Seneffe - Les syndicats se rendront jeudi soir au conseil communal

05/03/13 à 10:56 - Mise à jour à 10:56

Source: Le Vif

(Belga) Le SETCa et la CGSP se rendront jeudi soir au conseil communal de Seneffe pour manifester leur inquiétude et obtenir des garanties quant à l'emploi dans les secteurs associatif et communal.

La menace sur l'emploi dans le monde associatif et dans le personnel communal du service public à Seneffe inquiète les syndicats depuis de nombreuses semaines. Selon le SETCa et la CGSP, la nouvelle majorité justifie ses prises de décision quant au futur des travailleurs par une situation financière très difficile. "La bourgmestre Bénédicte Poll a récemment confirmé la menace de licenciement dans les associations communales où une étude service par service est en cours", a indiqué Sabrina Gervasi, du SETCa-Centre. "De plus, la convention liant la commune avec les associations n'a pas été renouvelée après le refus des associations d'ouvrir leurs conseils d'administration et leurs assemblées générales à des représentants de l'actuelle majorité." SETCa et CGSP refusent que les travailleurs et la population paient la note du conflit. "Nous exigeons des garanties de solutions pour les travailleurs dans les plus brefs délais. Nous voulons aussi que la population soit informée quant à l'avenir de la crèche dont la ligne budgétaire est tombée à zéro ainsi que des autres associations de Seneffe", a conclu la porte-parole du SETCa. De son côté, Bénédicte Poll (MR) a précisé que les dossiers des secteurs associatif et communal devaient être distingués. La commune de Seneffe analyse en ce moment toutes ses dépenses. La bourgmestre avance qu'un récent rapport Belfius fait état de dépenses annuelles par habitant à Seneffe de 1.750 euros alors que la moyenne en Région Wallonne est de 1.080 euros. "Le rapport Belfius indique par ailleurs que Seneffe compte vingt employés communaux par mille habitants alors que la moyenne en Région Wallonne est de sept. 40% de nos dépenses communales actuelles sont des frais de personnel", ajoute-t-elle. Pour la bourgmestre, le dossier concernant le personnel communal est d'ordre économique. "Ce volet est à distinguer de celui des associations où nous souhaitons intégrer les conseils d'administration dans le respect de la proportion de la nouvelle majorité à Seneffe. Ces ASBL sont privées et, après leur refus d'intégrer de nouveaux administrateurs, nous ne voyons pas pourquoi nous devrions payer et combler un déficit dans des projets que nous ne gérons pas. On peut donc parler d'un dossier politico-économique." (PVO)

Nos partenaires