une voiture électrique comprend plusieurs systèmes qui font partie d'une infrastructure en réseau. Ces outils peuvent potentiellement être accessibles par des tiers.

Par ailleurs, la connectivité accrue des voitures peut également être une cause de piratage. Les points de recharge et les réseaux intelligents constituent des portes dérobées potentielles. De même, pour les systèmes embarqués et de données de bord.

Question de Laurent - A quand une aide de la Wallonie à l'achat d'un véhicule électrique ? Un peu comme en France...

Les premiers plans d'aides à l'achat de véhicules neufs présentés par la France et l'Allemagne visent en priorité ces motorisations. Les annonces européennes aussi. " C'est un mini-tremblement de terre ", estime un analyste. En Belgique, on se tâte...

En Allemagne, l'incitant à l'achat passe de 6.000 à 9.000 euros pour les voitures jusqu'à 40.000 euros. Et une aide de 2,5 milliards d'euros sera accordée pour multiplier les points de recharge. En France, l'objectif est de produire 1 million d'automobiles à propulsion électrique en 2025. Pour cela, le gouvernement a augmenté ses incitants à l'achat à 7.000 euros. Des incitants qui concernent aussi les hybrides rechargeables.

En Belgique, le fédéral et les Régions ne sont guère enthousiastes pour accorder ce type d'aide. Avant la crise, la Flandre avait déjà supprimé un bonus pour les véhicules électriques. Les fédérations Febiac, Traxio et Renta, qui représentent respectivement les importateurs, la distribution/réparation et la location de voitures, discutent pourtant d'incitants à l'achat, avec l'argument de l'emploi de la filière (78.816 salariés, selon Traxio). " Nous sondons l'intérêt des cabinets ministériels à profiter de la réouverture de l'économie pour accélérer la mise en route de véhicules propres au sens large ", explique Philippe Dehennin, président de Febiac. Pour "éviter la défaillance de petites entreprises qui ne retrouveront pas après la crise le niveau d'activité dont elles ne sauraient se passer. "

Mais les Régions pourraient s'en tenir aux taxes de roulage actuelles qui favorisent déjà les électriques. " La taxe de mise en circulation est au niveau plancher pour les véhicules électriques depuis 2018, soit 61,5 euros ", assure Eric Biérin, porte-parole du ministre wallon du Climat et de la Mobilité, Philippe Henry. Et une réflexion est en cours pour " verdir " davantage la fiscalité automobile, conformément au programme de l'exécutif défini avant la crise. Les mesures européennes de relance de 750 milliards d'euros pourraient jouer un rôle mais cela reste encore très vague.

Plus d'informations ici, ici et ici.

Question de Michel - D'où viennent les métaux rares utilisés dans l'industrie de la voiture électrique et dans quelles conditions sont-ils produits ?

C'est en Chine que l'on voit le plus de voitures électriques sortir des chaînes de production. Et ce n'est pas uniquement l'oeuvre de marques chinoises, les constructeurs européens y établissent également des usines pour la production de leurs flottes électriques.

Pourquoi ? Car la Chine possède environ 90 % de l'offre mondiale de terres rares, les éléments constitutifs d'un moteur électrique

Pour l'instant, le niveau des salaires y est plus bas qu'en Europe. Pendant ce temps, les marques automobiles européennes établies en Chine profitent également de l'écart salarial.

Les voitures électriques ont aussi une empreinte écologique. Celle-ci découle notamment de la quantité d'énergie nécessaire lors de la recharge, et du processus de production des batteries lithium-ion. L'extraction du lithium et sa transformation en batterie nécessitent encore plus d'énergie que la construction d'un moteur diesel.

Plus d'informations ici.

Question de Jean - Qu'en est-il de la batterie solide, qui devarit nous amener à avoir plus d'autonomie, un temps de charge moins long et un prix plus modéré?

De grands espoirs sont en effet fondés sur la batterie dite "solide".Celle-ci devrait voir le jour d'ici 2025 et permettre une densité énergétique nettement plus grande, ainsi qu'une vitesse de recharge plus rapide. Cette technologie serait plus avancée que l'actuelle lithium-ion. Selon Gocar, la batterie solide permet de contourner le phénomène d'échauffement et donc d'augmenter la densité énergétique ainsi que la puissance du courant lors de la charge avec, à la clé, une réduction du temps d'attente.

Plus d'informations ici.

Question de Jacques - Le poids des batteries influence-t-il la durée de vie des pneumatiques? L'autonomie réelle (en circulation d'hiver) est de combien de % par rapport à l'autonomie prévue par le constructeur? Y a-t-il encore une évolution favorable pour les batteries, durée de vie, autonomie, poids, etc. ?

Une grande batterie a plus de puissance (kWh), garantit en principe une accélération plus rapide et généralement aussi une vitesse de pointe plus élevée, mais elle pèse plus lourd, ce qui peut jouer sur la vitesse d'accélération. Ce qui est certain, c'est qu'un VE doté d'une grosse batterie consommera davantage que le même modèle doté d'une batterie plus petite, en raison de son poids plus élevé. Ses pneus et freins en souffriront également davantage.

N'oubliez pas non plus qu'une batterie plus grande nécessite un temps de recharge plus long. Cela ne prend que quelques minutes à une borne rapide, mais à la maison, cela peut prendre quelques heures. Un souci compensé par le fait qu'une batterie plus grande a une plus grande autonomie.

Et enfin : le prix. Une batterie plus grande coûte plus cher, bien sûr, mais elle vous offre aussi plus de sécurité.

Réfléchissez donc bien avant de vous décider, en pesant le pour et le contre en fonction de votre profil de mobilité. Plusieurs applications peuvent vous aider à déterminer vos habitudes et vos besoins en matière de mobilité.

Plus d'informations ici.

Question de Marc - La recharge d'une voiture électrique a-t-elle un impact sur la consommation d'autres appareils dans la maison, comme le frigo, le sèche-linge... ?

Aux heures de pointe les plus coûteuses, lorsque la machine à laver fonctionne, que le chauffage est en marche et que la baignoire se remplit, le chargeur peut utiliser l'énergie de votre voiture et l'injecter sur votre réseau. Gagnant-gagnant !

De plus, charger sa voiture électrique chez soi revient moins cher que de faire le plein sur la route. L'électricité est de toute façon beaucoup moins chère que le diesel ou l'essence.

En moyenne, vous paierez entre 700 et 800 euros par an pour l'électricité d'une borne de recharge domestique. Pour l'essence, vous payez facilement -- également en moyenne -- plus de 1200 euros par an à la station-service.

Tout dépend bien sûr du type de voiture et du type de station de recharge. Une borne de recharge de base coûte environ 600 euros ; pour un modèle haut de gamme à forte capacité de charge, il faut compter entre 1500 et 2000 euros.

Plus d'informations ici.

Question de Patrick - Je compte acheter un VE avec batterie de 100kwh (E-Partner) je veux optimiser mon installation solaire (3000W) en rechargeant également la VE et utiliser sa batterie comme tampon éventuel pour électricité maison en cas de faiblesse de la batterie domestique (5kwh). J'habite dans les Canaries, bon ensoleillement et ne fait que max 200 km par semaine. Est-possible? Quel équipement faut-il?

Une borne de charge intelligente peut s'avérer être un investissement rentable. Elle surveille la consommation totale d'électricité de votre maison. Elle détermine automatiquement la vitesse de charge de votre véhicule électrique en fonction de la capacité disponible. De cette façon, la connexion réseau n'est jamais surchargée. Plus la consommation de la maison est faible, plus la vitesse de charge de votre voiture est élevée.

Si vous avez des panneaux solaires, une borne de charge intelligente tire d'abord son énergie de cette source. De plus, une borne intelligente peut également tirer de l'électricité de votre voiture pour faire fonctionner votre machine à laver ou votre lave-vaisselle pendant les heures de pointe. Ce principe est appelé "charge bidirectionnelle".

Retrouvez plus d'informations à ce sujet ici.et ici.

Question d'Antoine - Quelles solutions vont être mises en place pour que les câbles, bornes...n'encombrent pas les trottoirs ? On voit déjà surgir des bornes en plein milieu des trottoirs, des câbles, goulottes à travers tout.

Plus le nombre de voitures électriques en circulation augmente, plus le risque de files aux stations de recharge est important, surtout dans les régions où les stations de recharge publiques sont denrée rare. L'ambition européenne est qu'il existe une borne de recharge publique pour 10 voitures électriques.

Pour éviter l'encombrement sur la voie publique, un investissement dans une borne de recharge à domicile pourrait être la solution sur le long terme. L'achat d'une borne de recharge domestique pour votre voiture électrique est un investissement judicieux, à condition que vous l'utilisiez assez souvent.

L'énergie fournie par votre borne de recharge est beaucoup moins chère que celle fournie par une borne de recharge publique. Surtout si vous rechargez votre véhicule la nuit. Si vous connectez la borne de recharge à vos panneaux solaires, vous pouvez réduire encore un peu plus votre facture. Vous roulez beaucoup avec votre voiture électrique ? Vous amortirez rapidement le coût d'une borne de recharge domestique.

Plus d'informations ici.

Question de Jean-Marie - Comment le gouvernement va-t-il compenser la perte de revenu sur les taxes et accises?

"Les pouvoirs publics doivent se demander si contraindre tout un chacun à passer à l'électrique en quelques années n'aura pas un coût plus élevé que l'avantage qui en sera retiré", déclarait Touring en réaction à la volonté de la Flandre d'imposer la voiture électrique en 2027.

Par contre, le prix de l'électricité reste cher en Belgique, en comparaison avec nos voisins européens. Le consommateur belge paie en moyenne 27,92 cents/kWh (kilowattheure) pour l'électricité.

À titre de comparaison, en France, l'électricité coûte 20,2 cents/kWh, et aux Pays-Bas, seulement 17,1 cents/kWh. Sur le territoire européen, vous ne devrez payer plus cher qu'en Allemagne (30,43 cents/kWh) et au Danemark (28,33 cents/kWh). Le pays où le prix de l'électricité est le plus intéressant est la Bulgarie, qui facture à peine 9,97 cents/kWh.

Et donc, les obligations de service public, les suppléments et les prélèvements élevés qui sont responsables de cette situation, selon une étude récente de PricewaterhouseCoopers. Pas moins d'un tiers du prix de l'électricité dans notre pays est englouti par les accises, qui sont déjà fort élevées. La compensation viendra probablement de là. Au cours des dix dernières années, le prix de l'électricité a augmenté d'environ 25 % en Belgique, et il devrait encore grimper en 2022.

Autonomie, prix, recharge...: les questions qui entourent la voiture électrique sont nombreuses. Via ce formulaire, Le Vif a recueilli toutes vos questions sur le sujet. Nous y avons répondu, ci-dessous.Cela dépend évidemment de la taille de la batterie que possède votre véhicule. De façon générale, l'énergie fournie par votre borne de recharge domestique est beaucoup moins chère que celle fournie par une borne de recharge publique. Surtout si vous rechargez votre véhicule la nuit. Si vous connectez la borne de recharge à vos panneaux solaires, vous pouvez réduire encore un peu plus votre facture. Si vous roulez beaucoup avec votre voiture électrique, vous amortirez rapidement le coût d'une borne de recharge domestique. Vous pouvez également partager votre station de recharge domestique et gagner de l'argent.En moyenne, vous paierez entre 700 et 800 euros par an pour l'électricité d'une borne de recharge domestique. Tout dépend bien sûr du type de voiture et du type de station de recharge. Une borne de recharge de base coûte environ 600 euros ; pour un modèle haut de gamme à forte capacité de charge, il faut compter entre 1500 et 2000 euros.La recharge rapide en mobile n'est pas la meilleure amie de votre portefeuille. Pour 100 kilomètres, vous payez en moyenne 11,7 € à une borne de recharge rapide, et environ 3,4 € lorsque vous rechargez votre véhicule à la maison.Plus d'informations ici et ici.Rouler loin en voiture électrique, c'est théoriquement possible avec des modèles qui affichent aujourd'hui des autonomies de 400 km et plus.L'autonomie d'une voiture électrique est déterminée par la capacité de sa batterie et sa consommation. Votre utilisation détermine votre consommation. Si vous allumez le chauffage ou la climatisation, cela vous coûtera de l'électricité et donc des kilomètres. En adoptant un style de conduite défensif (soit "calme"), vous pouvez récupérer de l'énergie, grâce au système de freinage à récupération. Le style de conduite et les conditions météorologiques ont également une influence négative sur l'autonomie d'une voiture électrique. Tant une vitesse trop élevée (plus de 110 km/h) qu'une température trop froide ou trop chaude ont un impact négatif et, dans les cas extrêmes, peuvent réduire l'autonomie de 30 %.Ne sous-estimez pas non plus l'impact de la résistance au vent de la voiture sur la consommation de carburant. Malheureusement, peu d'études ont été menées sur le sujet.Autre règle logique : plus la batterie d'une voiture électrique est grande, plus sa capacité est importante.C'est pourquoi une grande voiture électrique possède généralement une plus longue autonomie qu'un petit modèle.Des recherches menées à la VUB ("Life Cycle Analysis of the Climate Impact of Electric Vehicles") ont montré que l'impact environnemental des voitures électriques est 65 % inférieur à celui des voitures à moteur à combustion interne.Mais attention, les voitures électriques ont aussi une empreinte écologique. Celle-ci découle notamment de la quantité d'énergie nécessaire lors de la recharge, et du processus de production des batteries lithium-ion. L'extraction du lithium et sa transformation en batterie nécessitent encore plus d'énergie que la construction d'un moteur diesel.Cependant, au cours de leur vie, les voitures électriques font plus que compenser ces effets. Elles n'émettent aucun CO2 sur la route. Les batteries peuvent être recyclées de plus en plus efficacement. Le lithium (le principal composant des batteries de votre smartphone et de votre ordinateur portable, par ailleurs) peut être réutilisé dans l'industrie automobile. Les évolutions technologiques se succédant rapidement, l'impact environnemental des voitures électriques ne fera que diminuer dans les années à venir.Plus d'informations ici.Les batteries des voitures électriques sont parfaitement protégées contre l'humidité. Il n'y a donc aucun risque. Même la recharge par temps de pluie est totalement sûre. L'eau ne peut pas s'infiltrer dans la prise une fois celle-ci branchée. Que se passe-t-il si la prise est mouillée par la pluie ? Pas de souci, la recharge s'arrête simplement.Le test ultime ? Même lorsqu'une voiture électrique est complètement immergée dans l'eau, il n'y a pas lieu de craindre une électrocution. Des recherches approfondies ont été menées à ce sujet, notamment par ou au nom des organisations nationales de pompiers.Conduire pendant un orage n'est pas sans risque, car une mauvaise visibilité, l'aquaplaning et des branches cassées sur la route peuvent provoquer des accidents. Le risque que votre voiture soit frappée par la foudre est extrêmement faible, que vous conduisez une voiture électrique ou non. La carrosserie des voitures est construite comme une "cage de Faraday", qui conduit en toute sécurité les décharges d'électricité statique telles que la foudre. Si une voiture est frappée par la foudre, la charge électrique passe par le côté pour atteindre le sol. Tous les occupants de la cage sont donc en sécurité.Pour le moment, les bornes sont peu occupées. Mais les jours de transhumance estivale, il peut en effet y avoir des embouteillages ponctuels sur les stations de recharge des grands axes. Pas tant du fait de Belges mais de Néerlandais car les Pays-Bas sont fort électrifiés et n'hésitent pas à partir vers le sud avec ce type de véhicule. Durant les week-ends de grands départs en été, il faudra parfois attendre son tour pour charger, soit environ 15 à 20 minutes si vous êtes juste l'utilisateur suivant. Ces situations pourraient se multiplier à l'avenir, à mesure que le parc de voitures électriques s'accroît. Pour pallier ce problème, la densification du réseau de bornes devra progresser en parallèle, notamment aux points de passage stratégiques des vacanciers.A ce sujet, vous pouvez retrouver tous nos conseils pour les longs trajets en voiture électrique ici,, ici, ou encore ici.La question de la cybersécurité des voitures électriques est en effet vivement étudiée. Les risques de piratage ne sont pas impossibles. Lennert Wouters, un chercheur en sécurité à l'Université Catholique de Louvain, est d'ailleurs parvenu à pirater et voler une Tesla Model X. L'opération ne lui a pas demandé beaucoup d'efforts. Par ailleurs, selon des scientifiques de l'université de Géorgie, qui ont publié une étude dans IEEE Xplore, les véhicules électriques autonomes sont les plus sensibles au piratage. La raison est simple: le moteur d'une voiture électrique comprend plusieurs systèmes qui font partie d'une infrastructure en réseau. Ces outils peuvent potentiellement être accessibles par des tiers.Par ailleurs, la connectivité accrue des voitures peut également être une cause de piratage. Les points de recharge et les réseaux intelligents constituent des portes dérobées potentielles. De même, pour les systèmes embarqués et de données de bord.Les premiers plans d'aides à l'achat de véhicules neufs présentés par la France et l'Allemagne visent en priorité ces motorisations. Les annonces européennes aussi. " C'est un mini-tremblement de terre ", estime un analyste. En Belgique, on se tâte...En Allemagne, l'incitant à l'achat passe de 6.000 à 9.000 euros pour les voitures jusqu'à 40.000 euros. Et une aide de 2,5 milliards d'euros sera accordée pour multiplier les points de recharge. En France, l'objectif est de produire 1 million d'automobiles à propulsion électrique en 2025. Pour cela, le gouvernement a augmenté ses incitants à l'achat à 7.000 euros. Des incitants qui concernent aussi les hybrides rechargeables.En Belgique, le fédéral et les Régions ne sont guère enthousiastes pour accorder ce type d'aide. Avant la crise, la Flandre avait déjà supprimé un bonus pour les véhicules électriques. Les fédérations Febiac, Traxio et Renta, qui représentent respectivement les importateurs, la distribution/réparation et la location de voitures, discutent pourtant d'incitants à l'achat, avec l'argument de l'emploi de la filière (78.816 salariés, selon Traxio). " Nous sondons l'intérêt des cabinets ministériels à profiter de la réouverture de l'économie pour accélérer la mise en route de véhicules propres au sens large ", explique Philippe Dehennin, président de Febiac. Pour "éviter la défaillance de petites entreprises qui ne retrouveront pas après la crise le niveau d'activité dont elles ne sauraient se passer. "Mais les Régions pourraient s'en tenir aux taxes de roulage actuelles qui favorisent déjà les électriques. " La taxe de mise en circulation est au niveau plancher pour les véhicules électriques depuis 2018, soit 61,5 euros ", assure Eric Biérin, porte-parole du ministre wallon du Climat et de la Mobilité, Philippe Henry. Et une réflexion est en cours pour " verdir " davantage la fiscalité automobile, conformément au programme de l'exécutif défini avant la crise. Les mesures européennes de relance de 750 milliards d'euros pourraient jouer un rôle mais cela reste encore très vague.Plus d'informations ici, ici et ici.C'est en Chine que l'on voit le plus de voitures électriques sortir des chaînes de production. Et ce n'est pas uniquement l'oeuvre de marques chinoises, les constructeurs européens y établissent également des usines pour la production de leurs flottes électriques. Pourquoi ? Car la Chine possède environ 90 % de l'offre mondiale de terres rares, les éléments constitutifs d'un moteur électriquePour l'instant, le niveau des salaires y est plus bas qu'en Europe. Pendant ce temps, les marques automobiles européennes établies en Chine profitent également de l'écart salarial.Les voitures électriques ont aussi une empreinte écologique. Celle-ci découle notamment de la quantité d'énergie nécessaire lors de la recharge, et du processus de production des batteries lithium-ion. L'extraction du lithium et sa transformation en batterie nécessitent encore plus d'énergie que la construction d'un moteur diesel.Plus d'informations ici.De grands espoirs sont en effet fondés sur la batterie dite "solide".Celle-ci devrait voir le jour d'ici 2025 et permettre une densité énergétique nettement plus grande, ainsi qu'une vitesse de recharge plus rapide. Cette technologie serait plus avancée que l'actuelle lithium-ion. Selon Gocar, la batterie solide permet de contourner le phénomène d'échauffement et donc d'augmenter la densité énergétique ainsi que la puissance du courant lors de la charge avec, à la clé, une réduction du temps d'attente. Plus d'informations ici.Une grande batterie a plus de puissance (kWh), garantit en principe une accélération plus rapide et généralement aussi une vitesse de pointe plus élevée, mais elle pèse plus lourd, ce qui peut jouer sur la vitesse d'accélération. Ce qui est certain, c'est qu'un VE doté d'une grosse batterie consommera davantage que le même modèle doté d'une batterie plus petite, en raison de son poids plus élevé. Ses pneus et freins en souffriront également davantage.N'oubliez pas non plus qu'une batterie plus grande nécessite un temps de recharge plus long. Cela ne prend que quelques minutes à une borne rapide, mais à la maison, cela peut prendre quelques heures. Un souci compensé par le fait qu'une batterie plus grande a une plus grande autonomie.Et enfin : le prix. Une batterie plus grande coûte plus cher, bien sûr, mais elle vous offre aussi plus de sécurité.Réfléchissez donc bien avant de vous décider, en pesant le pour et le contre en fonction de votre profil de mobilité. Plusieurs applications peuvent vous aider à déterminer vos habitudes et vos besoins en matière de mobilité.Plus d'informations ici.Aux heures de pointe les plus coûteuses, lorsque la machine à laver fonctionne, que le chauffage est en marche et que la baignoire se remplit, le chargeur peut utiliser l'énergie de votre voiture et l'injecter sur votre réseau. Gagnant-gagnant !De plus, charger sa voiture électrique chez soi revient moins cher que de faire le plein sur la route. L'électricité est de toute façon beaucoup moins chère que le diesel ou l'essence.En moyenne, vous paierez entre 700 et 800 euros par an pour l'électricité d'une borne de recharge domestique. Pour l'essence, vous payez facilement -- également en moyenne -- plus de 1200 euros par an à la station-service.Tout dépend bien sûr du type de voiture et du type de station de recharge. Une borne de recharge de base coûte environ 600 euros ; pour un modèle haut de gamme à forte capacité de charge, il faut compter entre 1500 et 2000 euros. Plus d'informations ici.Une borne de charge intelligente peut s'avérer être un investissement rentable. Elle surveille la consommation totale d'électricité de votre maison. Elle détermine automatiquement la vitesse de charge de votre véhicule électrique en fonction de la capacité disponible. De cette façon, la connexion réseau n'est jamais surchargée. Plus la consommation de la maison est faible, plus la vitesse de charge de votre voiture est élevée.Si vous avez des panneaux solaires, une borne de charge intelligente tire d'abord son énergie de cette source. De plus, une borne intelligente peut également tirer de l'électricité de votre voiture pour faire fonctionner votre machine à laver ou votre lave-vaisselle pendant les heures de pointe. Ce principe est appelé "charge bidirectionnelle". Retrouvez plus d'informations à ce sujet ici.et ici.Plus le nombre de voitures électriques en circulation augmente, plus le risque de files aux stations de recharge est important, surtout dans les régions où les stations de recharge publiques sont denrée rare. L'ambition européenne est qu'il existe une borne de recharge publique pour 10 voitures électriques.Pour éviter l'encombrement sur la voie publique, un investissement dans une borne de recharge à domicile pourrait être la solution sur le long terme. L'achat d'une borne de recharge domestique pour votre voiture électrique est un investissement judicieux, à condition que vous l'utilisiez assez souvent.L'énergie fournie par votre borne de recharge est beaucoup moins chère que celle fournie par une borne de recharge publique. Surtout si vous rechargez votre véhicule la nuit. Si vous connectez la borne de recharge à vos panneaux solaires, vous pouvez réduire encore un peu plus votre facture. Vous roulez beaucoup avec votre voiture électrique ? Vous amortirez rapidement le coût d'une borne de recharge domestique.Plus d'informations ici."Les pouvoirs publics doivent se demander si contraindre tout un chacun à passer à l'électrique en quelques années n'aura pas un coût plus élevé que l'avantage qui en sera retiré", déclarait Touring en réaction à la volonté de la Flandre d'imposer la voiture électrique en 2027.Par contre, le prix de l'électricité reste cher en Belgique, en comparaison avec nos voisins européens. Le consommateur belge paie en moyenne 27,92 cents/kWh (kilowattheure) pour l'électricité.À titre de comparaison, en France, l'électricité coûte 20,2 cents/kWh, et aux Pays-Bas, seulement 17,1 cents/kWh. Sur le territoire européen, vous ne devrez payer plus cher qu'en Allemagne (30,43 cents/kWh) et au Danemark (28,33 cents/kWh). Le pays où le prix de l'électricité est le plus intéressant est la Bulgarie, qui facture à peine 9,97 cents/kWh.Et donc, les obligations de service public, les suppléments et les prélèvements élevés qui sont responsables de cette situation, selon une étude récente de PricewaterhouseCoopers. Pas moins d'un tiers du prix de l'électricité dans notre pays est englouti par les accises, qui sont déjà fort élevées. La compensation viendra probablement de là. Au cours des dix dernières années, le prix de l'électricité a augmenté d'environ 25 % en Belgique, et il devrait encore grimper en 2022.